Accueil > Publications > Les avant-propos > Évaluer à l’heure des compétences


N°491 - Évaluer à l’heure des compétences

Évaluer à l’heure des compétences

par Françoise Colsaët et Yannick Mével


Quoi de neuf depuis le dernier dossier consacré par les Cahiers pédagogiques au thème de « l’évaluation des élèves », en décembre 2005 ? Son éditorial était titré : « Formative et si possible différenciée ». Nous n’avons guère de proposition plus novatrice que celle-là !

Alors, quoi de neuf dans les établissements scolaires ? Les compétences, bien sûr ! Il y a quelques semaines, les enseignants de collège ont rempli, la plupart du temps dans l’urgence, des livrets de compétences. Leur lancement calamiteux, dans un contexte de défiance à l’égard de l’institution, en a fait bien souvent des pensums technocratiques. Le CRAP-Cahiers pédagogiques a pris position : « Nous ne sommes pas condamnés à l’usine à cases » . Il ne s’agit pas pour nous de reprendre le débat en termes binaires « pour » ou « contre », mais d’explorer ce que le travail avec les compétences apporte à cette évaluation formative, et si possible différenciée, que nous cherchons à promouvoir.

Une démarche rationnelle voudrait que l’on commence par s’entendre sur le terme de « compétence », avant d’exposer des propositions de mises en œuvre à différents niveaux de la scolarité. Mais le définir une fois pour toutes se révèlerait sinon impossible, du moins contreproductif. Car c’est dans l’ambigüité même de la notion, dans la vivacité des débats qu’elle soulève, dans l’énergie que ces débats dégagent que se trouve finalement sa force. Nous ne priverons cependant pas nos lecteurs (dans la deuxième partie) de réflexions sur les concepts, d’exploration des différentes acceptions du terme de compétence, et d’analyse des conceptions de l’apprentissage qui en découlent. Mais nous avons choisi de ne pas le faire à priori, avant d’avoir donné la parole aux enseignants qui tentent de faire quelque chose de cet Opmi (objet pédagogique mal identifié).

Nous invitons donc nos lecteurs à enfiler le scaphandre pour une plongée exploratoire dans l’évaluation à l’heure des compétences et dans les débats qu’elle soulève. Juste sous la surface, apparait d’abord la diversité des appropriations individuelles de l’évaluation avec les compétences, qui constitueront, nous l’espérons, une zone de pêche aux idées pour nos lecteurs praticiens. Nous atteindrons bientôt une zone de turbulences, où les courants deviennent plus intenses et parfois s’affrontent. Il s’agira de déployer les termes du débat : à quoi sert-il d’introduire des compétences dans l’évaluation ? Au troisième stade, le plongeur rencontrera des organismes qui, comme souvent en situation difficile, construisent des formes de vie collective inventives : la question de l’évaluation avec les compétences est alors au centre du travail d’équipe, des projets d’établissement ou d’école. La remontée imposera enfin de traverser une nouvelle masse d’eaux agitées par la question : notes et compétences sont-elles compatibles ? Et, rejoignant la surface, nous retrouverons le livret de compétences dont nous pourrons alors suggérer quelques usages bien éloignés de la sècheresse des injonctions normatives.

S’engager dans ces démarches d’évaluation par compétences conduit à reconsidérer des dimensions essentielles du métier enseignant : le travail collectif, les découpages disciplinaires, les relations avec les parents, avec les élèves, individuellement et collectivement, les situations d’apprentissage. Dans le foisonnement des pistes, nous affirmons nos choix critiques, pragmatiques, engagés. Oui, il y a du neuf à l’école.