Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > La revue de presse du vendredi 25 septembre 2015


JPEG - 26.3 ko

La revue de presse du vendredi 25 septembre 2015

Mots à maux ? - Numérique - Vrac


Dans cette courte revue de presse, il sera question de dictée, d’orthographe et de langage mais aussi (un peu) de numérique. La rubrique à vrac viendra clôturer l’ensemble.


Des mots et des maux

Bernard Desclaux nous rapportait hier dans sa revue de presse que, selon Julien Duruisseau, l’annonce de la dictée quotidienne par Najat Vallaud-Belkacem était en réalité un coup médiatique afin de contrer toute grogne éventuelle face aux nouveaux programmes.
Sophie Coignard, pour Le Point, va dans le même sens. Selon elle, la ministre « a réussi un coup de communication en louant les vertus de la dictée quotidienne. C’est pour mieux faire passer sa réforme du collège. » En réalité, Sophie Coignard publie et commente une lettre que les professeurs du collège Condorcet de Paris ont adressé à leur ministre pour signifier leur désaccord avec la réforme engagée.

Toujours dans le domaine de la dictée et des maux, « saviez-vous que le niveau de langue comme les connaissances orthographiques des étudiants ont baissé, avec une moyenne de fautes sur cent mots passée de 2,73 % à 5,92 % en vingt ans ? Et qu’à compétences égales, des CV sans fautes d’orthographe suscitent 60 % de réponses des recruteurs de plus que ceux qui en comportent, selon une expérience menée par l’enseignant-chercheur Loïc Drouallière pour son ouvrage Orthographe en chute, orthographe en chiffres. Deux expériences édifiantes ? ». C’est en tout cas ce que l’on apprend en lisant cet article sur le site Campus du Monde.fr. Un petit quiz permet même en 10 questions de tester son orthographe (j’avoue, j’ai fait une erreur !).

Question "mots", Cécile Lognoné, en charge de la scolarité et de la prévention de l’illettrisme à la Fondation des Apprentis d’Auteuil, en connait un rayon. Interrogée par Hugues Lefèvre pour La Croix, elle nous livre un intéressant point de vue sur le langage : « Avec des enfants en difficulté, il faut surtout insister sur le fait que le langage est un formidable outil pour raconter et échanger. Notre rôle est de leur montrer la joie que l’on a à bien communiquer, à trouver le mot juste. Pour cela, nous faisons appel à des histoires positives, des outils numériques, des sorties découvertes, des temps de partage… »


Numérique

François Jarraud pour le Café pédagogique commente un article de recherche à propos des environnements numériques de travail (ENT) disponible sur le site de l’agence des usages TICE du CNDP. La conclusion de l’étude est intéressante : « l’enjeu d’une plateforme accessible à distance permettant d’ "étendre l’école" est peu perçu ou seulement de manière indirecte, voire confuse. La forme scolaire semble encore prégnante au-delà des changements mis en avant par les différents utilisateurs. Les résultats de nos enquêtes semblent donc limiter la portée des changements pédagogiques introduits par l’ENT, les enseignants ne l’adoptant pas comme un environnement par défaut mais comme un outil de plus. Cette affirmation doit néanmoins être nuancée du fait de l’évolution rapide des usages et du développement des "outils nomades" qui replacent l’ENT au cœur des enjeux, notamment en termes d’accès distant aux ressources. »

Toujours à propos du numérique, sur le site de The Conversation France, « Ibrar Bhatt, chercheur associé de l’université de Lancaster (Grande-Bretagne), estime que l’utilisation d’Internet par les étudiants leur donne de nouvelles compétences et fait émerger des contenus nouveaux grâce à la curation ». Ses propos sont aussi rapportés sur le site de l’Etudiant.fr dans la rubrique Educpros. Ibrar Bhatt pense qu’« en réalité, grâce à l’utilisation prolifique du Web, les étudiants ont recours à un certain nombre de pratiques sophistiquées, pour à la fois rechercher, modifier et évaluer de façon critique les contenus qu’ils dénichent ainsi. Grâce à un examen attentif, minute par minute, de ces pratiques, j’ai pu conclure qu’ils produisent en fait de nouveaux contenus. Ceux-ci doivent être mieux compris puis intégrés dans de nouvelles formes d’enseignement et d’évaluation.
Ces nouvelles pratiques en ligne permettent notamment de rassembler une multitude d’informations à partir d’une multitude de sources, comme Google et les autres moteurs de recherche, dans ce que j’appelle une forme de curation du contenu numérique.
 »

JPEG - 129.9 ko
Ggrrrooogle par Geneviève Brassaud

Rubrique à vrac !

Arnaud Vaulerin, correspondant au Japon pour Libération, pose cette curieuse question : « le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’université ? ». Il précise : « dans une directive "non contraignante" d’une dizaine de pages en date du 8 juin, le ministre Hakubun Shimomura demande aux présidents des 86 universités nationales publiques de "réfléchir pour orienter les jeunes de 18 ans vers des domaines hautement utiles où la société est en demande" (...) Dans son plan de refonte, prévu pour durer six ans à partir d’avril 2016, le MEXT (ministère de l’éducation) entend conditionner les subventions d’État à l’avancée des réformes ».

Nos valeurs se perdent et quelques mandales aussi ... c’est tout ce qui me vient à l’esprit en lisant cette info de France 3 Bourgogne : « Yonne : dans une cantine à Auxerre, les enfants qui ne mangent pas de porc portent une pastille rouge ». On me dit dans l’oreillette que « l’affaire de la pastille » prend déjà de l’ampleur sur les réseaux sociaux.

Gilbert Longhi, ancien proviseur, pour le Café pédagogique, « revient sur l’histoire d’une fonction pour réfléchir à ce que pourrait être une éthique du chef d’établissement ». Un article à lire sans modération.

Pour finir cette revue, je ne résiste pas à vous faire lire ce récit de Karin Degunst pour Le Plus du NouvelObs sobrement intitulé : « École : mes élèves pensent et respirent Disney. Ma classe entière est un cliché ».

Bon week-end !

Pascal Thomas


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Tous compétents en français

Coordonné par Dominique Bucheton et Dominique Seghetchian
juin 2015
Comment les apprentissages de la lecture, de l’écriture, de l’oral s’actualisent-ils dans nos classes et nos cours quand l’enseignement du français ne se fixe plus comme finalité la sélection (reproduction) des «  élites  » mais la réussite de tous les élèves, y compris les plus éloignés de l’univers de l’école ?

L’erreur pour apprendre
Revue n° 494 - janvier 2012

De la simple bévue à l’incompréhension manifeste qui se répète et qui persiste, l’erreur questionne et interpelle. Qui n’a pas connu le découragement en corrigeant des copies étalant les failles de l’enseignement ? Ce dossier se voudrait le dossier des ajustements, de ce qui permet de comprendre, d’éviter, d’utiliser l’erreur.