Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > En campagne


En campagne


La désignation de Ségolène Royal comme candidate des socialistes aux prochaines présidentielles marque le véritable coup d’envoi de la campagne électorale. L’éducation en sera à coup sûr l’un des thèmes majeurs. Le CRAP-Cahiers pédagogiques fera entendre sa voix. Nous vous donnons déjà rendez-vous le 3 février 2007 pour des Assises de la pédagogie dont le thème, Résister et proposer, il faut changer l’école , témoigne de l’engagement qui sera le nôtre au cours des mois prochains. Il ne s’agit ni de céder aux sirènes passéistes et rétrogrades qui sont sur le devant de la scène depuis déjà trop longtemps, ni de renoncer à la transformation de l’école. Ces assises seront ouvertes et les mouvements pédagogiques qui nous sont proches y animeront des ateliers. Des personnalités comme Samuel Johsua, Philippe Meirieu, Françoise Lorcerie et Jean-Yves Rochex participeront à nos débats.

Du côté des partis politiques, nous connaissons les propositions de l’UMP qui s’inscrivent clairement dans la logique du libéralisme économique et que Nicolas Sarkozy développait dès février dernier au nom du « libre choix ». Nous devrons défendre la démocratisation de l’école contre les conservatismes aussi bien politiques que corporatistes. Quant à la candidate du PS, elle sera amenée très vite à préciser sa pensée et ses propositions. Nous devrons être à l’écoute tout en préservant notre indépendance. Pour nous comme pour tous, l’une des difficultés, durant cette campagne, va consister à traiter l’information tout en se méfiant les manipulations médiatiques. Dans un article des Cahiers paru en 1997, Rémi Cussol écrivait « La distanciation critique [vis-à-vis des médias], c’est d’abord ne pas croire. ». Nous serons donc vigilants.

Le CRAP-Cahiers pédagogiques a déjà mené nombre de réflexions et a avancé de multiples propositions sur les grandes questions qui vont être discutées : la formation des enseignants, l’aide aux élèves, le socle commun ou bien encore les ZEP. Tout cela constitue notre force et notre richesse. À nous maintenant de les promouvoir et de les faire connaître. À nous aussi d’être en campagne.

François Malliet