Accueil > Publications > Articles en ligne > En recherche documentaire


N° 491 - Dossier "Évaluer à l’heure des compétences"

En recherche documentaire

Par Alix El Yahmidi et Françoise Rainaud

Deux documentalistes s’appuient sur la mise en place de la réforme du lycée pour faire leurs premiers pas dans l’enseignement de compétences documentaires et leur évaluation en classe de 2de.

Dans le contexte de la réforme du lycée, nous avons proposé pour la rentrée 2009 un module de « maitrise de l’information » en 2nde animé par les enseignantes-documentalistes. Nous avons ainsi concrétisé enfin notre vœu de toucher tout un niveau, alors que nous n’arrivions jusque-là qu’à travailler avec les classes de façon ponctuelle et parcellaire.

Premier bilan

En fin d’année, en juin 2010, nous évaluons notre dispositif à partir d’un questionnaire à l’attention des élèves. À la question : « Cet enseignement vous a-t-il permis d’acquérir des connaissances que vous n’aviez pas auparavant ? », ils ont répondu par l’affirmative à 80 %. Cependant, la plupart s’en tiennent à l’aspect formel donné à leur travail : faire un dossier documentaire. L’objectif que nous nous étions fixé au départ, leur faire prendre conscience de la nécessité d’acquérir certaines compétences pour mener à bien une recherche documentaire, n’a pas été atteint, sans doute faute de l’avoir explicité suffisamment avec eux. Conscientes de ce paradoxe, nous avons donc décidé de mettre en place une évaluation par compétences à la rentrée 2010.

dans le cadre de l’accompagnement personnalisé

Dans la réforme finalement mise en place, point de place à l’enseignement de l’information-documentation. Le seul cadre proposé dans lequel notre démarche pourrait s’inscrire, mais de façon partielle, est l’accompagnement personnalisé. Il y est effectivement question de « travail sur les compétences de base [en] recherche documentaire ». Le cadre peut donc se prêter à un apport méthodologique sur les différentes étapes de la recherche documentaire, mais reste tributaire des projets des équipes pédagogiques, d’autant qu’il n’y a pas de projet commun pour l’accompagnement personnalisé dans notre lycée.

Nouvel essai

Nous décidons donc de mettre davantage l’accent sur les différentes étapes par lesquelles il faut passer pour mener à bien une recherche documentaire. Nous exploitons les principaux référentiels de compétences [1] pour élaborer le nôtre, qui se veut plus pragmatique. Nous recentrons les étapes en quatre parties : tout d’abord cerner le sujet ; ensuite préparer sa recherche ; puis rechercher et traiter l’information ; enfin rendre compte de sa recherche. Lors de chaque séquence, les quatre étapes de la recherche documentaire sont revues dans des situations différentes : pour qu’une compétence soit acquise de façon durable, il est nécessaire d’y revenir plusieurs fois et dans des contextes variés. Au premier trimestre, tous les élèves de 2nde ont dû suivre une première séquence de quatre heures, un minimum indispensable avant de décider de poursuivre jusqu’à la fin de l’année. Dans ce cas, ils complétaient les recherches amorcées jusqu’à une restitution orale. Enfin, au troisième trimestre, ils ont effectué une autre recherche sur un thème en lien avec l’actualité, dans le cadre de la semaine de la presse à l’école.

La question de l’évaluation

À partir de cette liste de quatre parties détaillées, nous avons élaboré une fiche de vingt compétences infodocumentaires qui font l’objet d’une évaluation. Le terme de compétences peut être un peu abusif, il s’agit parfois de savoir-faire, comme « définir les mots du sujet avec des dictionnaires » ou « consulter les encyclopédies ».

L’élève est amené à se positionner sur chaque compétence : estime-t-il que celle-ci est acquise, en cours d’acquisition, ou non acquise ? À chaque séance, les élèves sont invités à remplir la fiche. Les élèves laissent leur dossier en cours de réalisation à disposition au CDI, et nous apportons notre propre point de vue sur l’acquisition de ces mêmes compétences, en fonction, d’une part, de ce que nous constatons en séances, d’autre part du contenu des dossiers : questionnement du sujet, bibliographie de travail, documents collectés, fiche de lecture de ces documents.

À l’heure actuelle, il nous semble utile de procéder à une évaluation finale à la fois notée et par compétences : les notes sont nécessaires pour les bulletins scolaires et pour se positionner par rapport aux autres élèves. Cela permet une transition plus douce vers ce nouveau mode d’évaluation. Nous mettons la note par un décompte des compétences : une compétence acquise vaut 1 point, une compétence en cours d’acquisition 0,5 point et une compétence non acquise 0 point. La note totale, sur 20, est intégrée dans le calcul de la moyenne en maitrise de l’information.

Premières observations

Nous manquons de recul pour évaluer la pertinence de ce travail. Les élèves avec qui nous avons travaillé sont volontaires, et n’ont fait aucune remarque négative sur les modalités d’évaluation. Reste à savoir si cela leur a été réellement utile et leur a permis d’acquérir de façon durable ces compétences. En situation d’autonomie, sans encadrement, ces mêmes élèves auront-ils le réflexe de mettre en œuvre le travail préalable de la recherche sur le questionnement du sujet et la définition du besoin d’information ? Le remplissage studieux de la fiche de positionnement par les élèves ne peut constituer une fin en soi. Il est difficile de dire qu’une compétence est « acquise » : elle peut sembler l’être sur le moment et ne pas l’être la fois suivante.

Néanmoins, cette évaluation par compétences permet à l’enseignant d’être plus clair dans ses attentes et consignes, formalisées dans la grille. L’élève est mis en situation active sur le moyen terme, car les objectifs sont définis sur l’année, il est placé dans une dynamique de projet. Il devient plus autonome par rapport aux attentes du professeur.

Évolution du dispositif

Pour l’année prochaine, nous réfléchissons à la possibilité de constituer des groupes à partir d’entretiens individuels de début d’année : soutien en techniques de recherche documentaire, groupe de travail sur la sélection des documents en fonction de leur pertinence, ou cycle d’approfondissement sur la restitution des informations collectées. Chaque élève pourrait remplir une fiche de compétences à la suite de l’entretien et définir ainsi son groupe et ses objectifs de formation.

Alix El Yahmidi et Françoise Rainaud
Professeures documentalistes au lycée Dauphin de Cavaillon


[1La progression s’appuie sur celle proposée dans la revue Mediadoc n° 1 d’octobre 2008 pour le lycée, que nous avons condensée pour ne prendre en compte que le niveau 2de.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 557 - L’autorité éducative

    Faire alliance avec les élèves
  • N° 557 - L’autorité éducative

    La vérité en crise
  • N° 557 - L’autorité éducative

    Protéger le collectif
  • Bibliographie commentée
  • N° 556 - Sujets à émotions

    Les émotions à l’école
  • N° 556 - Sujets à émotions

    Toute la gamme
  • N° 556 - Sujets à émotions

    Faire le programme ou s’occuper des émotions ?
  • N° 556 - Sujets à émotions

    Arrête de te plaindre et dépêche-toi !
  • N° 555 - Droits des enfants, droits des élèves

    Droit à la santé des élèves : les textes et les actes
  • N° 555 - Droits des enfants, droits des élèves

    Vivre les droits de l’enfant à l’école, ça s’apprend ensemble