Accueil > Publications > Articles en ligne > L’évaluation des élèves nouvellement arrivés


N°473 - Dossier "Enfants d’ailleurs, élèves en France"

L’évaluation des élèves nouvellement arrivés

Par Sylviane Chauley et Catherine Fargeas

Avec quels outils évaluer les élèves nouvellement arrivés en France (ENAF) ? A ce casse-tête des enseignants, des réponses et pistes de travail...

Les enseignants des classes d’initiation pour non francophones (CLIN) du département de l’Essonne se sont penchés depuis longtemps sur la problématique du retour de leurs élèves dans les classes ordinaires. Comment déterminer le moment ? Comment évaluer le niveau minimum nécessaire à une intégration totale en classe ordinaire ? Si les enseignants disposaient d’outils d’évaluation diagnostique tant en mathématiques qu’en lecture en langue de scolarisation antérieure, en revanche rien n’était défini en ce qui concernait l’évaluation au moment de la sortie de CLIN, sortie généralement prévue en fin d’année scolaire, mais possible également en cours d’année, notamment lorsque la CLIN est intégrée dans l’école du secteur de l’élève.

Un outil d’évaluation de sortie de CLIN...

Si en 2001, à la question « Quels critères retenir pour une intégration totale en classe ordinaire ? », les enseignants réunis à l’époque au CEFISEM (Centre de formation et d’information pour la scolarisation des enfants de migrants) avaient retenu comme réponse « quand l’enseignant de la classe d’accueil, l’enseignant de CLIN et l’élève se sentent prêts », l’année suivante, en 2002, ils ont décidé de créer un outil spécifique.
Entre temps, la parution des textes relatifs à l’organisation de la scolarité des élèves nouvellement arrivés en France sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages, dans le BOEN du 25 avril 2002, avait souligné la nécessité d’évaluer le niveau des élèves au moment de la sortie de CLIN, qui se veut la plus rapide possible : « Les élèves du CP au CM2 sont regroupés en classe d’initiation (CLIN) pour un enseignement de français langue seconde, quotidiennement et pour un temps variable (et révisable dans la durée) en fonction de leurs besoins. L’objectif est qu’ils puissent au plus vite suivre l’intégralité des enseignements dans une classe du cursus ordinaire. »... « En fin de séjour en classe d’initiation, les acquisitions des élèves doivent être évaluées par l’équipe enseignante. Ces évaluations aident à préciser les champs de compétences les mieux maîtrisés et ceux pour lesquels un suivi et un soutien spécifiques sont encore nécessaires. »
Pour ce projet d’outil spécifique au CASNAV (Centre académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage) de l’Essonne, les enseignants de CLIN ont décidé de s’appuyer sur les évaluations nationales d’entrée en CE2 de septembre 2002, ce qui permettrait une comparaison entre les résultats de l’ensemble des élèves français et ceux des ENAF, en identifiant les compétences langagières qui leur seraient nécessaires pour suivre l’intégralité des enseignements dans une classe de cursus ordinaire. L’objectif était de pouvoir apprécier, après un an de CLIN (ou plus, selon la scolarisation antérieure de l’élève), la capacité d’un ENAF de cycle 3 d’intégrer ou non une classe ordinaire, et d’assurer le suivi de l’élève lors de son intégration complète dans la classe ordinaire, ou de décider éventuellement d’un prolongement de suivi ou d’un soutien linguistique en CLIN dans le cas où les compétences de base ne seraient pas acquises.
Une première version a été élaborée en retenant principalement les items liés aux compétences de base et en ne conservant pas ceux qui avaient été massivement échoués par les élèves français. De plus certains exercices jugés peu appropriés sur le fond ou sur la forme ont été remplacés par d’autres issus des évaluations d’entrée en CE2 des années antérieures. Cette version a été testée dans quelques classes en juin 2003, et elle a été améliorée tout au long de l’année scolaire 2003/2004. En effet, en fonction des observations effectuées lors des passations et de l’analyse des résultats, des modifications supplémentaires se sont avérées nécessaires. Il a aussi été décidé d’ajouter deux exercices, l’un permettant d’évaluer la maîtrise de la correspondance grapho-phonique (dictée de mots) et l’autre la maîtrise de la syntaxe (reconstitution de phrases, production de phrases syntaxiquement correctes).
La formatrice du CASNAV a mis en forme les différents exercices pour en uniformiser la présentation, ainsi que les consignes de passation et de codage, et les tableaux précisant les compétences, les composantes et les activités proposées dans chaque exercice. Elle a également proposé une présentation de l’outil, utile pour les futurs utilisateurs qui n’auraient pas participé à l’élaboration de l’outil, ainsi que des tableaux pour noter les scores des élèves, et des fiches « bilan » et « élève », les premières pour consigner les évaluations menées dans chaque CLIN du département, les secondes pour préciser les résultats de chaque élève.
En juin 2004, cette seconde version a été utilisée dans toutes les CLIN de l’Essonne pour évaluer les ENAF de cycle 3 et éventuellement ceux de fin de CE1 dans le domaine de la langue écrite, au bout d’une année ou plus de scolarisation en CLIN. À l’issue de cette passation généralisée, des modifications mineures ont encore été apportées lors de l’année 2004/2005 à l’outil qui a été utilisé en juin 2005 ainsi que les années suivantes, en donnant toute satisfaction. Il faut néanmoins signaler trois inconvénients, le premier étant que l’oral n’est pas évalué, le deuxième étant l’inadaptation de l’outil à tous les élèves, notamment à ceux de CP ou de CM2 et le troisième étant lié à la non réactualisation du contenu suite à la parution des programmes de 2007 et la suppression du support d’origine, les évaluations d’entrée en CE2.

