Accueil > Ressources > Nous avons lu > La description


Recension parue dans le N° 384 de mai 2000

La description

Yves Reuter, ESF éditeur, 2000

12 mai 2000

La " description " est bien plus présente dans les textes qu’on ne croit, si toutefois on ne la réduit pas à cet ornement, à ce supplément d’âme qu’on peut souvent négliger, au besoin en sautant des pages... L’importance de la description, Yves Reuter l’avait déjà montré ici même, en coordonnant un passionnant numéro des Cahiers " décrire dans toutes les disciplines " (n° 373), mais les enseignants, tout particulièrement de français, tireront grand profit en approfondissant la question par la lecture de cet ouvrage solide et rigoureux, qui s’achève en feu d’artifice avec la présentation d’un inventaire foisonnant d’activités possibles avec les élèves.

Si quelquefois, la lecture peut paraître ardue au non-initié à un certain langage technique, on notera que l’ensemble est toujours très clair et bien structuré et chaque assertion ou proposition est étayée par des exemples souvent savoureux puisqu’empruntés à des genres très différents (Y. Reuter affecte notamment les " polars " où la description joue un rôle intéressant d’ailleurs).

L’auteur se démarque de certains modèles trop réducteurs, puis définit l’acte de décrire à partir de sa visée spécifique : faire voir, avant de dégager ses éléments constitutifs, son organisation, puis ses fonctions et ses enjeux. Le répertoire d’activités est précédé par un aperçu sur les représentations des élèves, y compris en dehors des cours de français. L’auteur remet en cause dans ce chapitre les conceptions traditionnelles des enseignants concernant les capacités des apprenants, qui exécreraient la description par exemple. En fait, les difficultés rencontrées par ces derniers viennent peut-être du type d’enseignement pratiqué (par exemple la centration trop grande sur le narratif littéraire, le manque de construction de " l’effet de réel ", etc.)

Un vaste chantier à explorer ou à revisiter en tout cas... Au fait, avons-nous décrit le contenu de l’ouvrage ? Où commence et où s’arrête vraiment la " description " ?

Jean-Michel Zakhartchouk