Accueil > Appels à contribution > Langues vivantes : pour quoi faire ?


Langues vivantes : pour quoi faire ?

Coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh


Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer ce constat contradictoire : les Français, en bonne place dans les échanges internationaux, seraient mauvais en langues. Et pourtant, l’apprentissage des langues obtient toute l’attention du ministère, qui souhaite qu’à partir de septembre 2016 tous les enfants de CP apprennent une langue vivante, puis une deuxième en 5e.
Il y a 10 ans, un précédent dossier des Cahiers pédagogiques témoignait «  du dynamisme des interrogations, des recherches et des préoccupations de professionnels et chercheurs animés par le souci d’un enseignement de qualité et d’une réussite véritablement démocratique pour les élèves  ».

L’objectif du présent dossier est de pouvoir apprécier les évolutions observées ou celles qui se dessinent. Parce que les langues vivantes ont fait «  parler d’elles  », à tous les niveaux, et les questions se sont peut-être déplacées, du champ didactique au champ politique et social, avec quelques sujets brulants.

Nous souhaitons donc interroger les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves. Voici quelques questions qui font particulièrement débat mais la liste n’est pas exhaustive :

  • Est-ce qu’une langue vivante sert surtout à entrer sur le marché du travail ou bien à se construire une identité citoyenne ? Apprenons-nous une langue étrangère pour le plaisir ?
  • Quelles langues vaut-il mieux apprendre, celle de sa région, celle des grands pays qui font la mondialisation ?
  • Et puis comment ça s’apprend une langue ? En parlant simplement, en étudiant aussi l’histoire, la géographie, les valeurs, et les auteurs des pays qui la parlent ? En interdisciplinarité ?
  • A l’école élémentaire, qu’en est-il de l’apprentissage précoce des langues ? Un enfant apprend-il plus vite et plus efficacement à un très jeune âge ? Est-ce préférable à une immersion plus grande sur une plus petite période, en commençant plus tard ?
  • Au collège, les classes européennes, des classes bi-langues, mises en cause par la réforme, sont-elles élitistes ? Cela dépend-il des lieux, des pratiques ? Quelle place pour les langues dans les EPI ?
  • Au lycée, où en est-on de l’évaluation et du bac en contrôle continu ? Peut-on faire un bilan des évolutions liées à la réforme du lycée ?

Alors, si vous êtes concernés par l’apprentissage des langues étrangères, de la maternelle à l’université, en tant qu’enseignant ou formateur, inspecteur ou chercheur, élève ou parent, nous sommes intéressés par votre expérience et vos pratiques, sans exclure les travaux de recherche.

Un texte de quelques lignes, vous présentant, vous et le contenu de votre proposition, c’est ce que nous demandons dans un premier temps. Précisez la forme que prendra votre contribution (reportage sur des expérimentations, récit, présentation d’expérience, interview, témoignages, avec ou sans illustrations…). N’hésitez pas à vous lancer, nous pouvons vous accompagner dans l’écriture de votre article.

Date limite d’envoi de ces propositions : le 15 mars 2016.

Contactez-nous par mail. Merci à vous,
Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh

Pour éviter les spams, remplacez le [at] par @ dans le champ destinataire de votre messagerie.
soizic.guerin-cauet[at]cahiers-pedagogiques.com
helene.eveleigh[at]cahiers-pedagogiques.com