Un référentiel de compétences pour les nouveaux arrivants

Durant l’année scolaire 2005/2006, un deuxième projet d’outil lié aux évaluations a vu le jour lors des réunions des enseignants de CLIN au CASNAV. Afin d’harmoniser et d’optimiser les livrets d’évaluation propre à chaque enseignant, ils ont décidé de créer un référentiel de compétences pour les ENAF, en mettant en relation les niveaux A1, A2 et B1, tels qu’ils sont définis dans le CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues), avec les compétences présentées dans les programmes alors en vigueur, ceux de 2002. Utiliser cette double entrée permet à la fois de faciliter la liaison avec les enseignants des classes ordinaires dans lesquelles les ENAF sont ou seront scolarisés et de définir le niveau atteint par l’élève en production et en compréhension orales et écrites lors de sa sortie de CLIN. Les enseignants ont travaillé en utilisant en plus du CECRL et des programmes de 2002, le BOEN du 29 août 2002 présentant le Programme d’enseignement des langues étrangères ou régionales à l’école primaire ainsi que le portfolio des langues, comme l’indiquait le BOEN du 25 avril 2002 : « Un livret scolaire précisément renseigné, qui présente par exemple la validation des compétences acquises en français en s’appuyant sur le portfolio des langues réalisé par le conseil de l’Europe, peut constituer un bon support pour la communication entre enseignants afin qu’ils assurent la continuité des apprentissages en prenant en compte les difficultés liées à la langue qui peuvent subsister. »
Des maquettes ont été créées, mais tant sur le fond (choix des compétences et leur répartition dans les trois premiers niveaux du CECRL) que sur la forme (nombre de périodes, sens de lecture des tableaux, codage des niveaux d’acquisition...), le projet était loin d’être achevé. Aussi, tout au long de l’année 2006/2007, un groupe restreint d’enseignants volontaires a poursuivi le travail, en produisant deux outils complémentaires, l’un étant le référentiel de compétences pour les nouveaux arrivants, très détaillé et mettant en regard les compétences attendues dans le contexte scolaire français avec celles du CECRL, destiné principalement aux enseignants (cf. document 1), et l’autre un livret d’évaluation destiné à la communication auprès des familles, ayant une forme plus légère et une formulation plus compréhensible pour les parents (cf. document 2). Ces outils ont été testés avec succès dans les classes des enseignants volontaires mais il s’est avéré nécessaire de poursuivre les travaux : d’une part il fallait intégrer les inévitables corrections, mais surtout il fallait prendre en compte les nouveaux programmes parus dans le BOEN du 12 avril 2007, Mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences, en apportant toutes les modifications nécessaires, notamment celles concernant le vocabulaire, la grammaire et l’orthographe et en utilisant la nouvelle terminologie, puisque « compétences » cédait la place à « capacités », « connaissances » et « attitudes ». Les textes et les tableaux parus dans le BOEN du 30 août 2007, Mise en œuvre du cadre européen commun de référence pour les langues et ceux parus dans le BOEN du 26 avril 2007, Programmes de l’enseignement de langues vivantes étrangères au collège, ont été également utilisés et ils ont été particulièrement utiles pour l’outil destiné aux familles... Il est aussi apparu indispensable de réaliser une notice pour aider les enseignants à s’approprier les outils. Cette notice donne des exemples et des références. Enfin, un document présente la démarche et les choix théoriques du groupe de travail. En février 2008, les deux outils d’évaluation ont été présentés à l’ensemble des enseignants de CLIN de l’Essonne, ainsi qu’à la responsable des CLA. Les outils ayant été validés par l’IA de l’Essonne, l’heure est maintenant à l’expérimentation généralisée dans les classes.

