Accueil > Publications > Articles en ligne > La mise en place des postes « ambition réussite »


N°445 - Dossier "Où en sont les ZEP ?"

La mise en place des postes « ambition réussite »

Par Nicolas Renard

Parmi les différentes mesures contenues dans la réforme de l’éducation prioritaire initiée depuis le mois de décembre, on compte la mise en place de 1000 postes d’enseignants supplémentaires dans les 249 réseaux « ambition réussite » retenus comme prioritaires. Où en est-on de la mise en œuvre ?

Ces postes sont destinés à permettre la mise en place de projets et le suivi des élèves en difficulté. Ils ne doivent pas abonder les dotations dans la visée d’un allègement des effectifs comme cela s’est souvent pratiqué jusqu’ici. Ces enseignants seront rejoints par des assistants pédagogiques ayant le statut des assistants d’éducation. Les uns et les autres ont vocation à intervenir aussi bien dans l’école élémentaire qu’au collège.

Le recrutement se fait aujourd’hui dans une certaine précipitation pour concorder avec le calendrier des affectations. Certains réseaux ont réussi à définir un véritable projet, à élaborer les profils de postes correspondants et à recruter les enseignants concernés. D’autres ont été pris de court et ils n’ont pas eu le temps nécessaire pour mener à bien la démarche de projets. Les enseignants sont alors recrutés sans que leurs missions soient clairement définies, dans la précipitation, voire la confusion. D’autres enfin n’ont pas eu de candidats et se trouvent à l’heure actuelle en panne sur cette question.

La mise en place de ces postes est donc très inégale. Les résistances rencontrées tiennent à la fois au calendrier que nous avons évoqué mais aussi à la définition de ces postes. Beaucoup préféreraient en effet que l’on s’en serve pour diminuer un peu les effectifs des classes. L’idée de postes entièrement dévolus à des opérations de soutien en direction des élèves les plus faibles n’est pas encore acquise...

Il faut donc espérer que le pilotage qui vient de se mettre en place permette de sortir de cette situation. Les équipes ont besoin d’être soutenues dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets de réseaux. Il est par ailleurs nécessaire qu’une collaboration étroite entre le premier et le second degré permette un partage intelligent de ces postes et qu’ils servent à établir une véritable liaison qui facilite l’entrée au collège de ceux qui peinent le plus dans leurs apprentissages. Il faudra enfin éviter que ces postes ne soient détournés de leur finalité initiale pour servir à des remplacements, voire à de simples dédoublements.

Nicolas Renard, président de l’OZP (Observatoire des Zones Prioritaires)
www.association-ozp.net


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Du lexique à la science et de la science au lexique
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Apprendre à l’aide de nouveaux outils ?
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Bibliographie-sitographie
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    L’atelier slam, un lieu de collaboration, d’écoute et de respect de l’autre
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    L’antique, c’est pop !
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Bibliographie Sitographie Filmographie
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Le Cartable Fantastique
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Un dispositif croisé orthophoniste-enseignant
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Les troubles de l’apprentissage en Israël
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Une linguiste dyslexique