Accueil > Ressources > Nous avons lu > Le métier d’enseignant, essai de définition


Recension parue dans le N° 381 de février 2000

Le métier d’enseignant, essai de définition

Michel Barlow, Anthropos, 1999, 160 pages

14 avril 2004


Commander cet ouvrage



Voilà une bonne idée qui a jailli dans la tête de Michel Barlow : pour présenter le métier d’enseignant, le comparer à d’autres métiers. L’idée, à ma connaissance, est neuve. C’est ainsi que sont successivement présentées des études comparatives avec le militaire, l’entrepreneur, l’artiste, le médecin, le pharmacien, l’éducateur, l’homme politique, le magistrat.

À partir de là, on aurait pu se contenter d’une sorte de travail d’entomologiste, procédant en bonne méthode expérimentale par genre proche et différence spécifique. En somme, nous aurions eu une revue passée par l’auteur devant un rassemblement de professions appelées à la rescousse ou une galerie de portraits de cousins. C’est à la fois ceci et beaucoup plus.

C’est ceci et de façon remarquable par la clarté de l’exposé. Un travail de dissection opéré à l’aide des outils de l’analyse par objectifs où Barlow est passé maître et dont il n’ignore pas les ambiguïtés, ce qui lui permet de la manier avec discernement. L’inconvénient de la méthode c’est qu’elle pourrait paraître monotone, son avantage c’est qu’elle fournit une clef utilisable " mutatis mutandis " pour toutes les serrures. On ne voit d’ailleurs pas tellement d’autre clef possible. À partir du moment où l’on veut comparer, il faut bien que la grille de comparaison reste stable. Mais, surtout, c’est beaucoup plus qu’une comparaison statique, par le souffle, la pertinence des remarques, l’attention aux nuances. Le tableau aurait pu être plat comme une honnête photo. Il est relevé, à la fois vu frontalement, en profondeur et en perspective.

Ce que j’ai le plus aimé c’est la comparaison avec les professions médicales, pharmaceutiques, juridiques (avec ici toute une étude sur les diverses formes d’évaluation), et le travail de rééducateur. Évidemment, d’autres préféreront des évocations différentes. Mes choix sont mes projections. Et c’est cela qui est justement intéressant. Barlow vous fait secrètement visiter des carrières ou des professions qui auraient pu être les vôtres, dont vous avez un instant rêvé. Et finalement vous vous retrouvez en n’ayant pas trop mal choisi, parce que l’enseignement, c’est tout cela. Mais c’est encore mieux.

Au passage des formules précieuses, parmi beaucoup d’autres : il existe des " effets secondaires " des pédagogies comme des médicaments qui seraient à étudier au sein d’une " typologie des différents styles de gouvernement pédagogique " (80 et 117) ; au bien " les meilleures taxonomies sont celles qu’on invente soi-même " (107) ; et aussi " l’enseignant tend à devenir un ingénieur conseil en apprentissage intellectuel " (142).

Voilà un petit bouquin qui aidera beaucoup les jeunes des IUFM à se situer et à savoir ce qu’ils veulent, ce qui est très utile pendant qu’il est encore temps. Quant aux plus âgés dans la profession, ils se verront de profil. C’est non moins utile !

Albert Moyne


Commander cet ouvrage