Accueil > Appels à contribution > L’enseignement professionnel


Appel à contributions

L’enseignement professionnel

Coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou


Depuis la sortie du n°484 des Cahiers pédagogiques « Au Lycée professionnel » en novembre 2010, de nombreux changements sont intervenus qui justifient une nouvelle publication faisant un nouveau point sur l’enseignement professionnel aujourd’hui.

La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 par les politiques publiques visait à promouvoir l’enseignement professionnel en alignant son cursus sur les autres voies de formation, ouvrant ainsi son accès à un large public de collégiens qui pourraient s’y engager en ayant la possibilité d’entrer dans le monde du travail avec un bac pro obtenu en 3 ans. Cette rénovation a aussi été à l’origine d’un repositionnement de l’offre de formation du CAP et a eu des effets sur la formation en alternance qui a connu une baisse du nombre d’apprentis pour les diplômes de niveau V et IV. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, profondément modifiées.

La scolarisation de l’enseignement professionnel a aussi modifié les représentations ordinaires sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. La diversification des voies d’enseignement, en générale, technologique et professionnelle, a engendré une reconfiguration des inégalités scolaires, le jeu des orientations contribuant à développer de nouvelles ségrégations scolaires.
Cette ambition de revalorisation de la voie professionnelle a été source de tensions. Ses détracteurs, défendent un temps de formation long (quatre années, BEP puis Bac pro) et dénoncent une formation bradée qui masque les difficultés et suscite le sentiment d’un travail « bâclé » avec une intensification des périodes d’évaluation.
Les défenseurs de cette rénovation mettent en relief la double perspective offerte aux élèves à l’issue de leur formation, moins sélective, d’entrer dans le marché du travail ou de poursuivre leurs études. Ils revendiquent la dimension émancipatrice de cette rénovation.
Entre « diplôme bradé » et « émancipation sociale », entre « intensification du travail » et « nouvelles approches de formation » pour les enseignants et les formateurs, quel état des lieux pouvons-nous faire dans ce dossier ?

Nous souhaitons rassembler des contributions de praticiens et des chercheurs, des témoignages ou interviews d’enseignants, de formateurs, d’élèves et d’ex-élèves qui nous permettent de faire un état des lieux qualitatif et quantitatif, de mieux cerner les réussites et les difficultés, les impasses et les initiatives prometteuses, les évolutions intéressantes et les problèmes récurrents de l’enseignement professionnel.
Nous ne limitons pas notre exploration au lycée professionnel. Ce qui se passe en amont (découverte du milieu professionnel en collège) ou dans d’autres lieux (CFA, MFR, lycées agricoles, GRETA) et ce qui se passe ailleurs, dans d’autres pays, et concerne l’enseignement professionnel nous intéresse aussi : y-a-t-il une spécificité française dans l’organisation de l’enseignement professionnel ? Dans la considération qu’on lui porte ? Dans sa place au sein du système éducatif et de formation ? Une reconnaissance sociale différente ? Des enjeux autres ?
Sans laisser dans l’ombre quelques questions vives :
Faut-il promouvoir des « lycées des métiers » ou des lycées polyvalents ?
Les enseignants PLP … et les autres (conditions de travail, formation initiale et continue, développement professionnel)
Et l’apprentissage ? Quelle réussite des apprentis et quels devenirs ?
Absentéisme et décrochage dans la voie professionnelle : causes et pistes pour y remédier
L’enseignement professionnel voie d’excellence ou de relégation ?
Quelles pédagogies pour remobiliser sur les apprentissages des élèves orientés contre leur gré ?
Etc.
Si la lecture de cet appel à contributions vous incite à nous faire une proposition en vue d’un article, merci, dans un premier temps de prendre contact avec nous pour vous présenter, et proposer en une dizaine de lignes ce qui pourrait faire l’objet d’un article. Précisez la forme que prendrait votre contribution (reportage sur des expérimentations, récit, présentation d’expérience, interview, synthèse d’un rapport de recherche, témoignages, avec ou sans illustrations…). N’hésitez pas à vous lancer, nous pouvons vous accompagner dans l’écriture de votre article.

Nous sommes aussi à la recherche de témoignages ou de récits de pratiques authentiques, au plus près des réussites et difficultés du travail quotidien, de résultats de recherches qui proposent des grilles de lecture, analysent l’existant, ouvrent des voies face aux questions qui se posent.

A titre d’information : les articles d’un dossier de notre revue comportent en général de 8000 à 12000 signes maximum mais quelques plus brefs sont également bienvenus (autour de 5000 signes)
Date limite d’envoi de vos propositions : le 15 janvier 2017.
A cette date et au vu de l’ensemble des propositions nous reprendrons contact avec vous pour envisager la suite (type de contribution, accompagnement éventuel à l’écriture, échéancier etc.)
Contactez-nous par mail.
Merci à vous.
Sabine Coste et Nicole Priou, coordinatrices du dossier
sabine.coste[at]cahiers-pedagogiques.com
nicole.priou[at]cahiers-pedagogiques.com