Accueil > Publications > Les hors-série numériques > L’école ailleurs... (Belgique, Italie, Finlande, Angleterre, Québec, Suisse et (...)


L’école ailleurs... (Belgique, Italie, Finlande, Angleterre, Québec, Suisse et Maghreb)

Ce dossier est la compilation de 7 mini-dossiers parus dans les numéros 425 de juin 2004, 428 de décembre 2004, 432 d’avril 2005, 434 de juin 2005, 449 de janvier 2007, 452 d’avril 2007 - Téléchargeable au format PDF - 5 € pour les individuels - Tarifs avec droits de diffusion : 10 € pour les établissements scolaires et 15 € pour les médiathèques

Commander ce numéro

Sommaire

L’école en Belgique
Présenter et se représenter l’organisation politique et sociale belge est une expérience très perturbante pour un Français. Pour comprendre ce pays très proche géographiquement et, pour une partie, linguistiquement, il faut renoncer à nos modèles où les pouvoirs s’exercent de manière hiérarchique sur des entités homogènes. Dès qu’on entre un tant soit peu dans les rouages de la société belge, on se trouve tout à coup à des lieues de nos représentations habituelles.
- Élizabeth Thuriet :édito : Un voisin si différent
- Lexique franco-français
- Le pays
- L’organisation de l’enseignement
- Le pacte scolaire
- Martine Loiseau : Morale et religion
- L’école et les syndicats
- Entretien avec Michel Vrancken : École sélective et pénurie d’enseignants
- Entretien avec Myriam Tonus : Dualisation scolaire, dualisation sociale
- Les points chauds

L’école en Italie
Le système éducatif se présente dans ce pays sous une forme apparente qui nous est familière : une école maternelle non obligatoire, une école primaire, une école médiane puis une orientation soit en lycée, soit en institut technique, soit en formation professionnelle ou apprentissage, le cycle « noble » se concluant par la Maturità, version transalpine du baccalauréat. Derrière cette apparente identité, bien des différences se cachent.
- Élizabeth Thuriet :édito : Oublier les préjugés
- Le pays
- Entretien avec Marc Lazar : L’art de la “mediazone”
- Adriano Colombo : Les langues de l’Italie
- Élizabeth Thuriet : formes et réformes du système éducatif
- Quelques données sur l’enseignement
- Le métier d’enseignant
- Les écoliers d’Aoste fêtent le francoprovençal

L’école en Finlande
La Finlande est un pays dont on parle beaucoup actuellement dans les milieux éducatifs vu ses excellents résultats aux évaluations internationales PISA, et ceci dans un contexte fortement démocratique et égalitaire.
- Jean-Michel Zakhartchouk : édito : La réussite d’une école égalitaire
- Päivi Sihvonen : Quelques données de base sur l’enseignement en Finlande
- Marie Vial : Quand l’élève est vraiment au centre
- Aija-Leena Nurminen : Une école faite d’abord pour que chacun apprenne
- Tarja Jukkala : Une évaluation largement formative
- Entretien avec Elsa Girod : Avantage Finlande...
- Entretien avec Martin Laitinen : Il n’y a pas cette compétition permanente
- Entretien avec Marja Martikainen et Leena Vaurio : Une école de la réussite

Articles en ligne sur ce site
- Päivi Sihvonen : Éléments d’histoire sur l’école finlandaise [ Lire l’article ]
- Anu Tanzi-Albi : Les élèves nouveaux arrivants à l’école en Finlande [ Lire l’article ]
- Entretiens, par Päivi Sihvonen :

L’école en Angleterre
Après un historique pour lire la complexité du système, nous reviendrons sur quelques aspects clefs du débat provoqué par la réforme voulue par le gouvernement Blair. Nous nous attarderons sur la vie du personnel enseignant outre-Manche, dont les carrières ne ressemblent guère aux nôtres. Nous évoquerons quelques points chauds qui mobilisent la profession d’une manière toute différente de ce que nous connaissons en France et nous soulèverons quelques questions autour de l’imbrication entre le public et le privé, tout droit issue de l’histoire, objet de polémiques actuelles face à la réforme.
- Sylvie Abdelgaber et Géraldine Llopis : édito : Des Anglais qui en font rien comme tout le monde ?
- Sylvie Abdelgaber : Public-privé, des racines mêlées
- Sylvie Abdelgaber : Un système (plus ou moins) national
- Sylvie Abdelgaber : Poudlard, une public school ?
- Sylvie Abdelgaber : Des enseignants au mérite mesuré
- Sylvie Abdelgaber : Six points chauds et un septième plus brûlant

