Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Japan on air


Quatorze collégiens à Tokyo

Japan on air

Bruno Vuillemin et Eric Bonneau

25 avril 2016

« Enterrement de première classe » pour l’ODP 3 heures ! Quatorze élèves du collège de La Force en Dordogne, accompagnés de deux enseignants et d’un formateur du Clemi sont partis découvrir le pays du soleil levant d’où ils ont réalisé une émission de radio en direct depuis Tokyo.


http://www.cahiers-pedagogiques.com...L’option de découverte professionnelle (ODP) 3h qui permettait aux collégiens de troisième d’affiner leur choix d’orientation va cesser d’exister à la fin de l’année scolaire 2015-2016. Bruno Vuillemin, un professeur de technologie de cette option du collège Max Bramerie de La Force en Dordogne, a décidé pour tourner la page, de réaliser quelque chose « d’extraordinaire ». Il a mis sur pied un voyage d’une semaine au Japon du 15 au 24 février 2016.

Les préparatifs

Pour partir au Japon, il faut trois choses : un passeport, de l’argent, et un bon projet pédagogique. Le passeport en poche, il a fallu trouver des financements. Il va sans dire qu’un tel voyage a un coût. Les familles ont été mises à contribution mais pas seulement. L’option de découverte professionnelle fonctionne depuis une dizaine d’années. Durant tout ce temps, de nombreux partenariats se sont noués avec des entreprises, des syndicats professionnels ou encore des associations de promotion des secteurs professionnels. C’est pourquoi, pour cet « enterrement de première classe », les enseignants se sont tournés vers les structures et les entreprises qui ont été leurs partenaires dans le cadre de l’option pour des visites d’entreprises ou des interventions au collège.
L’association départementale pour l’emploi et la formation en agriculture (ADEFA), est l’un de ces partenaires privilégiés. Elle a mis généreusement la main à la poche pour que les jeunes puissent partir. Et comme cela ne suffisait pas à faire baisser le coût du voyage dans des proportions acceptables pour les familles, il a fallu recourir à d’autres moyens de financement : organiser une tombola ou vendre des gâteaux au collège mais aussi sur le marché. Cela a permis également de valoriser le projet… et de trouver fortuitement de nouveaux sponsors !

Un projet partagé dans la vie du collège

Conjointement, Bruno Vuillemin et ses collègues ont dû bâtir un sérieux projet pédagogique. C’est dès l’année scolaire 2014-2015 que l’idée a été lancée. Une première réunion d’information a été proposée aux enseignants intéressés par le sujet. Elle a permis de définir les contours des approches pédagogiques qui pourraient faire écho dans les différentes disciplines ou sections comme l’ULIS ou la SEGPA. Une enseignante d’une école primaire a également souhaité s’intégrer au projet et a engagé sa classe de CM1/CM2 dans la réalisation d’une émission de web radio qui sera diffusée en juin prochain.
C’est comme cela qu’un ensemble de travaux pédagogiques et d’activités ont vu le jour. On peut citer le travail de la classe d’ULIS, avec l’étude de textes autour de l’histoire de Sadako Sasaki, une fillette japonaise née à Hiroshima le 7 janvier 1943 et morte dans la même ville le 25 octobre 1955 des suites d’une leucémie due aux radiations de la bombe A. Les élèves de cette classe d’ULIS ont également travaillé à l’écriture de Haïkus qui ont donné lieu à la réalisation de gravures sur bois.
La professeure documentaliste du collège s’est également emparée du thème et a proposé au cours de l’année de multiples activités autour du thème du Japon :
Une exposition Mangas de 8 panneaux, une vitrine avec des figurines, et le prêt 140 mangas et 7 DVD de la bibliothèque départementale 24 ;
un atelier Mangas animé par un dessinateur professionnel. En vue de la réalisation d’affiches Manga,
- un atelier Haïkus proposé aux professeurs de français de l’établissement, lors du Printemps des poètes ;
- des activités autour des contes et du théâtre japonais « Kamishibai » : par les élèves de 6ème SEGPA.

