Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Le Forum « Climat-migration », un trait d’union éducatif


Les portraits du jeudi, par Monique Royer

Le Forum « Climat-migration », un trait d’union éducatif

Fréderic Praud

10 décembre 2015

Dans le cadre de la COP 21, l’événement devait être le plus grand forum rassemblant élèves et associations sur le thème climat-migration. Les attentats du 13 novembre en ont décidé autrement. Fidèles à l’élan vital qui a suivi le choc, Fréderic Praud, Délégué général de « Paroles d’Hommes et de Femmes », les établissements scolaires et les associations impliquées, ont décidé de faire vivre autrement le forum, en le transformant en initiatives locales.


Depuis dix ans, avec « 100 témoins, 100 écoles », des migrants viennent témoigner auprès des élèves, échanger avec eux. Marie Grandon nous avait raconté l’initiative dans des lycées et collèges à Mayotte. Au fil des ans, des liens ont été tissés avec des établissements et avec des associations de migrants. Dans les récits, les dégâts du dérèglement climatique sont présents, soulignant la transformation de la vie quotidienne en impossible quête du minimum essentiel. La préparation des rencontres avec une formation et un accompagnement pour que les paroles deviennent témoignages a développé un savoir-faire pédagogique.

L’annonce de la COP 21 à Paris a fait germer l’idée du forum « Climat immigration », un projet ambitieux et nécessaire pour nourrir le débat d’une ouverture vers une réflexion plus large incluant une forte dimension humaine. La collaboration, réflexion avec l’association « Sortir du Pétrole » a amené une touche plus écologique au projet, une touche Climat. La Mairie de Paris avait apporté son soutien. Douze établissements scolaires ont répondu à l’appel. Trente associations ont peaufiné stands et conférences. Deux cent cinquante jeunes étaient attendus, des classes de CM1 à celles de lycées, avec des questions préparées avec leurs professeurs. Le programme était prévu heure par heure pour que chaque groupe ait le temps de dialoguer avec les témoins choisis au préalable. Et puis, il y eut le 13 novembre. « On ne s’est pas posé beaucoup de questions quand il y a eu les attentats. On ne va pas se plaindre par rapport aux gens qui ont perdu leur vie. Il fallait juste rebondir. » Car l’attente, née des perspectives lors de la préparation de l’événement, était forte. Alors l’idée se transforme en forum itinérant au sein des établissements avec une méthodologie et une organisation cadrées prévoyant des ateliers liés à l’écologie et au co-développement et des témoignages.

Première rencontre

Le premier aura lieu le 14 décembre au lycée Marcel-Pagnol à Athis-Mons, en banlieue parisienne. Quatre structures associatives seront présentes. « Sortir du pétrole » a conçu une expostion-quizz « Climats et migrations » avec comme but le développement des connaissances sur les changements climatiques et leurs conséquences pour les êtres humains. Le collectif « Haiti France » sensibilisera sur la mise en péril de l’agriculture familiale et l’accroissement de l’insécurité alimentaire avec un atelier sur le chocolat. La « Maison Culturelle du Népal » exposera les effets du dernier tremblement de terre sur les conditions climatiques dans les vallées. « Avec le secteur de l’enseignement, il faut être très concret. Les associations ont mis des mois pour être prêtes. » Chacune s’est formée à la pédagogie, a mis au point des animations de sensibilisation : la gestion des déchets en Kabylie, l’eau dans la Commune de Diallan au Mali, la souveraineté alimentaire au Pérou, et d’autres encore représentant des pays où le co-développement apparaît comme une voie pour refuser fatalisme et indifférence. Toutes ne seront pas à Athis-Mons et espèrent participer à d’autres forums locaux. Tous les établissements ne sont pas non plus en mesure d’accueillir la manifestation dont l’organisation réclame locaux, préparation et implication collective. Alors le forum prévu à l’occasion de la COP 21 aura bien lieu mais en novembre 2016.

L’attente suscitée, la réactivité des différents acteurs est une belle reconnaissance du travail mené et des liens tissés au cours de la préparation de l’événement. Elles l’inscrivent dans le long terme en mettant à jour un besoin éducatif réel et intense. « Le thème du co-développement implique plus d’enseignants que “100 témoins-100 écoles” qui touche principalement des professeurs documentalistes, de français, de sciences économiques et sociales ou d’histoire. Là on touche également des enseignants de sciences. » Les deux initiatives sont complémentaires, les témoins sont souvent les mêmes, impliqués dans les associations invitées. Leur parole est différente, portant moins sur le récit de leur histoire personnelle que sur l’histoire de leur pays, deux versants d’une réalité que leur témoignage rend vivante. « La diversité de nos témoins représente la diversité associative en France ».

Un acte pédagogique

Pour ces associations, le forum est l’occasion d’entrer dans les établissements scolaires dont les portes ne s’ouvrent que si les postulants ont déjà fait leurs preuves, bénéficient d’une reconnaissance éducative. « Paroles d’hommes et de femmes » joue alors le rôle de sésame mais pas seulement. Il s’agit aussi de former, d’accompagner pour que la rencontre soit un acte pédagogique. « C’est difficile pour elles car il faut s’adapter et travailler pour être prêtes, être écoutées ». Du côté de l’établissement, outre la mise à disposition de salles, l’organisation réclame une préparation avec une répartition des classes et une élaboration préalable des questions pour que le jour J tienne toutes ses promesses de rencontres et d’apprentissages. Elle initie une approche collective, en équipe, un projet partagé.

« Nous sommes en train de créer un vrai travail avec les associations. Il ne faut pas que cela soit vain. Il faut éduquer, aller dans tous les lieux difficiles, faire un travail de fond au quotidien ». C’est ainsi qu’un événement prévu de façon ponctuelle se transforme en un mouvement dans la durée au-delà de la COP 21. Le sort violent n’aura pas eu raison de la belle initiative et lui aura même donné un souffle plus grand.

Monique Royer
Si votre établissement est intéressé, contactez directement l’association Paroles d’Hommes et de Femmes.
06 32 53 16 06, parolesdhommesetdefemmes@orange.fr

La page consacrée au forum « climats et migrations »
http://parolesdhommesetdefemmes.fr/forums-itinerants-climats-et-migrations-20-et-21-novembre-2015-rubrique98.html

La parole des uns pour l’éveil des autres

Sur la librairie

 

Les portraits de Monique Royer
Ils enseignent en classe d’accueil, au Liban, à des élèves handicapés. Ils utilisent un blog, de la couleur ou les volcans. Ils sont enseignants, chef d’établissement, journalistes. Ce sont dix-neuf portraits d’enseignants et d’acteurs de l’école que l’on découvre dans ce dossier