Accueil > Publications > Les avant-propos > Faire réussir tous les élèves


N°458 - Dossier "Diriger un établissement scolaire"

Faire réussir tous les élèves

Par Christian Frin


Diriger un établissement scolaire en France suppose pour
celle ou celui qui s’y engage d’opter pour le statut de personnel de direction et donc devenir représentant de l’État. Bien souvent, cet ancien collègue est perçu comme s’écartant de l’action pédagogique pour se préoccuper d’affaires uniquement administratives Face aux enseignants, ce changement de champ d’intervention l’amène à devoir légitimer une nouvelle autorité : celle du chef d’établissement pédagogue !
Les réponses à la lutte contre les échecs scolaires dépendent bien plus souvent d’une dynamique locale et originale que de démarches standardisées, même si aucun établissement n’est efficace à part entière. Il ne sera donc pas question, dans ce dossier, de changement pour le changement, mais d’une recherche de sens pour diriger ; car ce ne sont pas les techniques managériales qui nous intéressent mais davantage les conditions pour qu’un établissement puisse être à la fois efficace (faire réussir) et démocratique (tous les élèves).
Comment éclairer ce que « diriger un établissement » signifie lorsqu’on cherche à promouvoir le « pédagogique » ? Comment mettre en oeuvre des modes de travail qui recueillent l’implication du plus grand nombre ? Quelles garanties de qualité du service public d’éducation pouvons-nous donner aux familles en construisant des dispositifs d’enseignement qui répondent au souci de démocratisation du système scolaire ? Entre un dispositif d’intérêt général et la singularité des acteurs, quels
modes d’actions pour le chef d’établissement ?
En effet, cette responsabilité relève de compétences très professionnelles qui ne s’inventent pas, elle s’inscrit dans des contextes sociopolitiques qui ne se négocient pas, elle dépend d’une dynamique locale qui ne se décrète pas, elle s’exerce dans le cadre d’une autonomie réelle mais réduite et engage la dignité de celui qui l’exerce au-delà du service à rendre au public.
Pour tenter d’éclairer davantage ce que « diriger un établissement scolaire » peut signifier, la première partie fait apparaître des points de vue qui légitiment l’autorité du chef d’établissement sur le plan de son statut, de ses compétences et des modes de pratique du pilotage. Il est question ici de sa capacité à mobiliser les équipes dans l’aventure collective et plus fondamentalement à faire converger les initiatives pédagogiques par le partage des valeurs, à sortir de l’incantation à l’autonomie pour allier travail institutionnel et action pédagogique.
La seconde partie du dossier est d’abord éclairée par un regard sociologique sur les tensions qui tiraillent les chefs d’établissements au quotidien. La réflexion porte ici sur le partage du « pédagogique » qui semble relever essentiellement d’un professionnalisme individuel et sur la responsabilisation de tous les acteurs dans la lutte contre l’échec par l’adoption de démarches de progrès. Plutôt qu’un changement de « peau » c’est davantage un changement de sens qui est requis pour le chef d’établissement.
La troisième partie se propose de relater des récits d’expérience qui montrent que diriger un établissement scolaire du premier comme du second degré relève de « l’affaire de tous ». En effet, les différents acteurs de la communauté peuvent se saisir de dispositifs comme le conseil pédagogique, les démarches coopératives, le projet d’établissement afin de travailler collectivement à la réussite de chacun.
Pour approfondir davantage encore la lecture de ce dossier
vous pourrez consulter sur le site des Cahiers pédagogiques
plusieurs articles qui concourent à la réflexion à partir d’un atelier des rencontres du Crap sur le « travailler ensemble », du diagnostic comme outil pour le pilotage et d’anecdotes ou d’histoires vécues qui concluent cette présentation... de réalités de la direction d’un établissement.
Je tiens à remercier vivement les auteurs que j’ai sollicités et qui, nombreux, ont proposé leur contribution à ce nouveau dossier des Cahiers pédagogiques qui cherche davantage à ouvrir la réflexion qu’à apporter des réponses et qui invite plus simplement les professionnels à l’écriture de leur pratique.

Christian Frin, Principal adjoint en collège, président du Crap-Cahiers pédagogiques.