Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Et l’opinion va…


Éditorial du n° 549 - Usages des livres jeunesse

Et l’opinion va…

Cécile Blanchard


C’est étonnant.

Jean-Michel Blanquer est généralement considéré, ou présenté, comme un ministre qui a su séduire l’opinion, comme «  le bon élève  » du Gouvernement. Pourtant, à l’occasion de la grève du 12 novembre dernier, un sondage réalisé par Odoxa pour la presse quotidienne régionale montrait que cette grève contre les suppressions de postes dans l’Éducation nationale était justifiée pour 72 % des personnes interrogées.

Étrange grève, soit dit en passant, plus soutenue par l’opinion que suivie par les enseignants, avec 11 % de grévistes annoncés par le ministre, qui revendique donc un soutien de 90 % des enseignants à sa politique. Une occasion manquée ?

Selon les résultats du même sondage, « les Français  » trouvent les enseignants compétents (73 %), sympathiques (71 %), soucieux de leurs élèves (62 %) et travailleurs (57 %), même s’ils sont à peine une majorité (50 %) à les considérer comme efficaces. Et 77 % considèrent qu’il est possible de réformer l’école « si les politiques s’en donnent vraiment les moyens  ».

«  Les Français  » soutiendraient donc les enseignants en grève contre le ministre de l’Éducation nationale, et ledit ministre dans le même temps ?

De fait, selon un autre sondage (YouGov France pour le HuffPost et CNews cette fois), paru début septembre, «  les Français  » se déclaraient favorables, à chaque fois à plus des deux tiers et jusqu’à plus de 80 % pour certains, aux mesures portées par Jean-Michel Blanquer. Pourtant, seuls 33 % d’entre eux disaient avoir confiance dans le ministre pour réformer l’Éducation nationale. Plus récemment, un sondage IFOP notait une progression de quatre points de la cote de popularité de Jean-Michel Blanquer, à 35 %, tandis que Viavoice le voyait perdre un point, à 32 %. Mais, au même moment, d’après un sondage Odoxa, 58 % des personnes interrogées disaient ne pas le connaître suffisamment pour répondre aux questions…

Alors, pour finir, sont-ce les enseignants, les réformes, le ministre, les trois ou aucun, qu’approuvent les Français ? Souvent sondage varie, bien fol est qui s’y fie.

Sur la librairie

 

Usages des livres jeunesse
L’enseignant est un intermédiaire entre le monde des livres et le jeune lecteur, mais quelle place occupe aujourd’hui le livre jeunesse dans l’enseignement ? Parler du «  livre jeunesse  » et non de «  littérature jeunesse  » permet d’évoquer des pratiques pédagogiques variées dans de nombreuses disciplines.

Voir le sommaire et les articles en ligne