Accueil > Ressources > Nous avons lu > L’absentéisme des lycéens


Recension parue dans le N° 370 de janvier 1999

L’absentéisme des lycéens

Les rapports de l’inspection générale de l’Éducation nationale, CNDP, Hachette éducation, 128 pages

18 janvier 1999


Commander cet ouvrage



L’Inspection générale de l’Éducation nationale publie le rapport sur l’absentéisme des lycéens qu’elle a élaboré à partir d’un questionnaire distribué dans les établissements au cours de l’année 1994-1995. Les avis alarmistes qui considèrent que ce phénomène est en progression sont-ils fondés ? Que révèle l’absentéisme tant sur les élèves que sur l’école ? Autant de questions rebattues, autant de réponses toutes faites sur lesquelles ce bref ouvrage apporte la modestie d’un éclairage documenté qui évite les conclusions péremptoires.

Tout d’abord si l’évolution du phénomène semble réelle, elle est limitée (1 % à 2 % en une dizaine d’années) et paraît suivre la courbe de la massification. Considéré sur une échelle globale, cela représente pourtant une augmentation visible qui ne fait que redoubler les craintes liées aux nouveaux comportements difficiles des élèves des banlieues où les lycéens sont le plus massivement absents.

Au chapitre des causes, le rapport n’évite pas la banale constatation selon laquelle l’absentéisme est le symptôme de tous les malaises possibles et imaginables. Il devient nettement plus intéressant lorsqu’au détour d’une analyse des facteurs économiques et sociaux, le rapporteur suggère que l’absentéisme peut être mis en relation avec la" tendance à la constitution d’un groupe social des jeunes". On voit alors s’opposer ce que René Lourau aurait appelé une instance de moins en moins clandestine et une autre instance formée par un corps enseignant dont les absences (allô M. Allègre) et les motivations variables ne rendent parfois pas très lisibles les projets de formation.

Le rapporteur souligne alors la nécessité, outre de redonner du sens aux apprentissages, d’abolir le cloisonnement entre le corps professoral, l’administration et la vie scolaire de manière à ce que l’établissement retrouve la dynamique d’un projet de formation qui est aussi un projet éducatif.

Et le rapport se conclut sur cette innocente constatation : "Les réponses à l’enquête évoquent rarement la participation des élèves à la lutte contre l’absentéisme ou à l’élaboration du règlement intérieur sur ce point. Spontanément, ceux-ci semblent plutôt être considérés comme sujets que comme acteurs de cette lutte."

Pierre Madiot


Commander cet ouvrage