Une référence commune pour le passage au collège...

La référence aux niveaux A1, A2 et B1 commune aux enseignants de CLIN et de CLA a permis de faciliter l’orientation des élèves de CM2 lors du passage au collège. C’est donc en concertation avec les enseignants de CLA de l’Essonne que le niveau A2 a été fixé comme étant le seuil nécessaire à un ENAF sans retard scolaire pour un passage en 6e normale, avec éventuellement quelques heures de soutien linguistique. Un ENAF scolarisé en CM2 qui n’aurait pas acquis le niveau A2, à l’oral comme à l’écrit, pourrait donc être orienté en CLA s’il n’a pas de retard dans ses autres apprentissages. En revanche, il devrait être maintenu en CM2 si ses résultats scolaires sont insuffisants.

De nouvelles pistes de travail...

Dès 2009, il est envisagé d’utiliser en complément du référentiel et de l’outil conçu à partir des évaluations d’entrée en CE2 certaines des épreuves des DELF scolaires et juniors édités par Didier, CLE International ou Hachette FLE.
Il serait intéressant de créer un nouvel outil qui mettrait en relation les compétences du socle commun avec celles des niveaux A1, A2 et B1 du CECRL, tout en s’appuyant sur les évaluations nationales passées en janvier 2009 par les élèves de CM2 ainsi que sur celles que vont passer en mai 2009 les élèves de CE1. L’outil d’évaluation couvrirait ainsi l’ensemble des élèves, prendrait en compte les programmes les plus récents, et porterait aussi sur l’oral.
Autre piste : se pencher sur le DELF Prim, dont les premières sessions seront organisées par le CIEP au printemps 2009. Cet examen, qui vise le public d’enfants débutant en français langue étrangère, permet d’évaluer les quatre grandes compétences langagières.

Sylviane Chauley, professeur des écoles, enseignante de CLIN à Massy en Essonne.
Catherine Fargeas, professeur des écoles, animatrice du CASNAV de l’Essonne.


Document 1


Document 2


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 538 - La parole des élèves

    Bibliographie-sitographie
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles de lycéens engagés
  • N° 538 - La parole des élèves

    À Malika
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles d’élèves et coconstruction des savoirs
  • N° 538 - La parole des élèves

    Des mots et des murs
  • N° 537 - Classes inversées

    Bibliographie-sitographie
  • N° 537 - Classes inversées

    En EPS, un gadget pédagogique ou un outil d’avenir ?
  • N° 537 - Classes inversées

    Les classes inversées, variété et effets différenciés
  • N° 537 - Classes inversées

    Classe inversée et décrochage scolaire
  • N° 537 - Classes inversées

    « Monsieur, j’ai pas fait mes devoirs »