Accueil > Publications > Articles en ligne > L’ami critique, le meilleur ami des équipes


N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

L’ami critique, le meilleur ami des équipes

François Muller

Le développement professionnel continu des enseignants, tel qu’il s’inscrit dans le référentiel métier depuis 2013, permet d’envisager une nouvelle cartographie des acteurs et de nouvelles compétences pour les rôles en place, de nouvelles interactions à explorer.

En misant sur une évaluation externe des unités éducatives focalisée sur les progressions et sur les acquis des élèves, avec des temps et des méthodologies qui renforcent la dimension collective, coopérative et responsabilisante, les inspections trouvent un rôle nouveau pour beaucoup. Dans le même temps, les équipes éprouvent le besoin de renforcer leur compétence collective à s’autoévaluer, à réguler leur action pédagogique et éducative. S’engager dans ce processus d’enquête exige un peu de temps et des méthodologies adéquates, des rôles et des responsabilités prises au sein de l’équipe d’école ou d’établissement, et aussi un étayage externe que l’ami critique saura leur proposer.

Les mots sont des pièges. L’antique figure de «  formateur  » mute, parce que la formation elle-même se transforme, parce que les enseignants évoluent, parce que les élèves changent. Pour des élèves mieux formés, plus ouverts au monde, aux questions contemporaines, plus agiles dans leurs corps et dans leur tête, plus mobiles dans leur vie, il faut des enseignants suffisamment solides et solidaires, experts de leurs pratiques, pourvu qu’on leur fasse confiance.

Pour faciliter et soutenir l’engagement des personnels dans leur propre développement professionnel, les formules varient selon les pays, et est apparue dans plusieurs systèmes éducatifs une fonction et des compétences (et non pas un poste ni un statut) qui se définissent en dynamique et en service donné, de la manière suivante : « Une personne de confiance qui pose des questions dérangeantes, propose des données à étudier avec un autre regard et critique le travail déjà réalisé comme un vrai ami. L’ami critique n’est pas neutre, mais il agit pour soutenir l’établissement et pour le défendre, en travaillant avec l’encadrement et les enseignants pour les aider à améliorer l’établissement avec la distance nécessaire. C’est une personne extérieure qui n’entretient aucune familiarité avec les membres de l’établissement.   » [1] Plusieurs métiers peuvent s’y retrouver, par exemple, certains inspecteurs de l’Éducation nationale, certains conseillers pédagogiques, certains formateurs, certains directeurs, et aussi certains enseignants ressources (et pas du premier degré nécessairement), certaines fonctions (le Cardie (Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation) ou le chargé de mission du Cardie par exemple), etc.

Un ami critique multitaches

Ce positionnement et les compétences sollicitées sont étroitement dépendants d’une plasticité dans les rôles potentiels joués par l’ami critique à la rencontre d’une équipe sur le terrain ; il ou elle peut être tour à tour : facilitateur, animateur de réseaux, organisateur, entraineur ; plus rarement, il pourra être questionné en tant que conseiller scientifique, et pourra trouver des réponses rapides et pertinentes, au moins il saura où les trouver ; plus rarement, il pourra être pris à partie comme arbitre. Ce sera une des limites du rôle.

Cette identité fonctionnelle à plusieurs facettes convient parfaitement à des personnels dont le style humain ou encore le rapport au monde et à leur propre apprentissage est marqué par les qualités suivantes : ouverture, écoute, compréhension, pertinence, empathie, communication, persuasion, innovation.

C’est ainsi qu’il ou elle s’attache à exploiter dans la relation durable d’accompagnement des équipes des situations formelles (introduire, rassembler des données, organiser les données, formaliser un jugement, considérer les options possibles, soutenir les initiatives, pérenniser le projet).

La constitution de réseaux d’aide

Pourtant, l’ami critique accorde une importance non dissimulée à l’informalité du quotidien, tout ce qui n’est pas écrit et qui joue un rôle capital dans les routines professionnelles. Et c’est précisément ce dont il s’agit dans la grande transformation de l’école ; il connait bien l’environnement, négocie les rôles respectifs, construit des alliances, facilite le travail du groupe, rend compte, maintient la dynamique et sait à un moment se désengager en douceur.

Il est fort possible qu’à statut égal ou fonction identique (conseiller pédagogique, formateur ou encore inspecteur par exemple), ce rôle ne soit pas en congruence avec votre style personnel. Auquel cas, il conviendra de trouver d’autres types de rôles, voire de méthodologies ; ou alors de fonction pour retrouver une base professionnelle plus stable de votre point de vue (formateur, évaluateur, directeur par exemple).

Le réseau des Cardie, depuis six ans, avec l’aide de Romuald Normand, professeur des universités, maintenant professeur à l’ESSEC (École supérieure des sciences économiques et commerciales), a été accompagné dans ce sens et dans beaucoup d’académies. Des groupes de personnes ressources, sous des noms variés (accompagnateurs, conseillers en développement, amis critiques), par essence interdegrés et intercatégoriels, se sont constitués et se forment en réseau, par retour d’expériences et analyse clinique de leurs travaux.

François Muller
Département Recherche et développement en innovation et en expérimentation, Dgesco.


François Muller est l’auteur de plusieurs sites en ligne qui font référence (« Diversifier ») et de plusieurs ouvrages dont le Manuel de survie à l’usage de l’enseignant même débutant, 5e édition, éditions L’Étudiant, 2015,prix de l’Académie française, ou encore L’innovation, histoire contemporaine du changement en éducation, éditions Scérén, 2012, et avec Romuald Normand, École : la grande transformation ? Les clés de la réussite, éditions ESF, 2013 ; Des enseignants qui apprennent, ce sont des élèves qui réussissent, le développement professionnel des enseignants, éditions ESF, 2017.

Site : http://francoismuller.net.

Son activité est centrée sur l’accompagnement du changement et le développement professionnel.

Quelques vidéos :

Accompagnement et développement professionnel
https://www.youtube.com/playlist?list=PL1tu1UO10ih7opq4VJuGL3eKXwLmJZbrD

L’innovation, toute une histoire,
https://www.youtube.com/playlist?list=PLD9948A006F119106

Dix mots de l’innovation,
https://www.youtube.com/playlist?list=PL98D64821BE92DE36


[1École : la grande transformation ? Les clés de la réussite, ESF éditeur, 2013.

Sur la librairie

 

Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée
Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

Voir le sommaire et les articles en ligne


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Préparez votre paire de schizos !
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Fonction : coordinateur d’équipe
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    L’ami critique, le meilleur ami des équipes
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Deux écoles fusionnent, une identité à construire
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Politique et éthique du pouvoir
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Un défi à relever
  • N° 538 - La parole des élèves

    Bibliographie-sitographie
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles de lycéens engagés
  • N° 538 - La parole des élèves

    À Malika
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles d’élèves et coconstruction des savoirs