Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Le coup des 400 euros


Le coup des 400 euros


La nouvelle est venue comme ça, au détour d’un entretien du ministre avec un journaliste. Une prime de 400 euros sera accordée aux collègues méritants qui ont en charge des classes de CE1 ou de CM2 pour faire passer les évaluations nationales. On ne comprend plus ! Il nous semblait que ces évaluations étaient l’affaire de tous, à exploiter dans le cadre du travail par cycle. Mais non, il s’agit sûrement d’alimenter les statistiques du ministère. Pour en faire quoi ? Continuer à dire que les résultats sont catastrophiques ? Dévoyer l’aide aux élèves en difficulté et supprimer les Rased ? Ne plus accueillir les jeunes enfants à l’école maternelle ? Mettre en place des réformes incompréhensibles et inapplicables ? Diviser pour mieux dégraisser ?
Tout cela sans doute ! Pourtant réformer l’école est nécessaire, des propositions sont avancées. Encore faudrait-il le faire avec les enseignants dans le sens d’une démocratisation réelle qui ne se résigne pas aux déterminismes sociaux. Le colloque Une école juste ? L’égalité des chances en débat que nous venons d’organiser, à partir des points de vue d’économistes, de sociologues, d’historiens ou de militants de l’éducation nouvelle, indique des pistes certes difficiles mais bien loin de la démagogie, du simplisme ou de la nostalgie. Une école plus juste doit s’ouvrir davantage aux autres, à la culture et au monde, créer du lien social. Si elle ne peut pas tout toute seule, elle a besoin d’investissements d’une autre nature et d’une autre ampleur que des primes distribuées deci delà.