Accueil > Publications > Articles en ligne > Des jeux de rôle en première STG


N°461 - Dossier "STG, quelle rénovation ?"

Des jeux de rôle en première STG

Par Damien Meunier et Pascal Bernard

La nécessaire adaptation des méthodes d’enseignement aux nouveaux contenus des programmes issus de la réforme STG pousse à la réflexion sur les outils à utiliser pour mettre en œuvre les principes de la réforme. Le jeu de rôle est un de ces outils possibles en première STG à partir de la discipline information et communication. Une typologie est ici proposée.

La réforme STG peut être envisagée au travers de deux dimensions : les contenus des programmes et les méthodes pédagogiques d’enseignement pour ces nouveaux contenus. Les méthodes et outils d’enseignement doivent donc évoluer afin de donner aux contenus des programmes la dimension poursuivie par les principes de la réforme.
Le présent article constitue une proposition de réflexion sur un des outils possible d’enseignement en filière STG : le jeu de rôle.
Avant toute chose, il est nécessaire de préciser que les jeux de rôle auxquels il est ici fait référence n’ont rien de similaire avec les jeux de rôles qui ont longtemps été utilisés en filière STT et qui visaient principalement à faire acquérir aux élèves des méthodes et techniques standards en vue de professionnalisation (les sketches achat vente en étaient un bon exemple). Les jeux de rôle auquel nous faisons ici référence peuvent se définir comme un outil pédagogique invitant les élèves à une mise en action physique les plaçant à distance d’eux-mêmes. Ils doivent leur permettre d’aborder certains contenus et d’en saisir les enjeux. Le point d’ancrage des jeux de rôle ici présentés est la discipline d’information et communication présente uniquement en première STG, matière support de la filière par les nombreuses transversalités qu’elle tisse avec les autres disciplines.

Jeux de rôle pour conceptualiser et apprendre des savoirs

Une partie entière du programme d’information et communication est tournée vers l’étude de la communication interpersonnelle. Les contenus et notions abordés sont aussi des éléments et des composantes de toute situation de communication interpersonnelle : construction du sens, utilisation de signes verbaux et non verbaux, contexte et ressorts de l’influence.
Dans ce cadre, les jeux de rôle de degré 1 se donnent comme objectif de placer les élèves dans des situations pratiques de mise en scène de diverses situations de communication au travers de rôles ne les impliquant jamais personnellement, afin que certains des éléments jouant un rôle dans le déroulement ou l’évolution de ces situations puissent être observés, analysés et conceptualisés. Les élèves peuvent ainsi saisir le rôle joué par chacun des éléments des situations de communication sur le déroulement de celles-ci (Exemple : quel rôle peut jouer l’utilisation de signes non verbaux dans une situation de communication ?). Cette compréhension se moule parfaitement dans la dynamique de la réforme visant en partie à aider les élèves à prendre du recul par rapport aux savoirs enseignés.
L’exemple suivant peut servir d’illustration simplifiée à un tel jeu de rôle : deux élèves sont choisis pour jouer deux personnages, A et B ; le personnage A a pour objectif de transmettre un message défini au personnage B ; cette transmission du message doit s’effectuer dans deux situations différentes par leur contexte (exemple : dans la première situation, A et B sont amis ; dans la seconde, A et B sont uniquement liés par une relation hiérarchique professionnelle). Les élèves acteurs (de par leur jeu et la confrontation à la situation) et les élèves observateurs (de par leur observation et sa retranscription sur une grille d’observation et d’analyse) prennent alors conscience de l’influence du contexte dans la manière de transmettre des messages (via l’observation et l’analyse des signes verbaux et non verbaux utilisés, des arguments avancés, des stratégies d’influence mises en place, des codes et rituels employés, ... dans les deux situations) et plus largement dans le déroulement d’une situation de communication.

Un pas vers l’interdisciplinarité

Les jeux de rôle de degré 1 mettent l’accent sur certains des éléments et des composantes des situations de communication dont on cherche à saisir la fonction. Il est toutefois envisageable de faire place à des savoirs issus d’autres disciplines que celle d’information et communication. Les jeux de rôle deviennent alors des jeux de rôle de degré 2 et se placent à la croisée de la discipline information et communication et des autres disciplines de la filière dans le cadre de transversalités.
C’est alors une mise en situation pratique des élèves dans des situations de communication gravitant autour de sujets relatifs à toute discipline, afin que l’analyse du rôle des éléments intervenant dans ces situations puisse être combinée à l’investigation de connaissances, de savoirs et de questions issus d’autres champs disciplinaires.

