Accueil > Publications > Articles en ligne > Le Parlement Européen des Jeunes


N°442 - Dossier "Éducation à l’Europe"

Le Parlement Européen des Jeunes

Par Jean-Philippe Raud Dugal

Dans un article de notre dossier 442, l’auteur explique comment il utilise en classe l’outil informatique pour faire travailler ses élèves sur des sujets réputés austères comme les valeurs et les institutions européennes.
Il évoque ici la participation au Parlement européen des jeunes.

Une expérience menée avec les élèves, en marge des activités en classe, concernant l’éducation à l’Europe fut le choix de participer au Parlement Européen des Jeunes [1] à deux reprises [2]. Il s’agit d’un véritable entraînement à la citoyenneté européenne. Les élèves, venant de dix lycées de France, se voient confier la rédaction d’une ‘loi’européenne avec ses clauses d’introduction et d’action. Ils sont membres d’une Commission et doivent agir en tant que tel. Ils ont la responsabilité de leurs écrits et doivent les défendre devant les neuf autres lycées en assemblée plénière aussi bien en anglais qu’en français. L’expérimentation du travail en réseau avec les élèves fut déterminante. En effet, nous avons contacté de nombreux acteurs nécessaires à la compréhension de leur sujet par Internet. De plus, l’ensemble des documents indispensables à la compréhension du sujet se trouvait sur la toile. La correspondance entre eux et moi à l’extérieur du lycée fut aussi un autre versant de cette activité prolongeant les travaux effectués en classe, l’horaire de section européenne ne suffisant pas à préparer un sujet d’une telle ampleur en à peine trois semaines. C’est donc une activité véritablement importante, décisive pour certains élèves qui n’avaient aucune conscience de ce que peut être le travail législatif européen et ses conséquences sur les entités nationales.

Les élèves, car ce sont les premiers concernés, semblent trouver leur compte à ces activités et à l’utilisation des TIC.
Tout d’abord, les résultats à l’oral du baccalauréat sont excellents, meilleurs d’années en années. L’utilisation des TIC ne paraît pas limiter leurs performances orales au contraire. Le piège serait de faire du tout TIC. Il faut les considérer comme un outil comme un autre, déclencheur de parole et ‘facilitateur’pédagogique difficilement contestable. Les élèves acquièrent aussi des compétences en informatique qu’ils n’auraient pas eu, pour la plupart sans leur utilisation fréquente.
Et surtout cet enseignement ouvre nos élèves, citoyens en devenir, à des horizons auxquels ils n’auraient pas eu accès sans cette formation qu’ils ont tous librement choisie. Horizons mondiaux mais avant tout européens. Jérôme [3], en Terminale cette année, synthétise parfaitement l’engagement qui est le mien dans l’utilisation des TIC en section européenne mais plus globalement dans mon enseignement : « La Section Européenne ne peut plus seulement être considérée comme une simple classe d’anglais. C’est un cours où se mêlent anglais, histoire

Jean-Philippe Dugal, Professeur d’Histoire-Géographie, lycée Edmond Perrier, Tulle (Corrèze).


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 554 - L’économie à l’école

    À deux pas de l’école, des entreprises
  • N° 554 - L’économie à l’école

    Ce qui reste quand on a joué
  • N° 554 - L’économie à l’école

    S’adapter sans trahir : le savoir et le service
  • N° 554 - L’économie à l’école

    La mondialisation économique enseignée au lycée
  • N° 554 - L’économie à l’école

    Littérature et gros sous
  • Hors série numérique 51 - Avant-propos

    ULIS : vivre différent avec ses semblables
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Du lexique à la science et de la science au lexique
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Apprendre à l’aide de nouveaux outils ?
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Bibliographie-sitographie
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    L’atelier slam, un lieu de collaboration, d’écoute et de respect de l’autre