Accueil > Publications > Ouvrages > Les livres du mois > Décrocheurs d’école Redonner l’envie d’apprendre aux adolescents qui (...)


Décrocheurs d’école
Redonner l’envie d’apprendre aux adolescents qui craquent

Gilbert Longhi et Nathalie Guibert, éditions La Martinière, Paris 2003

Les élèves décrocheurs d’école ne seraient-ils pas plutôt des élèves décrochés ? Le proviseur Longhi nous relate les conditions d’admission des décrochés dans son lycée « standard ».


Les élèves décrocheurs d’école ne seraient-ils pas plutôt des élèves décrochés ? Le proviseur Longhi nous relate les conditions d’admission des décrochés dans son lycée « standard » qui en accueille 232. Les décrochés savent mieux que quiconque ce qui leur arrive et pourquoi ils « n’y arrivent pas » : ils portent les stigmates de leurs échecs, la dépréciation d’eux-mêmes qu’ils ont intégrée de longue date. Au lycée Lurçat, à Paris, la procédure d’admission n’est pas définie de façon canonique : entretiens avec le proviseur, avec les professeurs, mise en relation de toutes les parties prenantes, les parents surtout... et oubli du livret, pas d’attention aux antécédents, une attention à la parole du décrocheur : « L’école ne s’intéresse pas au désintérêt des élèves pour leurs études. Ce ne sont pas les enfants qui sont la substance de l’enseignement mais les obsessions des adultes. » Longhi nous présente quelques « décrocheurs », portraits rapides, croqués au vif, avec chaleur et clairvoyance. C’est leur volonté de raccrocher qui compte. Le lycée leur a concocté sept « classes de rêve » dont : lycée du temps choisi, ENVOL (Enseignement par niveau pour une voie d’orientation en lycée) avec trois rentrées dans l’année, 4Z (zigotos, zèbres, zozos et zigomars)... « Nous avons tordu le cou à la culpabilisation des familles pour faire notre travail, seulement notre travail. Les jeunes doivent tous aller à l’école... »
Un livre enlevé qui narre une action scolaire dans « l’humanisme de la République », modeste et efficace : il se présente sept candidats pour une place. Espérons une suite, une narration dans le même ton de ce qui se passe dans ces classes de rêve, (on sait juste un peu comment le lycée accepte un moment de régression pour Nicolas, sans le juger), qu’on suive la vie lycéenne de Nicolas, Arthur, Béatrice, Samia (et sa poignante histoire)...

Roland Petit