Arts plastiques et technologie

Les élèves ont pu découvrir les œuvres et la démarche artistique de l’artiste japonais Tadashi Kawamata. C’est un artiste contemporain qui réalise des structures avec des planches en bois sur des bâtiments existants avec l’aide du public, passants ou étudiants. Le public s’appuie sur les plans de l’artiste, tout en ayant une marge de manœuvre et d’initiative dans la construction de l’œuvre. Cet artiste a réalisé, à Bordeaux, la passerelle au-dessus de la Garonne en face de la place des Quinconces. Tout comme Kawamata, les élèves ont travaillé, en groupe, les notions de l’entre-deux et de la prolifération à partir et autour du mobilier scolaire. A l’aide de bandes de papier, ils ont réalisé, en groupe, des essaims, des nids venant envahir un espace entre deux tables, entre des pieds de chaises, dans un évier ou encore un coin de mur.
Dans un second temps, ils ont découvert les toriis japonais, portails traditionnels, qui offrent une grande variété de formes et de significations symboliques. Un travail de recherche (croquis, esquisses) leur a permis de dessiner et d’imaginer des toriis personnalisés en vue d’une installation future dans la cour du collège. En parallèle, en technologie, ils ont défini un cahier des charges fonctionnel et proposés des solutions techniques pour la fabrication de ceux-ci.
Après tout ce travail préparatoire, chacun d’entre eux a progressivement réalisé les plans d’une installation in situ dans la cour du collège. L’idée étant de proposer un alignement de quatre toriis, de différentes hauteurs, symbolisant le passage de la classe de 6ème à la classe de la 3ème.
Suite aux événements douloureux qui ont marqué le pays le 13 novembre 2015, il leur a semblé important d’en faire aussi une sorte de Mémorial. Ces toriis seront donc peints, ornementés de diverses inscriptions ou suspensions en mémoire des victimes des attentats.
L’installation dans la cour du collège sera réalisée par les élèves avec l’aide de professionnels de la construction. La conception et le suivi de leur fabrication seront réalisés dans le cadre du cours de technologie.

Le voyage, du pays de l’Homme au pays du soleil levant…

Lorsque le jour tant attendu est arrivé, le lundi 15 février 2015, tout le monde a pris la direction de l’aéroport Bordeaux-Mérignac. Ce voyage a été l’occasion pour certains élèves de sortir du territoire national et de prendre l’avion comme mode de transport pour la première fois ! Et quelle première fois !

Tout le monde est arrivé le mardi à l’aéroport Tokyo Narita. C’est fatigué mais très excité que le groupe a rejoint l’auberge de jeunesse et d’y déposer les bagages avant de partir déjeuner dans le quartier d’Asakusa. L’après-midi fut dédié à la balade, avec notamment la visite du temple Senso-ji.

JPEG - 166.7 ko
Devant le temple Senso Ji

Le lendemain, les élèves se sont rendus à l’observatoire de la mairie de Tokyo, qui se trouve au 45ème étage d’un immense building du quartier Shinjuku, un des plus grands quartiers de Tokyo. Le mont Fuji est apparu brièvement. On y trouve la majeure partie des gratte-ciel de cette ville tentaculaire mais également un immense parc dans lequel l’atmosphère est étrangement paisible au regard du tumulte environnant !
Le jeudi 18 février 2015, le groupe s’est rendu dans le quartier d’Harajuku et a arpenté la rue Takeshita renommée pour sa pop culture japonaise et ses nombreux commerces ! En passant dans Yoyogi park, les élèves ont pu découvrir le Temple Meiji et s’initier aux rituels shintoïstes.

Le vendredi 19 février 2015 fut l’occasion de découvrir Shibuya, un quartier branché et très animé de Tokyo, mondialement connu grâce à son grand carrefour où se croisent tous les jours des millions de piétons et d’automobilistes sans jamais se toucher. Le soir, les élèves ont pris un bus de nuit pour rejoindre la ville d’Hiroshima qui se trouve à environ 800km de Tokyo. Ce fut un voyage long et peu reposant…

JPEG - 172.4 ko
Sur le marché

A l’arrivée le samedi matin, le temps était gris et pluvieux, atmosphère adéquate pour parcourir les horreurs de la seconde guerre mondiale et visiter le parc de la paix ainsi que le mémorial de la bombe A. Les élèves ont pu voir le dôme de Genbaku, dernier bâtiment vestige du bombardement du 6 août 1945. Ce fut une journée émouvante et marquante !
Le soir même, il a fallu reprendre le bus de nuit pour regagner Tokyo.

De retour à Tokyo, le groupe a rejoint le quartier d’Akihabara, ancienne zone résidentielle de Tokyo aujourd’hui devenue le véritable point de rendez-vous des passionnés de l’électronique et de la culture pop-manga. Il regroupe de nombreux magasins et petites boutiques de manga, de jeux vidéo, de dvd et de figurines « goodies », personnages de l’animation japonaise. Décibels assurés.

