Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Incertitudes et inquiétudes


N° 538 - La parole des élèves

Incertitudes et inquiétudes

Cécile Blanchard


Le nouveau ministre de l’Éducation nationale a assuré qu’il n’y aurait pas de loi qui porte son nom, et annoncé «  des évolutions du système, qui ne seront pas verticales  ». Mais ses premières mesures semblent plutôt se situer du côté de l’uniformité décidée «  d’en haut  » : généralisation des études après la classe pour faire les devoirs et systématisation des dédoublements en CP-CE1 en REP (réseau d’éducation prioritaire), qui risquent de prendre la place du dispositif «  Plus de maitres que de classes  ».

Le nouveau ministre dit aussi vouloir tenir compte des résultats de la recherche. On ne peut que s’en réjouir aux Cahiers pédagogiques, mais de quelle recherche s’agira-t-il ? Le retour de la semaine de quatre jours et l’affirmation qu’il n’existe pas d’études sur le sujet sont, en soi, une négation des travaux de recherche menés depuis des années qui, tous, condamnent cette organisation. On peut ainsi s’inquiéter de ce que tous les travaux de recherche pourraient ne pas être logés à la même enseigne.

Le nouveau ministre a encore dit qu’il souhaitait en finir avec le «  pédagogisme  ». Et nous qui espérions être débarrassés de cette rhétorique offensante pour les pédagogues qui œuvrent sur le terrain !

On en viendrait parfois presque à s’inquiéter du niveau de la réflexion pédagogique au ministère de l’Éducation nationale. Ainsi, le ministre veut que les devoirs soient «  faits  » avant de rentrer à la maison. Mais quand seront traitées les nombreuses questions que cela soulève ? À quoi servent les devoirs ? Qu’en fait-on en classe ? Que peut-on donner à faire aux élèves sans accentuer les inégalités ? Qui bénéficiera de cette aide, qui l’encadrera, comment sera-t-elle financée ?

Selon les uns, Jean-Michel Blanquer est un idéologue. Selon les autres, c’est un homme de dialogue. Partant du principe que le dialogue est toujours préférable à priori à l’affrontement, nous lui avons écrit [1], en espérant que nous ne soyons pas repartis dans la spirale infernale des retours en arrière au nom du «  bon sens  », des «  bonnes vieilles méthodes qui marchent  » et du «  on a toujours fait comme ça  ».


[1En ligne : https://goo.gl/dzEsW7

Le sommaire et les articles en ligne

 

Sur la librairie

 

La parole des élèves
Un dossier sur la parole de l’élève à l’école : pour se construire une identité personnelle et collective ; pour penser, argumenter, apprendre, dans les disciplines, la vie de classe et d’établissement ; et pour l’intervention dans l’espace public et la représentation démocratique (délégués, conseil d’élèves, coopératif, CVC, CVL).