Accueil > Publications > Articles en ligne > Compléments au N°450 - Dossier "Images" > L’atelier des images : déjà toute une histoire


L’atelier des images : déjà toute une histoire

Par Lionel Lhenry


Peintre suisse et illustratrice de livres pour la jeunesse, Warja Lavater (née en 1913) fait paraître des livres dépliants (Guillaume Tell, Le Petit Chaperon rouge) aux Etats-Unis, puis en Suisse et en France chez Maeght Editeur. Ce sont ce que l’artiste appelle ses "Imageries" (version picturales géométrisées en particulier des contes populaires) dans les galeries d’Art ou dans les librairies des musées. Mais ce peintre abstrait a une perception de la pensée écrite que comprennent spontanément tous les jeunes lecteurs qui découvrent ses livres. Tout son jeu graphique repose sur une codification des formes symboles qui, en se dépliant, permet une découverte de l’action conduite d’une manière très cinématographique, avec des effets de zooms grossissant ou diminuant les éléments colorés. Warja Lavater semble ainsi mener une lecture "artistique" très active. Depuis son premier livre en 1965, elle est à l’avant-garde de la pratique des jeux de lecture (presque des jeux de rôles).

L’artiste a publié chez Adrien Maeght éditeur, un étrange petit livre consacré au Petit Chaperon rouge. Elle a remplacé le texte du conte par une longue bande de 4,74 mètres de long, couverte de points. Chaque personnage, chaque élément de décor est représenté par un signe selon un code annoncé en préambule. La bande se replie en accordéon pour former des doubles pages.

C’est ainsi que le petit Chaperon rouge quitte sa mère à la porte de la maison (ci-dessus à gauche), ou qu’il rencontre le loup dans la forêt (ci-dessus à droite). Warja Lavater s’est livrée au même exercice avec Blanche-Neige, Cendrillon ou Le Petit Poucet selon un principe identique.
Ces livres sont conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Imageries, vidéo réalisée en 1994

Les Imageries sont six films d’animation en image de synthèse mis en musique à l’Ircam par le compositeur Pierre Charvet. À partir des contes de Perrault illustrés par Warja Lavater, ils esquissent un rapport original du son à l’image dans une esthétique plastique et musicale abstraite et contemporaine qui laisse beaucoup de place à l’imaginaire de l’enfant.

Description
A partir des livres objets de Warja Lavater, préfigurant avec près de vingt ans d’avance les menus et icônes informatiques, une première étape vers le développement multimédia à pris la forme d’une série de six films d’animation de 5 minutes chacun réalisés en image de synthèse transcrivant les histoires les plus connues de Charles Perrault : Le Petit Chaperon Rouge, Cendrillon, Le Petit Poucet, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige, La Fable du Hasard. Ces films contiennent l’ensemble des éléments dynamiques de l’animation (trajectoire des personnages, mouvements de caméra, déroulement des décors, entrées et sorties de champs, etc.).

Musique de Pierre Charvet
Utilisant les logiciels de synthèse sonore de l’Ircam, Pierre Charvet s’est attaché à inventer pour les Imageries un vocabulaire sonore qui sert d’équivalent aux "codes" géométriques de l’ oeuvre originale de Warja Lavater. Il tente, dans cette création, d’éviter l’utilisation de leitmotiv mélodique récurrent (du type Pierre et le Loup) sans basculer dans une musique exclusivement de timbre qui accentuerait trop l’esthétique abstraite de l’ensemble.

Technologies
L’animation graphique a entièrement été réalisée sur ordinateur Silicon Graphics par la société Mac Guff Ligne, spécialisée en animation 3D. Divers procédés de synthèse sonore ont été employés par Pierre Charvet notamment le logiciel Super Vocodeur de Phase pour la génération d’interpolations (morphings) entre sons instrumentaux et naturels par exemple. Le logiciel Modalys, utilisant le principe de la modélisation physique, a permis la création de sons inédits, comme issus d’une lutherie virtuelle (percussions de taille géantes ou variables frappés par la force d’une bombe, archets virtuels sur des cordes en verre de plusieurs mètres de long, etc.). Les transformations sonores, les enregistrements et le mixage ont été réalisés dans les studios de l’Ircam.
( La vidéo a obtenu le Prix Pixel-INA dans la catégorie Art, le prix européen d’investissement Media et la mention « meilleure bande son » au salon Imagina 1995.)

Participants
Conception : Warja Lavater d’après Charles Perrault
Réalisation graphique : Mac Guff Ligne
Création musicale : Pierre Charvet
Réalisation musicale : Ircam
Mixage : Régis Mitonneau, Cyril Châble
Coproduction : Cinquième Agence, France 3, IRCAM, Mac Guff Ligne, Maeght Editeur avec le soutien du CNC et de la PROCIREP.

Nicéphore Days du 20 au 23 Novembre 2003

Les Nicéphore Days (Quatre jours de création autour de l’Image et du Son à Chalon-sur-Saône) programment l’atelier pédagogique de la 3D au parc des expositions.

S’adressant à des enfants des classes maternelles et des cours élémentaires cet atelier est une « école du regard ». A partir des contes de Charles Perrault revisités par l’univers graphique et symbolique de Warja Lavater les classes sont amenées à en décoder la construction.

Puis, sur des stations infographiques spécialement conçues sans souris ni clavier, ils fabriquent leurs propres histoires à la fois sur des supports papiers (livres accordéon) mais aussi en projection filmée.

Partenaires : ENSAM Institut de l’Image, Nicéphore Cité, CCRV (Centre de Création de Réalité Virtuelle), Louis-François Fleri

3 classes (GS-CP-CE1) ont créé à titre expérimental des récits sur les stations après découverte de contes et codage.

La mise en place du projet

Le montage du projet de l’Atelier des Images s’est déroulé en mars et avril 2004 pour aboutir à l’installation d’une première station en mai 2005 à l’école primaire de la Citadelle à Chalon-sur-Saône.
Nicéphore Cité fournit quatre stations complètes et intégrées dans de nouveaux meubles ergonomiques et plus esthétiques. Deux rejoignent l’école de la Citadelle et deux autres sont installés dans les locaux de Nicéphore Cité.
Ces installations permettent d’organiser des demi-journées de formation et un stage pour les enseignants.
Le dispositif est depuis à disposition des classes.

Lionel Lhenry, animateur audiovisuel et multimédia, circonscription de Chalon-sur-Saône 1.


La palette des couleurs
La palette des formes
Le petit écran pour construire objets et personnages