Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Économie, économies


Économie, économies

3 avril 2009

C’est la crise. Elle fait chaque jour la une de l’actualité et nous n’avons jamais entendu parler autant d’économie et de social. Qu’en comprennent les citoyens alors qu’ils sont les premiers concernés, touchés ?
On a, plus que jamais, besoin des SES ! Patricia Morini utilise cette formule dans son éditorial qui ouvre notre dernier dossier consacré aux sciences économiques et sociales. Au temps pas si lointain du libéralisme triomphant, les cercles patronaux faisaient le procès de cet enseignement jugé trop idéologique. Et pourtant les textes officiels assignent aux SES l’objectif d’aider les élèves à devenir des citoyens conscients et responsables [...] pour comprendre la société dans laquelle ils vivent. En effet, de cette compréhension, les citoyens que nous sommes en avons, plus que jamais, besoin...
Par exemple comment comprendre que l’on creuse le déficit budgétaire en injectant des fonds pour soutenir le crédit et que, dans le même temps, l’on justifie des économies sur le budget de l’éducation nationale pour limiter ce même déficit ? On pourrait cependant considérer l’éducation comme un investissement, au sens le plus économique, pour soutenir la productivité ou la compétitivité (termes récurrents dans les discours des politiques pour en déplorer la baisse). Afin de contourner la critique, les mesures d’économies vont de pair avec un discours volontariste sur la réforme, laquelle permettrait de faire mieux avec moins.
Au regard des mesures prises ces derniers mois, la résolution de cette quadrature est loin d’être établie. Nous le savons. Et nous savons aussi que l’école à besoin de changer. Un changement que nous avons interrogé lors de nos Assises de la pédagogie du 21 mars dernier. Nous en avons en particulier retiré dix idées pour changer l’école, encore à approfondir mais cohérentes. Elles s’articulent autour de la défense de principes clairs : le travail en équipes, l’évolution du service des enseignants, l’interdisciplinarité, le soutien à l’éducation prioritaire ou l’ouverture aux parents et aux territoires.
Reste la question de la formation des enseignants. Nous condamnons là encore la recherche d’économies à travers le projet gouvernemental de masterisation. Afin de contribuer au débat et de proposer des pistes concrètes, nous venons de publier le Hors-série numérique Quelle formation pour les enseignants ? Et de manière à réfléchir sur notre métier, nos Rencontres d’été auront cette année pour thème Enseigner, un métier à réinventer ...

François Malliet