Accueil > Appels à contribution > L’autorité en éducation


L’autorité en éducation

Un dossier coordonné par Michèle Amiel et Bruno Robbes


Entre parole officielle sur l’autorité qui « se perdrait » en éducation et pratiques de l’autorité à l’école, de quoi parle-t-on quand on parle d’autorité en éducation ? Qu’est-ce que l’autorité éducative ? Quelles avancées des connaissances ?

Qu’est-ce qu’aborder l’autorité aujourd’hui avec les jeunes générations ? Qu’est-ce qui a vraiment changé depuis quatorze ans (depuis la sortie du numéro 426 des Cahiers pédagogiques) ?

La représentation de l’autorité a-t-elle évolué dans la société en général, mais aussi chez les enfants, les adolescents, nos élèves, selon le genre ? Quelles demandes, quels besoins – y compris contradictoires – expriment-ils par rapport aux adultes et aux professionnels ?
Dans un environnement dominé par l’individualisme et l’immédiateté, comment l’adulte qui détient l’autorité statutaire autorise-t-il l’enfant, le jeune à devenir davantage autonome ? Comment faire apprendre l’obéissance, non confondue avec la soumission ? Comment construire la confiance ?

La problématique du non-négociable concerne la place générationnelle (adulte/enfant ou jeune) et la fonction institutionnelle (enseignant, personnel d’éducation ou de direction/élève). Ce « non-négociable » est la capacité à poser et à tenir un cadre éducatif suffisamment fiable, porteur de limites structurantes. Comment les établissements scolaires, les personnels d’éducation et de direction font-ils vivre cette dimension du non-négociable ? Qu’en est-il des équipes enseignantes, des enseignants dans leur classe ?

L’autorité est à mettre en relation avec les mutations du statut des savoirs dans nos sociétés de la communication et du numérique (concurrence de discours religieux et médiatiques, conception évolutive des sciences, primat des émotions...). Quelles en sont les conséquences sur le métier d’enseignant et les situations d’enseignement-apprentissage ? Entre relation de pouvoir, contestation du savoir et argument d’autorité, comment aider les jeunes à développer leur esprit critique ?

Quelles relations de communication, quels dispositifs pédagogiques et didactiques pour créer un rapport non dogmatique au savoir ? Comment articuler transmission et émancipation ? Comment privilégier les situations d’autorité didactique ? Peut-on identifier des équivalents fonctionnels de l’autorité dans différentes pédagogies (les pédagogies coopérative et institutionnelle, par exemple) ? Comment conjuguer autorité et bienveillance ?

Enfin, comment organiser le fonctionnement institutionnel de l’établissement pour favoriser les cohérences éducatives, les pratiques collaboratives, coopératives ? Quelles conséquences sur l’autorité et le pouvoir ? Quels systèmes de médiations entre le directeur ou le chef d’établissement et les personnels, entre les personnels et les élèves, entre les élèves eux-mêmes ?

Comment fait-on aujourd’hui pour avoir de l’autorité ? Qu’est-ce qui fragilise aujourd’hui l’autorité des éducateurs en général ? Qu’y a-t-il de nouveau qui permettrait de conforter l’autorité des enseignants ? Les préconisations du ministère sont-elles utiles et efficaces pour cela ?

Que disent les référentiels de compétences de l’autorité des personnels administratifs, d’éducation et des enseignants ? Où en sont les enseignants et les professionnels de l’éducation sur ces questions ? Qu’en est-il de leur formation initiale, mais surtout continue ?

Peut-on se former aujourd’hui à l’exercice de l’autorité ? Quelles postures et tâches, dans les représentations des adultes, sont liées aux questions d’autorité ? Que signifie « construire une posture professionnelle » et comment s’y prendre ?

Que vous exerciez en école maternelle, élémentaire, au collège, au lycée ou à l’université, vos témoignages et vos réflexions nous intéressent. Pas seulement le récit de pratiques merveilleusement efficaces, mais aussi vos tâtonnements, vos échecs. Nous serions également preneurs de l’expression de vos élèves.

Envoyez-nous vos propositions d’articles sous la forme d’un résumé de trois ou quatre lignes pour le 1er décembre.

Michele.amiel[at]cahiers-pedagogiques.com
Bruno.robbes[at]cahiers-pedagogiques.com