Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Échauffement planétaire


Éditorial du n° 552 - Les dys dans la classe

Échauffement planétaire

Cécile Blanchard


Depuis quelques semaines, les jeunes, sous la bannière Youth For Climate (Les jeunes pour le climat) se manifestent dans de nombreux pays européens et au-delà pour exiger de leurs gouvernements des mesures d’ampleur pour ralentir le changement climatique et, ainsi, préserver leurs chances d’avoir un avenir.

Ils nous rappellent quelques vérités bien senties, à travers leurs slogans et leurs prises de parole. Que cela ne sert à rien de leur enjoindre de retourner en cours et d’étudier si leur avenir est compromis par l’absence de décisions prises par les adultes d’aujourd’hui. Qu’il leur appartient de prendre leurs responsabilités puisque les gouvernants actuels, et les adultes dans leur ensemble, sont incapables de les prendre. Qu’ils sont prêts à renoncer à des privilèges et au confort pour sauver la planète, ou plutôt l’humanité. Car eux seront encore en vie dans cinquante ans.

La grève scolaire lancée par la Suédoise Greta Thunberg, une adolescente de 16 ans à l’origine du mouvement Youth For Climate, consistant à ne pas aller en cours chaque vendredi commence à trouver un écho en France. Un mouvement des Enseignants pour le climat s’organise à son tour, pour proposer des ressources pédagogiques aux enseignants qui souhaitent se mobiliser. Et les marches pour le climat continuent.

Face à cela, la proposition de Jean-Michel Blanquer d’organiser des débats sur le climat vendredi 15 mars de 16 à 18 heures parait bien peu à la hauteur. Annoncée seulement quelques jours à l’avance, elle est à peu près irréalisable, sauf dans les établissements où de tels débats étaient déjà prévus. Voire, elle ressemble à une tentative d’affaiblir la mobilisation : des débats plutôt que la grève ?

J’écris cet édito le 13 mars : impossible donc de savoir si la mobilisation du 15 mars sera un succès. Mais je parierais bien quelques livres sterling sur le fait que les jeunes ne rangeront pas si facilement leurs chaussures de marche.

Au fait. Greta Thunberg est autiste (Asperger, certes). Un bon point de départ pour changer de regard sur les enfants «  pas comme les autres  », ou «  à besoins particuliers  » ?

Sur la librairie

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture avec ce dossier sur le même thème...

 

Les dys dans la classe
L’accueil des élèves présentant des troubles des apprentissages, dont les dys, ne va pas sans difficultés au quotidien pour les enseignants. Notre dossier propose des éclairages de chercheurs sur ces troubles et donne la parole aux praticiens de terrain, aux parents, aux anciens élèves dys, aux médecins, aux associations

Voir le sommaire et les articles en ligne