Accueil > Ressources > Nous avons lu > L’intelligence, mythes et réalités


L’intelligence, mythes et réalités

Christine Sorsana et Valérie Tartas, Retz, 2018

2 janvier 2019

Dans l’excellente et astucieuse collection dirigée par André Tricot, un ouvrage utile pour y voir plus clair sur cette notion si souvent polémique et ambiguë , par deux chercheuses qui ont réussi à faire un tour d’horizon de la notion dans un style limpide et avec… « intelligence »

Selon les codes de la collection, il s’agit de partir d’idées reçues, de voir si parfois elles ne contiennent pas une part de vérité mais surtout de faire part des recherches récentes sur la question qui en général vont dans le sens de la complexité. Quelques exemples : « l’intelligence, on l’a ou ou on l’a pas » ; « les filles et les garçons n’ont pas la même intelligence » ; « écouter du Mozart rend plus intelligent » ou encore « le QI évalue l’intelligence ». Deux questions en plein cœur de l’actualité sont abordées : celle de la confrontation entre l’intelligence humaine et celle des animaux, et la question de l’intelligence artificielle.qui est encore bien loin de rattraper celle des hommes.

Sans nier l’intérêt des travaux relevant d’une conception biologisante de l’intelligence, les auteures mettent surtout en avant les effets de contexte et la multifactorialité. Elles montrent par exemple que, selon de nombreuses recherches, « la performance et même l’intelligence ne dépendent ni des seules capacités intrinsèques du sujet ni des caractéristiques propres de la tâche, mais bien des contextes dans lesquels agissent les élèves et/ou les enseignants et des interprétations qu’ils en élaborent »

Sont évoqués également les nombreux débats sur la mesure de l’intelligence, sur le fameux « effet Flynt » selon lequel les tests montrent la progression au fil des ans des générations, même si récemment on nous parle de l’inversion de cette tendance, constat controversé dans lequel s’engouffrent bien sûr les déclinistes de tous poils. Les auteures montrent la difficulté de comparer des générations et du biais que peut constituer le fait d’être entrainé ou non à passer tel ou tel test.

Autres thèmes : est-on ou non plus intelligents à plusieurs ? quel rôle jouent les émotions (« face cachée du triangle didactique ») dans les apprentissages cognitifs et qu’en est-il de l’ « intelligence émotionnelle » ?

On n’aura jamais bien sûr de réponses définitives à des questions telles que « lire rend-il plus intelligent ? » ou « y a-t-il des effets de la méthode Montessori sur le développement psychologique des enfants ? », mais à chaque fois les auteures renvoient à des recherches (accessibles en français ou non). Et bien souvent nous indiquent tout ce qui reste à faire en la matière pour explorer ce continent toujours à découvrir.

Dans la même collection, Les neurosciences en éducation , par quatre chercheurs ou doctorants, à la chasse aux neuromythes et nous montrant que là aussi, « c’est plus compliqué que ça » ! Les intelligences multiples, l’apprentissage en dormant, le « tout se joue avant tel ou tel âge » ou encore le très en vogue méritocratique « si je veux, je peux » en prennent pour leur grade !
 
Jean-michel Zakhartchouk