Accueil > Publications > Articles en ligne > Historiae : la culture de l’information en action


N° 470 - Dossier "Les élèves et la documentation"

Historiae : la culture de l’information en action

Par Olivier Le Deuff


Nous avons saisi l’opportunité d’un projet annuel concernant la presse, l’histoire et l’actualité avec un groupe de troisième pour mettre en place une stratégie permettant de développer une culture de l’information qui dépasse la seule recherche d’informations et prenne en compte la dimension communicationnelle. Notre démarche s’inscrit ainsi dans une volonté d’établir une didactique de l’information dans des situations concrètes qui ne soient ni artificielles ni inscrites dans une logique procédurale. Le choix de mettre en place un blog a été adopté du fait de son usage fréquent par les collégiens que ce soit au niveau de la consultation ou de la publication. Notre volonté était également de démontrer les possibilités pédagogiques d’un tel outil. Le blog se trouve en ligne à l’adresse suivante : www.megatopie.info/historiae et
a reçu le titre « historiae : les troisièmes mènent l’enquête ».
Sur le blog, les élèves sont chargés de mener l’enquête sur des mystères ou des questions historiques. Le but est de reproduire l’état de doute perpétuel qui existe face à l’information avec des thématiques (Roswell, assassinat de Kennedy, légendes urbaines...) où tous types de ressources existent sur Internet. Le travail d’évaluation de l’information est par conséquent primordial.

Objectifs et cadres

- Apprendre à rechercher et évaluer l’information sur Internet et parvenir à communiquer une synthèse sur un blog en faisant des élèves des acteurs du projet.
- Développer la culture de l’information des élèves via des savoirs opératoires dans le cadre de situations qu’ils vont rencontrer de plus en plus souvent.
- Concordance avec le programme : l’action permet de s’inscrire pleinement dans le socle commun mêlant culture historique, culture technique et culture de l’information.
Accessoirement, des items du B2I ont pu validé des items dans ce cadre mais ce n’était pas l’objectif initial.

Un dispositif hybride

Le projet présente l’originalité d’intégrer un cours en ligne consultable depuis le blog. Les élèves peuvent ainsi bénéficier d’aides notamment avec des cours en ligne sous forme de cartes heuristiques (mind-mapping) qui constituent des guides dans leur méthodologie de recherche, d’évaluation et de communication de l’information et qui peuvent être utilisées en dehors du blog d’ailleurs. Le cours en ligne a été réalisé avec des cartes de concepts et publié sous format html grâce au logiciel mind manager et divisé en plusieurs parties dont les deux principales :
Premières démarches de recherche
L’évaluation de l’information

Le projet a permis aux élèves d’acquérir quelques notions informationnelles et quelques compétences communicationnelles. Néanmoins nous avons observé que l’apprentissage de l’évaluation de l’information se révèle long et nécessite réinvestissements et progressions. Les élèves ont pu faire preuve d’autonomie et demeurent davantage motivés du fait de la nécessité de produire un article de qualité pour être publié.

Olivier Le Deuff, professeur-documentaliste.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 538 - La parole des élèves

    Bibliographie-sitographie
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles de lycéens engagés
  • N° 538 - La parole des élèves

    À Malika
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles d’élèves et coconstruction des savoirs
  • N° 538 - La parole des élèves

    Des mots et des murs
  • N° 537 - Classes inversées

    Bibliographie-sitographie
  • N° 537 - Classes inversées

    En EPS, un gadget pédagogique ou un outil d’avenir ?
  • N° 537 - Classes inversées

    Les classes inversées, variété et effets différenciés
  • N° 537 - Classes inversées

    Classe inversée et décrochage scolaire
  • N° 537 - Classes inversées

    « Monsieur, j’ai pas fait mes devoirs »