Jeux de rôle de degré 2 et de type 1

Les jeux de rôle de degré 2 recouvrent toutefois deux dimensions selon la nature des sujets abordés. D’une part, ceux-ci peuvent être neutres en ce sens qu’ils ne sont pas sujets à discussion et controverse, et dans leur définition, et dans leur place en société. Les jeux de rôle faisant intervenir de tels sujets sont qualifiés de jeux de rôle de degré 2 et de type 1. Un exemple très simple est constitué par la mise en place d’un procès dans lequel les élèves seraient à la fois acteurs et observateurs, et utiliseraient dans le cadre d’une affaire fictive, des connaissances et des savoirs issus de l’enseignement du droit. En plus de l’analyse des signes verbaux et non verbaux, de la recherche et construction de sens, des influences et du contexte, un tel jeu de rôle permet aux élèves d’utiliser, de maîtriser et d’intérioriser des savoirs provenant d’une autre discipline.

Du jeu de rôle au débat

Les jeux de rôle de degré 2 et de type 2 reposent sur le même principe, à la différence que les sujets abordés peuvent être non neutres. Nous définissons comme non neutre un sujet qui prête à discussion et controverse, ou dans sa définition, et/ou par sa place en société. Ces sujets sont en lien direct avec les questions qualifiées de socialement vives. Effectivement, la conséquence directe de l’insertion de sujets non neutres dans les jeux de rôle est de favoriser la discussion et la confrontation des points de vue et des idées. Ce type de jeu de rôle s’inscrit dans une perspective différente puisque ses enjeux, ses objectifs et ses implications sont bien plus larges. Le basculement se fait rapidement et naturellement vers l’utilisation du débat en classe.
Un tel jeu de rôle peut ainsi consister à placer des élèves - acteurs dans une situation de négociation entre acteurs défendant des intérêts différents : par exemple, des représentants de salariés et des représentants de dirigeants défendant des intérêts différents lors de négociations sur la mise en place d’un nouveau contrat de travail. Au-delà des intérêts communs avec les jeux de rôle de degré 1 (la situation est avant tout une situation de communication qui peut être observée et analysée en tant que telle) et les jeux de rôle de degré 2 et de type 1 (le « marché du travail », abordé en cours d’économie, est lié au débat), un tel jeu de rôle place les élèves sur le terrain de questions socialement vives et donc du débat.
De tels jeux de rôle s’inscrivent directement dans la dynamique de la réforme STG en faisant pénétrer les élèves sur des terrains propices au débat, à la problématisation et à la réflexion dans le cadre des transversalités entre disciplines. La dimension citoyenne inhérente à de tels jeux de rôle participe à la formation d’esprits capables de comprendre la société, de se positionner en son sein et d’agir sur elle, conditions nécessaires de la poursuite d’études après le baccalauréat.

Synthèse

Le tableau suivant synthétise les objectifs pouvant être assignés aux différents jeux de rôle présentés :

Objectifs
Jeux de rôle de degré 1 - Donner aux élèves un recul par rapport aux situations de communication quotidiennes pour leur permettre de mieux les comprendre (1)

- Permettre aux élèves de mieux se placer dans les situations de communication en utilisant de manière « consciente » les outils de communication (2)

Jeux de rôle de degré 2 et de type 1 - (1) + (2)

- Mettre en application les savoirs objets du cours d’Information et Communication dans le cadre de projets liés à d’autres disciplines (3)

- Faire acquérir, approfondir et intérioriser aux élèves des savoirs scolaires appartenant à d’autres disciplines (4)

Jeux de rôle de degré 2 et de type 2 - (1) + (2) + (3) + (4)

- Faire pénétrer les élèves sur des terrains propices au débat, à la problématisation et à la réflexion (5)

- Participer à la formation d’élèves citoyens dans un cadre démocratique (6)

Cet article est issu d’un mémoire réalisé en 2005 par Damien Meunier et Pascal Bernard.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 554 - L’économie à l’école

    À deux pas de l’école, des entreprises
  • N° 554 - L’économie à l’école

    Ce qui reste quand on a joué
  • N° 554 - L’économie à l’école

    S’adapter sans trahir : le savoir et le service
  • N° 554 - L’économie à l’école

    La mondialisation économique enseignée au lycée
  • N° 554 - L’économie à l’école

    Littérature et gros sous
  • Hors série numérique 51 - Avant-propos

    ULIS : vivre différent avec ses semblables
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Du lexique à la science et de la science au lexique
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Apprendre à l’aide de nouveaux outils ?
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Bibliographie-sitographie
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    L’atelier slam, un lieu de collaboration, d’écoute et de respect de l’autre