Un studio de radio dans les valises

Lors de ce voyage, les collégiens s’étaient donnés l’objectif de se faire les ambassadeurs du Périgord en Dordogne, notamment de l’agriculture, par le biais d’une émission de radio. Le collège Max Bramerie participe depuis plusieurs années au dispositif Classe Radio (1). Aussi, la radio comme mode médiatique de restitution de ce voyage s’est imposée. Éric Bonneau chargé de mission pour les activités radiophoniques et référent CLEMI pour l’académie de Bordeaux est venu présenter le projet dans le collège. Afin de préparer le direct à Tokyo, il a été décidé qu’une première émission serait produite et diffusée depuis leur établissement le 1er décembre (2). Le thème retenu pour cette émission était la découverte des métiers et des secteurs d’activités importants en Périgord. Elle offrait ainsi à chaque élève l’opportunité de se familiariser avec la réalisation de reportages (prise de son et montage), l’écriture de chroniques, la prise en main du matériel de diffusion, la mise en place d’un conducteur, bref tous les éléments constitutifs d’une émission.
Restait à résoudre le problème du matériel de diffusion. Le lycée français de Tokyo n’ayant pas donné suite à la demande de Bruno Vuillemin d’accueillir les élèves, il a été décidé d’amener dans nos valises un studio de radio. Chacun y est allé de sa petite place dans ses bagages : qui les micros, qui les pieds, qui la connectique, qui la table de mixage… Le tout en cabine et non en soute !
Trouver un équilibre entre découverte du Japon et activités radiophoniques
Ainsi, plusieurs sons et textes ont été préparés en amont du voyage : interviews dont celui de Morgan Maury, journaliste sportif, parrain du projet et spécialiste des arts martiaux ; reportages sur l’ADEFA Dordogne, mécène principal, et le domaine viticole Grange Neuve de Monbazillac ; chronique sur les mangas. Les rôles ont été répartis, les textes de lancement et de pied écrits, le conducteur bien avancé et les reportages à réaliser in situ répartis entre les élèves. Les adultes handicapés de la fondation John Bost de la Force ont écrit puis enregistré des haïkus prêts à diffuser dans l’émission.

Sur place, les élèves, conscients de la chance dont ils bénéficiaient, ont été très concernés par la préparation de celle-ci. Lors des visites programmées, ils devaient prendre des notes puis écrire leur chronique en rentrant à l’auberge de jeunesse ou dans le bus qui les a ramenés d’Hiroshima. Des conditions parfois contraignantes mais dont les élèves se sont affranchis avec ténacité et plaisir. On ne peut d’ailleurs que les féliciter pour leur implication et la qualité de leur travail.

ON AIR !

JPEG - 106.9 ko
L’émission

Ils ont multiplié les chroniques sur les quartiers Shibuya – magnifié par Sofia Coppola dans « Lost in translation » - et Akihabara dit « Electric town », sur les temples bouddhistes et shintoïstes, sur les bars à chat (Neko café en japonais) et bien sûr Hiroshima, en s’appuyant sur la visite du mémorial de la Bombe A et sur des recherches historiques qu’ils ont menées avec Arnaud Bricheux, leur professeur d’histoire qui les accompagnait. Deux élèves avaient, elles, l’objectif de produire une carte postale sonore. Chaque sortie donnait lieu à des prises de son et à l’écriture de quelques phrases bien senties pour témoigner des moments vécus. Le montage a été réalisé dans la cuisine du lieu d’hébergement !
Le lundi 22 février, une répétition a eu lieu le matin dans le salon de l’auberge de jeunesse mais sans pouvoir installer le matériel. A 13 heures, le studio dans les valises, direction l’Institut culturel français où Bruno Vuillemin avait réservé une salle avec vue sur la ville. Après un filage rapide, et un exercice de respiration sur la terrasse, ce fut l’heure du direct. L’invité plateau, Pandaman, jeune youtubeur français installé à Tokyo depuis quelques mois et réalisateur de vidéos sur le Japon est venu évoquer sa vie quotidienne et ses activités. L’émission (3) a été à l’image du séjour : maîtrisée et réussie.
D’autres gratte-ciel se profilent pour 2017 : ceux de New-York. Bruno Vuillemin aimerait bien aller diffuser quelques ondes pédagogiques positives depuis la grosse pomme.

(1) Classe Radio est un dispositif du Clemi qui permet aux établissements de l’académie de Bordeaux de développer des activités radiophoniques, notamment la diffusion d’émissions en streaming depuis ceux-ci.
(2) : pour écouter cette première émission, cliquez sur le lien ci-dessous (page Facebook du collège).
http://urlz.fr/3r7g
(3) : vous retrouverez ces chroniques et la totalité de l’émission sur :
https://blogpeda.ac-bordeaux.fr/clemibordeaux/category/cd-2016/
Et le direct filmé sur Youtube :
https://www.youtube.com/watch?v=qiV1-Q8dXsY

Autres liens :
Le blog du séjour : http://maxinews.fr
La page Facebook du collège :https://www.facebook.com/Coll%C3%A8ge-Max-Bramerie-257407254315746/

Voir en ligne : L’info des ados dans ta radio

Voir aussi sur le site :
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Les-bonnes-ondes-de-la-radio-scolaire