Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Évitons la catastrophe !


Évitons la catastrophe !

Appel lancé, à l’initiative d’Antoine Prost, par le CRAP-Cahiers pédagogiques

7 juin 2008

Alors que le dispositif décidé par le ministère pour l’école primaire n’est qu’un trompe l’œil et que la rentrée prochaine se prépare dans la confusion, il faut nous faire entendre en exigeant l’annulation des dernières mesures.


Le 28 mai, Antoine Prost lançait dans Le Monde comme historien de l’Education un vigoureux appel contre ce qu’il appelait un « Munich pédagogique » : dans un lâche consentement, tout le monde semblait accepter la réduction à moins de 140 du nombre de jours de classe à l’école primaire. Il nous a proposé de mettre en place sur notre site un appel à signatures, destiné à tous ceux qui, à côté d’autres protestations peut-être, ne veulent pas cautionner une mesure démagogique et contraire à la réussite scolaire. Alors que le dispositif décidé par le ministère n’est qu’un amer trompe l’œil et que la rentrée prochaine se prépare dans la confusion générale, il faut nous faire entendre en exigeant l’annulation de cette mesure et une vraie concertation sur le volume et l’organisation du temps scolaire.


Avec la suppression de deux heures de classe dans l’enseignement primaire et la semaine de quatre jours, une catastrophe est en marche. Les comparaisons internationales nous montrent en mauvaise position et 10 à 15% des élèves qui entrent en sixième sont incapables de suivre. Et qu’est-ce qu’on fait ? On réduit la durée de l’enseignement, avec des programmes plus lourds encore, où il faut emmagasiner toujours plus de connaissances !

Il n’y a qu’une chose vraiment importante en éducation : c’est le travail des élèves. Sur quel miracle, sur quelle potion magique, M. Darcos compte-t-il pour compenser les amputations qu’il décrète ?

Les enseignants du primaire sont inquiets, car ils mesurent mieux que quiconque l’impossibilité de faire plus avec moins et ils savent qu’on les rendra responsables, demain, des échecs de l’école. Le résultat est connu d’avance : le nombre des élèves incapables de suivre en sixième va augmenter. Les parents informés des classes moyennes et supérieures sauront compenser, par des recours divers et payants, mais fiscalement avantageux, les insuffisances organisées de l’école publique. Les milieux populaires, eux, feront les frais de cette amputation.

Certes, on nous dit que les enfants en difficulté bénéficieront de deux heures de « soutien » : manière de les mettre à part, qui sera sans doute inefficace, surtout si on rallonge encore la journée des écoliers. Mieux vaudrait réfléchir à la manière de les prendre en compte dans la classe, en cessant de confondre heures de classe et heures de cours. La prise en charge de tous les élèves pendant les vingt-six heures, quitte à réaménager l’année scolaire, ou à travailler plutôt le mercredi matin que le samedi, est nécessaire pour que tous progressent et apprennent.

Nous lançons donc un appel pour un rétablissement du même volume horaire pour tous, qui doit s’accompagner d’un réaménagement des rythmes sur l’année et d’une vraie pédagogie différenciée, dans le cadre des cycles.


Programmation 2014-2015 Programmation 2014-2015 Programmation 2014-2015 Lire l’éclairage que propose sur son blog (Mediapart) l’historien de l’éducation Claude Lelièvre


Dessin tiré du blog de Martin Vidberg et reproduit avec son autorisation.