Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Droit à la scolarisation - Education prioritaire -


JPEG - 26.3 ko

Droit à la scolarisation - Education prioritaire - Démission - Refus de la Modernité

Revue de presse du 8 octobre 2018

Droit à la scolarisation - Education prioritaire -

Une revue de presse où l’on se demandera :

Quelles valeurs défend Jean Michel Blanquer ?

JM Blanquer face au scandale de Chilly-Mazarin
« Dès novembre 2017, JM Blanquer n’a eu de cesse de se situer dans la tradition républicaine et d’en appeler à ses valeurs.
JM Blanquer est-il vraiment un défenseur de ces valeurs ? L’incident de Chilly-Mazarin va permettre de le savoir. Va-t-il appliquer les nouveaux droits que lui donne la loi du 1er août 2018 pour faire respecter le droit des enfants à la scolarisation ou va-t-il fermer les yeux adressant à son administration une lâche consigne ?
 » s’interroge le Café Pédagogique.

L’éducation prioritaire, de vraie priorité à cadet des soucis de Blanquer
“Faire l’impasse sur cette dimension est nier l’investissement et la réalité de la politique d’éducation prioritaire portée localement.”
"La nouvelle politique d’éducation prioritaire énoncée les 2 et 3 octobre par le Ministre se traduit par un enterrement de première classe ! " tempête le chef d’établissement Bertrand Gaufryau qui déplore le gel de la carte de l’éducation prioritaire avant même son évaluation.

Education prioritaire : L’analyse de Marc Bablet
“Dans un nouvel article, Marc Bablet, ancien responsable de l’éducation prioritaire au ministère, analyse la lettre de mission de P. Mathiot et A. Azema. Il pose la question du budget mais aussi celles du rôle du privé et des stratégies d’enseignement.”

“Dernière crise en date : la démission de l’une des personnalités de la « société civile » au sein du CSP, Marie-Aleth Grard, vice-présidente d’ATD Quart Monde, membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et auteure d’un rapport sur l’école et la grande pauvreté” rappelle Luc Cédelle, selon qui :

concernant les programmes scolaires : le consensus reste introuvable.
« Le programme scolaire idéal n’existe pas. Seul un compromis est envisageable, non seulement entre experts d’une discipline, mais surtout entre les doctrines scolaires en présence. Lorsque celles-ci se raidissent, comme c’est le cas depuis quelques années, le consensus se dérobe. »

Stains : « L’institution nous écoute mais répond à côté des besoins du lycée Utrillo »
« Depuis les épisodes de violences de l’an dernier, la situation au lycée Utrillo s’est apaisée. Les violences étant toujours d’actualité dans le secteur, le personnel reste en alerte constante. Il regrette des réponses des institutions inadaptées à leurs besoins, notamment la nomination controversée d’un nouveau proviseur adjoint, issu de la gendarmerie. »

Zemmour, Meirieu et la »modernité »
Après Les gros mensonges de Philippe Meirieu,selon Jean-Paul Brighelli,
C’est Eric Zemmour qui s’est attaqué à Philippe Meirieu et se fait tacler par Claude Lelièvre, qui estime que :
“Zemmour a dévoilé sans le savoir ce qui était en jeu dans dans sa critique au vitriol de « La Riposte », le dernier ouvrage de Philippe Meirieu : la »modernité ».
Par delà le caractère ignoble de certaines de ses affirmations (contre-vérités péremptoires ou approximations pernicieuses à propos de la personne même de Philippe Meirieu et de son parcours) que l’on est tenté de traiter purement et simplement par le mépris, Eric Zemmour a montré que son opposition violente reposait sur un contresens historique et surtout allait à contre-sens de la »modernité ». Et là , cela vaut le coup de s’y arrêter quelque temps.”

Sinon, en vrac et pour finir :
Les ambiguïtés de la note de service N° 2018-115, relative à la procédure d’orientation en fin de classe de seconde générale et technologique.

Les futurs programmes de français du lycée révélés par l’Afef dans l’expresso.

Le « design thinking » essaime dans l’enseignement supérieur
“Vecteur d’innovation, inclusif et apprécié des recruteurs, cet outil fait l’objet de formations tant dans les universités que dans les écoles de commerce et d’ingénieurs.”
Et pour ceux qui ne savent pas ce que c’est : “C’est aussi une méthode bien structurée, facilement compréhensible, qui se déroule en trois étapes : inspiration, recherche de solutions et mise en œuvre. »” “Face à une « transformation du travail qui s’oriente de plus en plus vers une activité de création », le design thinking permet de « passer d’une logique de management, le “faire faire”, à une logique de “faire vous-même” ».

“L’Ecole polytechnique et plusieurs autres grands établissements ont signé jeudi après-midi une convention de coopération. Cette étape entérine la constitution d’une « nouvelle institution de sciences et technologies de rang mondial ».” dans le Parisien.

Je vous laisse avec le dernier numéro des Cahiers sur les écoles alternatives.
Catherine Rossignol


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
C’est encore La Lettre de l’éducation qui en parle le mieux  : Pourquoi les « écoles différentes » attirent-elles ? Comment s’explique l’engouement pour les « écoles autrement » ? Des termes qui peuvent cacher le meilleur comme le pire, l’obsession de l’entresoi comme celle de la solidarité.
La direction de l’école La Source, créée en 1946 par le pédagogue Roger Cousinet, donne aux Cahiers pédagogiques une partie de la réponse : le « leitmotiv » des parents qui frappent à la porte de cet établissement sous contrat est que « leur enfant soit content d’aller à l’école  »

.
N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
juin 2018
Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».