Accueil > Ressources > Nous avons lu > Education et formation. L’apport de la recherche aux politiques (...)


Recension parue dans le N° 381 de février 2000

Education et formation. L’apport de la recherche aux politiques éducatives

Coordonné par Jean Bourdon et Claude Thélot CNRS éditions, 1999, 318 pages

14 février 2000

Un ouvrage qui a pour ambition d’accroître la connaissance du système éducatif, en rassemblant des contributions très diverses, venant de chercheurs, mais aussi d’administrateurs et de praticiens, le tout dans un langage la plupart du temps très lisible, ce qui est un mérite essentiel ! Il s’agit en fait de la publication de textes écrits pour un séminaire organisé par l’IREDU de Dijon et la Direction à l’évaluation et à la prospective, regroupés en quatre grands thèmes : école et société ; le maître, la classe et leurs évaluations ; financement et rendement ; l’enseignement supérieur.

Certaines des contributions reprennent des idées déjà développées ailleurs par
leurs auteurs, mais qui peuvent être des invitations à lire leurs ouvrages. C’est le cas des textes de F. Dubet, J.-Y. Rochex, B. Charlot (dont on notera la stimulante conclusion : le repérage de quatre « machines infernales » qui guettent les pratiques enseignantes, en particulier dans les milieux défavorisés). L’évolution des inégalités sociales dans le système éducatif est analysée par M. Duru-Bellat et par M. Euriat (qui nous livre une note optimiste en montrant que les écarts ont légèrement diminué, contrairement à certains lieux communs). Tout un volet de l’ouvrage est consacré à la difficile question de l’évaluation des politiques éducatives et des pratiques effectives (qu’en est-il en particulier de l’« effet-maître » ?). A. Flieller nous met en garde en particulier sur les évaluations fondées uniquement sur les " performances " et qui oublient les " compétences " (il est vrai beaucoup plus difficiles à mesurer), en prenant le cas des comparaisons historiques de niveau (sur le plan des performances, il aurait augmenté considérablement depuis 1944 ; or, de nombreux paramètres sont à prendre en compte qui relativisent cette progression, qui reste en fait modeste)

Un ensemble peut-être disparate, mais qui permet précisément d’aborder sous des angles différents des questions essentielles pour l’avenir de l’école et auxquelles le pédagogue doit s’intéresser, afin de prendre du recul.

Jean-Michel Zakhartchouk