Accueil > L’actualité vue par le CRAP > En 140 caractères et bien plus


Twittclasse

En 140 caractères et bien plus

Sebastien Bernard

25 octobre 2016

Dans les nouveaux programmes de l’école primaire et le nouveau socle commun, le numérique prend une importance grandissante. Pas seulement comme un outil, mais intégré à une conduite quotidienne de classe.


Le projet s’est déroulé dans une classe de CM2 en Réseau d’éducation prioritaire. A partir d’un équipement minimal (un ordinateur connecté à Internet, un tableau blanc interactif et un vidéoprojecteur), la pratique s’est orientée autour de l’Environnement numérique de travail Iconito et le service de microblogue Babytwit [1]. Il s’agissait de travailler à la fois les « usages responsables » d’Internet d’une part et la production écrite numérique.

JPEG - 52.6 ko
Travail en classe

Tout a commencé par l’élaboration des chartes de bon usage, avec les élèves, racines auxquelles les élèves se sont ensuite référés spontanément. Et très vite, à partir de l’ENT (espace numérique de travail), les élèves ont produit des publications dans le cadre du blog. Des groupes de reporters sont nés, menant un travail d’enquête, interrogeant des intervenants ciblés, prenant des notes et des photos puis rédigeant numériquement leur article. Ils ont également pu soumettre librement des écrits à propos d’un loisir ou d’une passion. Un travail a alors été mené autour de la responsabilité dans les commentaires ou encore dans un contenu publié.

Initiation aux réseaux sociaux

Sur Babytwit, la classe s’est initiée à la gestion d’un compte sur un réseau social, à la validation des demandes d’abonnement, après prise d’indices sur le demandeur, comme la qualité des abonnés, le type de comptes de classe auxquels ils sont déjà inscrits.

Les enfants ont participé à de nombreux projets coélaborés par les « Babytwit-classes » : avec le mot-balise #Twaiku, ils ont rédigé des haïkus à partir d’une photo, jusqu’à la constitution d’un recueil collectif publié sur le micro-blogue. La #Twictée permet de les confronter à une dictée négociée avec d’autres classes. Et les mathématiques ne sont pas en reste avec des projets comme #Mathador (le compte est bon) ou #Geometwit. La classe a même pu soumettre des projets. Ce fut le cas avec la #MysteryBox, et son objet mystère à faire deviner, et avec #notreactu et un travail d’échanges et de débats mené sur l’actualité, en lien avec l’éducation aux médias.

JPEG - 58.7 ko
Préparation d’une #MysteryBox

Ces actions se sont finalement bien inscrites dans le quotidien de la classe, en pratiques ritualisées. Elles ont insufflé un dynamisme visible et des apprentissages pour soi, pour les autres, et avec les autres.

PNG - 144.8 ko
Echange avec d’autres classes via Babytwitt

Sebastien Bernard
Professeur des écoles, école Jules-Guesde à Auby (Nord)

Pour en savoir plus sur ce projet : une vidéo sur le site de l’académie du Nord


[1Babytwitt est inspiré du principe de Twitter et ses messages en 140 caractères. Il est issu de la communauté du « logiciel libre », sans publicité ni utilisation des données des utilisateurs.