Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Eux, c’est nous


Éditorial du n° 519, À l’école du théâtre

Eux, c’est nous

Par Christine Vallin


Nous avons monté notre dossier «  À l’école du théâtre  », alors que se déroulait en avant-scène une tragédie, ce type de drame dont, nous rappelle le Littré, «  le but est d’exciter la terreur et la pitié, et qui se termine ordinairement par un événement funeste  ». Au CRAP-Cahiers pédagogiques, nous avons été tout singulièrement touchés par la mort de Charb, dessinateur pour la revue depuis 1999, et à qui nous avons souhaité rendre hommage ici. Puis l’émotion vive s’est retirée et l’institution a refait un pas en avant sur la scène nationale, à travers le président de la République, le Premier ministre et la ministre de l’Éducation nationale. Nous commenterons dans les premières pages les mesures annoncées.

Nous avons été parfois troublés, mais réconfortés souvent, par les témoignages des enseignants qui nous écrivaient depuis leurs classes. Nous leur avons réservé dix pages de ce numéro, pages qui, déjà, ouvrent des voies pour construire et se reconstruire. Car il s’agit bien de nous reconstruire, puisque ce qui nous a frappés, c’est encore et toujours la fracture, révélée par les paroles des élèves lors des débats : «  Vous, vous dites… Et nous, on pense…  » Vous. Nous. Ainsi les mots pointaient-ils la paroi jugée étanche et infranchissable, et montraient-ils avec violence deux camps, habituellement estompés par le voile du quotidien, du «  faire avec  », de la résignation. Mais la fracture est bien là, crue et douloureuse, entre ceux qui se retrouvent dans l’institution, ses symboles, ses frontons et ses rites, et ceux qui ne s’y reconnaissent pas. Le risque n’est pas loin alors de voir les uns et les autres s’exclure et préférer, dans une illusoire protection, se rassembler derrière des silences ou des sentences, là où fermenteront rancœurs, haines et scepticismes délétères.

Pourtant, eux c’est nous. Peut-être ne le savent-ils pas, peut-être l’avons-nous même oublié. Mais ne nous y trompons pas. Ce ne sont pas des mots et des intentions, ce ne sont pas les bravades fugaces et les levers de menton qui vont changer la donne. C’est la manière dont nous allons, chacun, tendre maintenant la joue de la fraternité.

Sur la librairie

 

À l’école du théâtre
Qu’est-ce que les élèves apprennent avec le théâtre, de l’école à l’université, dans toutes les disciplines ? Sans se limiter au théâtre pour lui-même, ni aux liens étroits qu’il entretient avec la langue et la littérature, dans quel but et comment travailler avec le théâtre pour optimiser les apprentissages de tous les élèves ?