Accueil > Publications > Les avant-propos > Des mutations en cours


Avant-propos du N° 522 - Tous compétents en français

Des mutations en cours

Dominique Bucheton et Dominique Seghetchian


Les auteurs de ce dossier ont tous répondu présent à l’appel du socle commun : le français, le travail spécifique sur les langages est bien une compétence pilier. Le lire-écrire-parler, trame et vecteur de tous les enseignements et apprentissages, est au cœur de l’activité conjointe de l’enseignant et des élèves. Il est aussi au cœur de malentendus ou difficultés et à la source d’un rapport à l’école difficile, notamment pour ce qui touche à l’écrit. Gagner en efficience, trouver les chemins nouveaux pour accompagner mieux les élèves, restaurer leur image d’eux-mêmes parfois dévalorisée, telle est la quête qui se laisse apercevoir derrière chaque article. Tous témoignent de la dynamique créative, de l’humanisme, de l’engagement nécessaire pour refuser qu’à l’école, comme l’attestent les évaluations internationales, les écarts sociaux se creusent. Quelques mots clés traduiront les lignes d’une pensée collective en émergence.

Compétences : un dialogue engagé, un vrai débat à poursuivre

Si le terme compétence faisait partie de la commande aux auteurs, le mot n’apparait souvent qu’en arrière-plan. Pourquoi ? Peut-être ne répond-il pas au besoin de décrire la dimension polymorphe du langage qui revêt toutes sortes d’habiletés selon les contextes. Cependant, la notion de compétence a permis aux disciplines de dialoguer et à certains enseignants d’interroger leur mode d’évaluation pour le rendre plus formatif, donc plus propice au développement des élèves.

Exigence : bingo !

Dans toutes les disciplines, écrire, parler avec les mots précis de la discipline, avec les formes de discours appropriées devient une mobilisation quotidienne. Souvent assez facilement gagnante. Une exigence qui s’accompagne souvent d’une pratique accrue du lire-écrire-parler, c’est-à-dire de l’activité et de la réflexion des élèves.

Des projets qui élargissent les horizons

Théâtre, danse, projets pluridisciplinaires, professionnalisants en lycée professionnel, projets de classe ou d’établissement, ouverture au monde, aux littératures anciennes, contemporaines, ou francophones, usage d’internet : la créativité des enseignants et documentalistes dynamise celle des élèves et suscite leur engagement. Savoirs précis et compétences s’y travaillent au moment opportun.

Diversité et singularité

La rupture la plus importante est celle du regard porté sur les élèves. Ils sont des personnes singulières, dont les affects ou l’histoire interfèrent dans les apprentissages. L’enseignant doit les entendre, leur faire verbaliser leurs savoirs, leurs stratégies, bonnes et mauvaises, de résolution de problèmes, leur apprendre à s’autoévaluer : une démarche de personnalisation construite dans et par le collectif à travers l’échange.

Mutations souhaitées, parfois déjà largement en cours

Elles concernent autant l’indispensable travail collaboratif des enseignants autour des modes de penser, argumenter, écrire propres à chaque discipline que le numérique ou des projets éducatifs plus larges mis en place dans les établissements. Comment anticiper et accompagner ces changements en cours ? Des problématiques émergent : la nécessité de construire des cohérences entre les programmes, leur accompagnement en formation initiale et continue et la place des professionnels dans la recherche universitaire.

Dominique Bucheton
Enseignante chercheuse honoraire, vice-présidente de l’AFEF

Dominique Seghetchian
Professeure de français en collège et formatrice

Sur la librairie

JPEG

 

Tous compétents en français
Comment les apprentissages de la lecture, de l’écriture, de l’oral s’actualisent-ils dans nos classes et nos cours quand l’enseignement du français ne se fixe plus comme finalité la sélection (reproduction) des « élites » mais la réussite de tous les élèves, y compris les plus éloignés de l’univers de l’école ?