L’école au Québec
Aujourd’hui, certaines évaluations montrent, chez les élèves en début de secondaire, un recul de la maîtrise du français qui, dans une société fortement interculturelle, est la pierre angulaire de la construction d’un système fondé sur la langue. Cependant, elles montrent aussi que les élèves travaillent mieux en équipe et par projet, qu’ils font plus facilement des recherches et sont moins anxieux. Dans ce dossier sur l’école au Québec, la place nous manque pour donner la parole à tous et nous nous situons résolument dans le camp du changement, même si nos références bibliographiques et sitographiques permettent au lecteur de se faire une opinion nuancée sur les réussites et les dérives d’une réforme faite à marche forcée (Isabelle Claude et Diane Miron). Nous soulignerons enfin le lien fort que les tenants de la réforme établissent entre les compétences et l’approche orientante (Marcelle Gingras et Jean- Marie Quiesse), une façon de rappeler que les élèves vont à l’école pour la quitter et entrer dans le monde de l’emploi et du travail.
- Richard Étienne et Danielle Ferré :édito : Où va l’école au Québec ? Heurs et malheurs d’une réforme centrée
sur les compétences
- Danielle Ferré : Une école à parcours multiples
- Rino Levesque, Robert Boudreau et Lara Langlais : Aimer l’école... À Coeur Vaillant
- Isabelle Claude : Regard sur la réforme
- Manon Desjardins et Chantal Raymond : Faire avec et ne pas aller contre
- Diane Miron : Des parents favorables au changement
- Jean-Marie Quiesse : L’élève, premier agent de son développement
- Hervé Belzil : Une école où chaque parcours est singulier
- Héloise Côté et Véronique Chappuis : La culture, une dimension indispensable

L’école en Suisse
Le système scolaire suisse est tellement complexe qu’il fallait être bien audacieux pour tenter d’en rendre compte pour un public autre qu’helvétique (et encore... il n’est pas sûr que les Suisses eux-mêmes s’y repèrent complètement !).
Le défi a été relevé par Simone Forster, collaboratrice scientifique à l’Institut de recherche et
de documentation pédagogique (IRDP, Neuchâtel) qui a réalisé pour les Cahiers ce dossier très exhaustif, dans un contexte de fortes perturbations.
À un moment où la Suisse tente d’harmoniser ses vingt-six systèmes d’éducation, certains cantons sont déchirés entre ceux qui oeuvrent pour la démocratisation de l’école et ceux qui veulent revenir sur les réformes en cours. Dans le canton de Genève, le 24 septembre 2006, l’acceptation par vote de l’initiative « Pour le maintien des notes » a remis en cause tout un travail de pionniers destiné à éliminer la sélection de l’école primaire.
Comme d’autres pays francophones, France ou Canada, la Suisse, confrontée aux problèmes de l’école, a à prendre des décisions pédagogiques qui sont aussi politiques sur la notation, les cycles ou les méthodes d’apprentissage. Nous souhaitons que ce dossier contribue à nous faire connaître ces débats et à enrichir les nôtres : au travers des réformes et contre-réformes qui affectent nos histoires, y voir plus clair est une condition pour tenir bon.

Dossier élaboré par Simone Forster
- La création de la Suisse, une histoire violente
- Pourquoi vingt-six systèmes d’éducation ?
- Harmoniser les pratiques éducatives : coordination ou contrainte ?
- À l’heure des batailles pédagogiques
- Après la “maturité” : tumultes dans l’enseignement supérieur
- Polyphonie ou cacophonie ?
- L’explosive question des langues
- Dépenses et résultats, chiffres à l’appui

L’école au Maghreb
Pour ce dossier, on a mis en exergue deux composantes fortes des systèmes scolaires maghrébins, qui débouchent sur des dilemmes : l’arabisation de l’enseignement, et l’orientation islamique. À chaque fois, l’accent est mis sur un cas national, mais les problématiques sont largement communes. Puis, sont proposés un ou deux coups de sonde sur chaque système national. Les entrées ont été choisies de sorte à mettre en valeur des traits spécifiques complémentaires : pour l’Algérie, la contrainte démographique, et la construction de l’histoire
nationale ; pour le Maroc, l’école dans la ruralité profonde ; pour la Tunisie, le modernisme, et la scolarisation des filles. En clôture, on trouvera un point sur la formation des enseignants, réalisé sur le cas algérien. Ces thèmes ont, souhaitons-le, une pertinence ; mais par définition ils ne sont pas (surtout pour le Maroc !) des diagnostics sur les évolutions scolaires nationales. Il y faudrait beaucoup plus de place.

- Françoise Lorcerie :éditorial
- Khaoula Taleb Ibrahimi : Passions, tabous et malentendus. Un point de vue algérien
- Mohamed El Ayadi : Le cas du Maroc
- Kamel Kateb : Démocratisation de l’enseignement en Algérie : les aléas de la démographie
- Hassan Remaoun : L’enseignement de l’histoire nationale en Algérie dans les manuels
- Mohammed Oudada : L’école dans l’oasis
- Yassine Zouari : L’école tunisienne entre tradition et m odernité
- Radhia Bel Haj Zekri : La scolarisation des filles en Tunisie : acquis et limites
- Aïcha Benamar : Quelle formation pour quels enseignants aujourd’hui en Algérie ?

 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.