Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Chroniques du métier > Du logiciel libre au citoyen éclairé


Du logiciel libre au citoyen éclairé

Par Nathalie Savary

Les logiciels « libres » présentent-ils des avantages pour les enseignants et les élèves par rapport à leurs homologues du commerce dits logiciels « propriétaires » ? Quels changements éthiques proposent-ils au-delà même de la technique informatique ?
Nous publions ici les références bibliographiques et sitographiques proposées par Nathalie Savary, en lien avec l’article publié dans la rubrique Faits & Idées du N°478 des Cahiers pédagogiques (janvier 2010).

Quelques sites

Le plus connu est Sésamath, grand prix de l’Unesco en 2007, qui constitue à la fois une communauté d’utilisateurs et de producteurs de ressources – dont des manuels.

Framasoft forme, lui, un réseau de sites web collaboratifs et met à disposition un annuaire de logiciels libres et gratuits réalisé par une équipe d’enseignants. (Cf. sur le site, « Les logiciels, un enjeu pour l’éducation », Raphaël Neuville, enseignant documentaliste).

AbulEdu propose un ensemble de logiciels libres multidisciplinaires à destination des établissements scolaires.

Cap-Tic (ENT Iconito), l’espace numérique scolaire sous licence libre.

Des logiciels libres pour l’école, du cycle 1 au cycle 3

Quelques références

Jean-Pierre Archambault
- « Les logiciels libres, Contre la marchandisation de l’école », Cahiers pédagogiques, janvier 2003.
- Nombreux articles dans Medialog (en particulier décembre 1999, septembre 2007, juin 2008).
- Sur Framablog, son article qui explicite le rôle du Scérén et recense de nombreux exemples du logiciel libre dans l’éducation.

Rémi Thibert, « Quelles pratiques collaboratives à l’heure des TIC ? », INRP, Dossier d’actualité de la VST, n°43, mars 2009.

« Associations d’enseignants et travail collaboratif : quels modèles ? », Colloque co-organisé par l’INRP avec Sesamaths, Clionautes et Weblettres, 21 janvier 2009.