Accueil > Ressources > Nous avons lu > Demain les profs


Recension parue dans le N°431 de mars 2005

Demain les profs

Bruno Descroix, Bourin éditeur, 2004.

18 février 2005

Un ouvrage d’un « jeune prof de banlieue » qui ne se complaît pas dans la lamentation ou l’accusation, cela mérite d’être signalé. Bruno Descroix, professeur de mathématiques, enseigne en Seine-Saint-Denis, après avoir été... au lycée Louis-le-grand. Son témoignage est intéressant, car au cœur des pratiques quotidiennes. On n’y trouvera ni des pleurnicheries sur l’autorité perdue qu’il faudrait « restaurer », ni des procès de l’institution Éducation nationale, mais des propos modérés, nuancés et souvent étayés (B. Descroix a lu visiblement quelques auteurs essentiels pour comprendre l’école d’aujourd’hui, ainsi que les grandes données qui nous permettent de discuter sérieusement, sereinement). Citons, pour donner le ton du livre, ces quelques lignes de la conclusion : « Dans la distinction que faisait Bernanos entre un pessimiste (un imbécile triste) et un optimisme (un imbécile heureux), je me range [...] dans la seconde catégorie. La crise de l’autorité ne me paraît pas insoluble, des réformes d’envergure sont possibles, l’école peut redevenir un vecteur d’ascension sociale, elle doit impérativement s’en donner les moyens. » On lira avec profit notamment le premier chapitre très concret « réinventer l’autorité ». Ainsi que celui intitulé « voilées » où l’auteur fait part, de façon très honnête, de sa perplexité (« il fallait peut-être une loi, ou peut-être pas. Aujourd’hui comme hier, il est bien difficile d’en juger ») tout en relativisant l’ampleur des problèmes liés à ce qu’on nomme de façon rapide « montée des communautarismes » à partir de son expérience professionnelle. Bruno Descroix, s’il est représentatif de la génération des profs de demain, nous donne espoir en ceux-ci. Dommage que les médias privilégient les histrions qui font de leurs difficultés ou de leur mépris de classe un fonds de commerce. Mieux vaut lire cet écrit modeste, mais qui aborde avec sérieux et conviction les questions brûlantes du moment.

Jean-Michel Zakhartchouk