Accueil > Ressources > Nous avons lu > Le lecteur interprète


Recension parue dans le N° 383 d’avril 2000

Le lecteur interprète

Anne Jorro, PUF, collection Éducation et formation

12 avril 2000


Commander cet ouvrage



Anne Jorro s’intéresse ici au texte documentaire (à dominante géographique, historique, scientifique) dont elle cherche à comprendre comment des élèves de l’école primaire s’approprient la compréhension à partir des concepts d’intentionnalité et de conscience, de projet anticipant de compréhension et d’interprétation. La phénoménologie et l’herméneutique sont ici convoquées pour éclairer les mouvements du lecteur, la dimension questionnante forcément personnelle de sa pensée, conduisant à un modèle d’apprentissage de la compréhension du texte documentaire.

Ces propositions s’appuient sur une recherche ayant donné lieu à un corpus de quatre-vingt-quatre dialogues dans le cadre d’un processus expérimental, « à partir de dyades d’enfants qui avaient à anticiper le sens d’un texte informatif à partir de son titre, puis tentaient d’élaborer une signification dans un jeu d’aller retour texte-sens anticipé ».

Les conclusions vont dans le sens d’une nécessaire posture d’accompagnement de la part de l’enseignant. Posture le rendant susceptible d’entendre les univers disparates des lecteurs afin de ne pas sous estimer la puissance et la ténacité de leurs interprétations, et de développer des processus de négociation.

On peut se demander si Anne Jorro propose dans ce très intéressant petit ouvrage, un modèle didactique ou un modèle pédagogique pour aborder le texte documentaire. Peu importe pensez-vous. Pas vraiment.

Un modèle didactique impliquerait que l’on regarde si les stratégies de lecture des textes documentaires proposés aux élèves de cycle 3 sont déterminées aussi par la spécificité des disciplines représentées ; si donc les rudiments de ce qui constitue une discipline conduisent les élèves à se poser des questions en partie déterminées par la nature et la structure du savoir en jeu. Les stratégies de lecture du texte documentaire à développer ne devraient-elles pas alors être aussi construites non pas seulement en s’appuyant sur des considérations méthodologiques attentives à la subjectivité du lecteur, mais simultanément sur des considérations épistémologiques afférentes à la spécificité des textes documentaires qui auraient été construites à l’occasion de la découverte des disciplines en jeu. En d’autres termes, si lorsqu’on fait en classe de l’histoire, de la géographie ou des sciences, on rendait les élèves attentifs à la spécificité des questions que l’on pose dans ces disciplines (questions qui ont conduit à la construction épistémologique de ces disciplines), il serait possible d’espérer qu’une didactique de la lecture de textes documentaires, tout en continuant à se rendre attentive à l’intentionnalité de celui qui le découvre, soit outillée par une réflexion épistémologique sur les disciplines en cause.

Parce que cette question n’est pas réellement posée par Anne Jorro, nous pensons qu’elle nous propose un modèle à dimension essentiellement pédagogique ; c’est sans doute la raison pour laquelle elle parle de modèle d’apprentissage.

Michel Develay


Commander cet ouvrage