Accueil > Publications > Les billets du mois > En même temps…


Billet du n° 525 - Pédagogie : des utopies à la réalité

En même temps…

Jean-Michel Zakhartchouk


L’école française est inégalitaire, les écarts se creusent, les plus faibles à l’entrée au collège ont tendance à être encore plus faibles à la sortie.
En même temps, il y a une vraie prise de conscience de ces phénomènes qui étaient souvent masqués par notre prétention à avoir la « meilleure école du monde ».
Le cadre rigide des disciplines scolaires ne permet pas le développement d’activités plus créatives et inventives. Notre système étouffe des cloisonnements.
En même temps, l’interdisciplinarité n’est pas une baguette magique et les disciplines scolaires restent un cadre rassurant et structurant qu’on ne doit pas mettre au placard.
C’est d’abord en classe qu’il faut accompagner les élèves, en pratiquant la différenciation pédagogique, en cherchant des voies diversifiées pour parvenir à des buts communs.

En même temps, certains élèves ont besoin de moments d’aide spécifique, les moments en petits groupes sont précieux et nécessaires.
Les notes sont une manière archaïque et pernicieuse d’évaluer le travail des élèves. Elles encouragent la compétition et découragent les volontés encore mal assurées.
En même temps, supprimer les notes n’est pas une solution en soi. L’évaluation des compétences par des couleurs, etc. contient aussi ses propres dérives et inconvénients.

Le cours magistral reste dominant. Il donne une fausse impression de transmission des savoirs, mais est en fait peu efficace et suscite souvent l’ennui chez les élèves.
En même temps, il vaut mieux parfois un bon cours magistral, préparé en amont, avec des tâches spécifiques pour les élèves qu’un travail de groupe mal ficelé, mal pensé.
Le centralisme bureaucratique où tout vient d’en haut continue à régner dans l’Éducation nationale. Il amène de la rigidité ou sert d’alibi pour ne pas prendre d’initiatives et justifie l’impuissance.

En même temps, rien ne prouve que plus d’autonomie pour les établissements signifie un système plus performant. Il y a des contrexemples internationaux.
Il faut aller voir du côté de systèmes éducatifs qui fonctionnent bien et qui sont fondés sur la bienveillance et sur l’absence de sélection précoce (Québec, Finlande, Écosse).
En même temps, d’autres systèmes, en Asie, sont très efficaces et ne fonctionnent pas de la même façon. Y a-t-il vraiment des modèles ? Et n’idéalise-t-on pas certains systèmes, en oubliant leurs défauts ?
La pensée complexe, les nuances, la prise en compte de points de vue différents et la tension entre exigences d’apparence contradictoires, le «  en même temps  » dialectique, on est plutôt pour.

En même temps, il faut bien trancher à certains moments, la dialectique peut devenir un opportunisme mou. Le «  en même temps  » peut être paralysant, quand on se veut, à juste titre, engagé et tourné vers l’action.

Sur la librairie

 

Pédagogie : des utopies à la réalité
Qu’est-ce qui fait qu’un enseignant, un éducateur, sort des sentiers battus et s’avance sur les chemins de l’expérimentation et de l’innovation ? Qu’est-ce qui le met, l’a mis en mouvement ? Quels sont les utopies, les projets, les rêves, les modèles peut-être qui font entrer dans un collectif, un mouvement pédagogique ?