Accueil > Publications > Articles en ligne > Documents liés au dossier "Enseigner la géographie aujourd’hui" (N°460 de (...) > Deux dessins, deux points de vue


Deux dessins, deux points de vue

Document d’accompagnement de l’article de Yannick Mével "Du tourisme scolaire à la géographie du tourisme" (N°460 - Enseigner le géographie aujourd’hui)


1. L’employé tunisien « satisfait » d’Amandine 2. L’employé tunisien « insatisfait » de Sarah

Un débat animé entre les élèves qui incarnaient les « employés tunisiens »


La consigne du jeu de rôle et la réalisation de dessins/caricatures permettent à Amandine et Sarah de systématiser le point de vue de deux des personnages incarnés par leurs camarades, celui des « employés tunisiens » . Elles n’ont pas figuré un employé « réel », une personne individualisée mais des arguments. Nous sommes, en quelque sorte, devant deux types idéaux, deux représentations antinomiques du tourisme « moteur » du développement tunisien.

Amandine souligne les effets bénéfiques du complexe touristique sortant les Tunisiens de la mendicité et du sous-developpement en les faisant accéder au salariat et au bien-être. Elle articule intimement langages verbal et graphique : au visage amaigri d’un mendiant sous-alimenté et la litanie des plaintes de tout mendiant s’oppose le visage arrondi d’un homme bien nourri détenant un poste de responsabilité.
Son statut a changé au regard de la touriste occidentale (l’auteure elle-même ?)
Sarah insiste sur le caractère saisonnier, donc précaire, de l’emploi : son argumentation verbalisée est de facture scolaire et plus subtilement, par sa graphie sur caractère non authentique du complexe : répétition industrielle des objets en vente ; opposition entre le vendeur « déguisé » en costume traditionnel et son interlocuteur touriste/élève vêtu à l’occidentale.
Pour les deux auteurs la relation de dépendance passe par l’argent qui circule du Nord au Sud sans forcément « faire le bonheur » du personnage tunisien. Ce flux monétaire n’est pas figuré mais s’exprime par ses effets sur la société tunisienne.