Accueil > Ressources > Nous avons lu > La loi de 1905 - Quand l’État se séparait des églises


Recension parue dans le N° 439 de janvier 2006

La loi de 1905 - Quand l’État se séparait des églises

Jean-Michel Ducomte, éditions Milan, 2005, collection Les Essentiels, Toulouse, 59 p. Accompagné d’extraits du texte de la loi de 1905.

4 janvier 2006

Ce petit livre, dû au président de la Ligue de l’enseignement, est un historique de la longue construction de l’idée de séparation, et des périodes de luttes et d’accalmie, des soubresauts tout au long du xixe siècle jusqu’à 1906. Il interroge en même temps le « modèle français ». Comment la France, seul pays où la laïcité est effective et « exception », va-t-elle pouvoir s’intégrer dans l’Europe sans perdre son âme ? Les contradictions en effet sont grandes : « On ne peut qu’être troublé par le fait que ce soient le plus souvent des sectes ou des mouvements intégristes qui saisissent le Conseil de l’Europe en arguant que l’article 9 (« la liberté de pensée, de conscience et de religion ») a été bafoué à leur égard. » D’autre part, alors que l’église catholique, par l’entremise du Vatican, essaie de reprendre le terrain perdu, la France a fait valoir sa conception de la laïcité dans la rédaction de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne mais la rédaction finale du traité constitutionnel soumis au référendum a fait, chez nous, l’objet de violentes critiques. La laïcité resterait-elle un combat ?
Sur la loi de 2004 concernant les signes d’appartenance religieuse, l’auteur ne prend pas position, tout en présentant l’audition de son association devant la commission Stasi. Est rappelée la déclaration de la Ligue de l’enseignement à cette occasion : « La laïcité doit conjuguer, avec la liberté de conscience et le pluralisme des cultures, la justice sociale, pour que la république, généreuse, respectueuse des identités et porteuse de diversité, soit concrètement, chaque jour un peu plus, ce qu’elle déclare être dans notre constitution : démocratique, laïque et sociale. » Jean-Michel Ducomte termine son exposé par un vœu : la loi de 1905 doit évoluer puisque la société évolue ; il faudrait une Charte de la laïcité à partir du cadre de la loi de 1905.

Nadine Lanneau