Accueil > Le Cercle de recherche et d’action pédagogiques > L’association > Les évènements > Des prix pour des énergies


Journée de l’innovation

Des prix pour des énergies

Education nationale

27 mars, la 4e journée de l’innovation s’est déroulée à la Bibliothèque nationale de France dans une ambiance festive. Point final du parcours qui a mené des équipes sur le podium, certes, mais surtout encouragement, pour toutes les équipes et les enseignants de France et d’ailleurs, à chercher, encore et encore.

La quatrième édition de la Journée de l’innovation, "Innover pour refonder", s’est déroulée à Paris le 27 mars 2014 et à cette occasion, Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, et George Pau-Langevin, ministre chargée de la réussite éducative, ont participé à la remise des prix de l’innovation.
« Chercher encore », c’est en substance ce qu’a avancé George Pau-Langevin, ministre de la réussite scolaire. Chercher encore ce qui favorise et valorise les changements en vue de l’amélioration de la réussite de tous.

JPEG - 335.8 ko

Dans une école ouverte sur son environnement, la ministre a rappelé combien il est important que les efforts soient tournés vers les plus modestes. Elle a rappelé aussi que si la transmission des connaissances est indispensable à l’école, les conditions du développement de la personne le sont tout autant. Elle a encouragé à aller dans toutes les voies relevant du métier : « L’école demanderait de rester ouverts à tous les acteurs du territoire, à s’enrichir des pratiques culturelles et sportives, à travailler en groupe pour se préparer à la vie en société et à ne pas négliger l’importance de l’estime de soi. » Bienêtre, bien vivre avec les autres par la médiation, maintien du climat scolaire ont d’ailleurs été à l’honneur dans trois prix : le prix du public, le prix des parents et le prix de la réussite scolaire.

Le prix des parents a été décerné à deux projets : Médiation par les pairs par la communication non violente ou la gestion enrichissante des conflits du collège Victor Hugo de Sarcelles et ‘’L’énergie c’est la classe’’ ou comment responsabiliser les élèves par une pédagogie de scénario ?, Lycée général et technologique Louis Aragon de Givors.

JPEG - 149.8 ko
‘’L’énergie, c’est la classe’’ du lycée Louis Aragon de Givors

Le prix des parents a été remis au projet "Donner du sens au collège : entrer en 6ème en douceur", Collège Manuel Azana de Montauban.

Le prix de la réussite scolaire est revenu à "Espace CréationS", Collège Jean Macé de Fontenay-sous-Bois.
On retrouvera les descriptifs de ces actions sur Respire.

Sous le signe de l’énergie

JPEG - 414.5 ko

Un projet a particulièrement retenu notre attention : ‘’L’énergie, c’est la classe’’ du lycée Louis Aragon de Givors. Il s’agissait de construire toute une recherche autour de l’économie d’énergie dans l’établissement et dans les familles, à partir d’un diagnostic des utilisations et consommations, ce en relation avec la Région. « Pédagogie de scénario, précise leur enseignant Fabien Tora. Les élèves se sont retrouvés plongés dans la création d’un agence de l’énergie, d’apprendre le programme et au-delà à travers elle, avec pour client réel la région Rhône-Alpes, à qui ils avaient des comptes à rendre. » Cette « agence de l’énergie » existe depuis trois ans dans l’établissement, et ses effets se sont manifestés puisque 23.000 euros ont été accordés pour procéder à des modifications életriques, d’isolation, en suivant les préconisations des élèves.
Et un autre effet s’est vu sur scène, puisque ce sont les élèves qui sont venus chercher leur prix et qu’ils ont montré d’eux-mêmes les bénéfices de leur action : l’assurance, la prise en charge des difficultés, l’autonomie. C’est ce que Jodie, Alexis, Raphaëlle, Audrey, Xavier, Elio ont confirmé un peu plus tard : « Je me suis vraiment senti responsable, et cela m’a poussé à aller au bout. ». « On était très autonomes, par exemple quand on s’est déplacés chez les gens pour voir avec eux leurs bonnes et mauvaises habitudes, à travers un sondage ». « Monter un projet concret, ça fait entrer dans un monde d’adultes. », « et cela nous tourne vers l’avenir. On n’était pas de très bons élèves. Mais là on a tous envie de continuer dans cette voie. Certains pensent à une école d’ingénieurs. ». Et puis, bonne nouvelle : « Ce projet nous a sensibilisé à l’environnement, c’est certain. » « Nous faisons plus attention à nos comportements de consommateurs. »


Portfolio