Accueil > Ressources > Nous avons lu > La responsabilité des enseignants


Recension parue dans le N° 409 de décembre 2002

La responsabilité des enseignants

SNUIPP, La découverte, collection « École et société ».

4 décembre 2002

Saluons l’initiative du dynamique syndicat du premier degré qui nous présente ici une réflexion riche et stimulante sur les problèmes que rencontrent de plus en plus les enseignants au sujet de la sécurité des élèves et sur les questions de protection de l’enfance. L’un de ses membres, Gilbert Castelli, nous livre ici un nombre important d’informations précises sur les responsabilités des enseignants, les risques encourus, les moyens d’exercer le métier avec plus de sérénité grâce à la connaissance de leurs droits et devoirs. Il est indispensable de bien connaître la différence entre justice pénale et civile, ce qu’est juridiquement la « pédophilie », ce que nous indiquent les textes réglementaires, mais aussi les jurisprudences. Les exemples concrets abondent et illustrent les propos (par exemple au travers du témoignage d’un policier alsacien de la brigade des mineurs ou d’un pédo-psychiatre). Le but ici n’est pas de développer le délire de persécution et de défendre l’omerta. Comme le dit le président de la Ligue des droits de l’homme, Michel Toubiana, dans sa préface : « Entre l’impératif de ne pas dissimuler les responsabilités et de ne jamais admettre une quelconque impunité à raison d’une fonction et l’impératif de ne pas transformer nos sociétés en vastes tribunaux où tous nos actes seraient susceptibles de finir, il faut dégager un équilibre. » Et en conclusion, il est affirmé avec force que « la protection de l’enfance, le respect de ses droits [sont] des exigences qui s’imposent ; c’est en prenant en compte cette dimension que les enseignants des écoles sont le mieux à même de voir leur professionnalité reconnue ».

Quelques titres de chapitre permettront de mieux saisir l’intérêt de cet ouvrage : « Un quotidien fait de tracasseries administratives », « Une perception très contradictoire de ce qu’est la responsabilité », « La marche lente des droits de l’enfant »...

Jean-Michel Zakhartchouk