Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > « Forcément contre nous ? »


Actualité éducative du n° 420 - janvier 2004

« Forcément contre nous ? »

Par Chantal L., enseignante en collège

Échos des débats... tels qu’en eux-mêmes, au mois de décembre

Petite tranche de vie : chez nous, au collège, le débat est prévu le mercredi 10 décembre. Matinée banalisée, puis deuxième tranche le soir à 18 h 00.

À la réunion de préparation, nous étions une petite dizaine (!), essentiellement des représentants syndicaux, ce qui en dit long sur la confiance accordée au principe du débat national. L’animation sera assurée par un « extérieur », un assureur de la ville, époux d’une enseignante retraitée, et ce pour des questions de « neutralité » : pas de prof, pas d’élus, pas d’inspecteurs... Ce choix a été fait sur proposition du principal, l’adjoint précisant que nous (les profs), « nous n’avons pas la main ».

Je ne suis pas contre la neutralité de l’animateur, mais cela soulève une très grande inquiétude chez mes collègues, qui se sentent exclus du débat, ce qui conforte l’impression générale que de toute façon, c’est pipé et joué d’avance, et forcément contre nous.

Nous avons à notre disposition les rapports sur l’école et sommes invités à participer, comme tout le monde.

J’hésite à me rendre dans mon établissement ou dans celui où est scolarisée ma fille, mais je tiens à être « quelque part » ne serait-ce que pour entendre ce qui se dit !

Chantal L., enseignante en collège.