Accueil > Publications > Ouvrages > Enseignants, parents, réussite des élèves : quel partenariat ?


Enseignants, parents, réussite des élèves : quel partenariat ?

Pierre Madiot - CRDP d’Amiens et CRAP-Cahiers pédagogiques, 2010 - 19 € hors frais de port

6 décembre 2010
Commander cet ouvrage

« Que font les parents ? », « c’est la faute aux parents », « les parents devraient nous laisser faire notre travail » : on entend trop souvent ces plaintes, qui ne sont pas sans se contredire. Le parti pris de cet ouvrage est à l’opposé des déplorations. Comme dans les autres livres de la collection, témoignages, outils, réflexions alternent dans un ensemble organisé et cohérent. Les lecteurs, professionnels de l’éducation ou parents y trouveront de nombreuses pistes pour un vrai partenariat, où chacun prend sa place, toute sa place. Et ceci alors que la mise en place du socle commun le rend encore plus nécessaire, pièce maitresse pour la réussite de tous les élèves.


Sommaire

Préface : Communauté éducative ou société scolaire démocratique ?
par François de Singly

Introduction : La relation parents école, une histoire de malentendus ?

Chapitre premier : État des lieux

Chapitre II : L’école, la famille et les citoyens. Perspective historique

Chapitre III : Accueillir les parents
- Regards croisés sur l’accueil des parents
- « La Mallette des parents »
- Faire avec les familles et non pas pour elles
- L’exemple des parents nouvellement arrivés en France
- Une place pour les parents dans une classe de seconde « coopérative »

Chapitre IV : Communiquer sur le travail scolaire et orienter
- Petit florilège de réflexions de parents
- « Il faut désacraliser les rencontres entre parents et enseignants »
- Quatre conditions pour un dialogue fructueux
- Un bulletin sans secret
- L’approche par compétences et les parents
- Communiquer sur les apprentissages en lycée
- Le problème de l’orientation
- Les parents peuvent-ils agir sur l’orientation ?

Chapitre V : Quand les choses se compliquent
- Témoigner des complications ordinaires
- Quand il faut conjurer le malaise des parents…
- Une souffrance et une violence qui viennent de loin
-Rétablir le contact
- Prévenir le décrochage en zone sensible

Chapitre VI : Où est la place des parents ?
- Une place difficile à trouver
- Des délégués des parents, pour quoi faire ?
- Représentants des parents et des enseignants sont dans le même bateau
- Quand tout le monde se rejoint sur le terrain éducatif…

Chapitre VII : Comment les parents peuvent-ils aider ?
- Surexigence et surprescription familiales en milieu populaire
- Aider les parents à aider leurs enfants
- Quand les parents assistent au cours
- Avec l’AFEV, créer un lien porteur de sens
- L’accompagnement vu par un enseignant

Chapitre VIII : Que l’école sorte de ses murs
- Quand le prof s’invite
- « L’école ignore le monde de l’enfant »
- « Faire de l’école une maison des savoirs »

Postface Françoise Lorcerie


La recension de Nathalie Bineau

Si les relations parents-enseignants font aujourd’hui partie intégrante du métier dans le second degré, les façons de faire ne vont pas de soi. Ce livre intéressera ceux qui s’interrogent sur la place des parents dans l’école et qui recherchent des leviers pour améliorer la communication entre école et parents pour une réussite de tous les élèves.
Ce livre, militant, invite à œuvrer vraiment pour la démocratisation de l’enseignement par une action conjointe parents-enseignants. Pierre Madiot associe, en effet, tout au long du livre, l’enjeu de la réussite de tous, en particulier celle des enfants des classes populaires, à un véritable partenariat entre l’école et les parents.
L’état des lieux pourra sembler sévère : les relations parents-enseignants sont présentées par l’auteur sous l’angle du malentendu et des difficultés. Pierre Madiot évoque longuement ces « intentions contradictoires » que décline fréquemment l’école ainsi que les résistances du système. Il pointe les insuffisances de l’existant, non pour s’y arrêter, mais pour lever les malentendus et partir à la recherche de solutions.
Un panorama historique, de l’ancien régime à nos jours, permet d’éclairer le système des relations établies. On constate des tensions constantes entre une école élitiste et excluante pour les enfants des classes populaires et des projets qui se développent progressivement pour une école démocratique encore largement en chantier aujourd’hui.
Une des richesses de l’ouvrage est la mise en regard de témoignages des différents membres de la communauté éducative : parents, enseignants, conseillers principaux d’éducation, principaux, assistantes sociales, inspecteurs pédagogiques, etc. Pierre Madiot a apporté un soin particulier à faire entendre les voix de parents, responsables FCPE ou non. Souvent critiques, ils invitent, sinon à la remise en question, du moins à la réflexion.
À côté de ces témoignages, l’auteur propose des dispositifs mis en place par des enseignants au collège et au lycée pour améliorer la collaboration avec les parents. À travers les différents chapitres, il aborde les questions essentielles : quelles sont les conditions d’une coopération efficace dès l’accueil ? Comment rendre compte du travail et des résultats ? Comment envisager ensemble l’orientation ? Comment faire quand les difficultés apparaissent ou s’installent ? Quelle est la place des parents ? Comment aider ses enfants ? Le livre s’achève sur une invitation militante à ce que l’école sorte des murs.
On appréciera la présence d’outils concrets transposables facilement comme les fiches de conseils à destination des parents pour accompagner efficacement leurs enfants ou les propositions pour l’accueil des parents dans les établissements. Le livre présente également des expériences plus ambitieuses et roboratives comme le fonctionnement détaillé de la classe de 2de coopérative de Sylvie Grau ou le dispositif du « collège à la maison ».
L’ouvrage est jalonné de repères précis et bienvenus : idées fortes des chapitres, chronologies, comparaisons internationales.
La conclusion est claire : là où les contacts sont plus développés, les problèmes sont plus faciles à résoudre. Les différents témoignages n’éludent pourtant ni la fragilité des dispositifs ni l’implication en temps et en énergie qu’ils exigent. Ils révèlent enfin des qualités humaines indéniables et indispensables à déployer pour mener à bien ces tâches ambitieuses et délicates.