Accueil > Publications > Les avant-propos > De l’engagement et une forte expertise


Avant-propos du n° 523 - Le climat scolaire

De l’engagement et une forte expertise

Michèle Amiel et Thomas Dequin


Le climat scolaire, notion développée assez récemment dans notre système éducatif, est une métaphore éclairante pour appréhender la manière dont les personnels et les usagers ressentent et vivent leur établissement scolaire. Cette notion couvre cependant tellement de champs que sa compréhension est difficile : parle-t-on de l’ambiance d’un établissement scolaire, tempête pendant les moments de crise ou embellie à la rentrée ? Le climat scolaire est-il le dernier avatar de tous les plans violences qui se sont succédé pour se transformer en «  un paternalisme climatique  » nécessaire dans les banlieues difficiles ? Une méthode de travail aux domaines bien repérés, avec un vocabulaire d’experts : enquêtes de victimation, justice restaurative, cercles de responsabilisation ?

C’est en tout cas un processus «  interactif et complexe des liens entre les différentes dimensions du système. Aucun élément pris isolément ne peut expliquer la qualité du climat d’un établissement et en même temps, agir sur des aspects qui, au départ, semblent sans rapport avec un effet bénéfique  », selon Marie-Odile Le Masson.

Dans la majorité des articles en effet, l’éducatif, le pédagogique, le relationnel, l’expression de la justice interagissent étroitement : chacun de ces éléments est repérable dans l’action présentée, mais ne peut être isolé sans qu’il y ait perte de sens. Cause et conséquence fonctionnent en chaine et en boucle.

Dans tous les témoignages qui figurent dans ce dossier, école primaire, collège, lycée général ou professionnel, les acteurs avancent patiemment, se trompent, rectifient l’action, rencontrent des résistances mais continuent jusqu’à enclencher des spirales vertueuses où ils embarquent, étape après étape, les acteurs de l’établissement : nous assistons parfois à des renversements de situation dans les établissements, du marasme total à une éclatante réussite, en particulier celle des élèves, y compris ceux en difficulté.

Il suppose le très fort engagement des personnels, dont les formateurs qui les accompagnent pour améliorer les conditions de vie et de travail de chacun : bienêtre, bienveillance, confiance, sérénité, coopération, réussite, retrouve-t-on souvent dans les textes, mais aussi exigence, clarté, organisation précise, discussion professionnelle, cohésion collective.

Seulement voilà. En plus de l’engagement, le climat scolaire requiert de chacun des participants une forte expertise, en rupture avec le fonctionnement actuel de la majorité des établissements : des personnels à l’écoute de leurs élèves, des parents ; un fort travail en équipe ; une direction moteur, centrée sur le pédagogique ; des personnels enseignants et d’éducation qui ont des compétences en communication non violente, pédagogie coopérative, conduite de réunion, démarche de projet d’établissement, évaluation, etc.

Faut-il vraiment s’accrocher à un modèle de fonctionnement aussi complexe, difficile, pas toujours bien compris, avec des risques de blocages et de découragements, sans les dispositifs de formation nécessaires ? Ou alors, dans un système éducatif en crise, peut-on le comprendre comme la préfiguration d’un système plus efficace, où les professionnels vont devoir changer de posture et les établissements utiliser pleinement leur marge d’autonomie ?

Sur la librairie

 

Le climat scolaire
Qu’est-ce qu’un bon climat scolaire ? Est-ce lorsque les élèves répondent à notre fantasme du «  bon élève  » ? On ne peut nier l’impact qu’il a sur les personnels et les élèves. Se sentir bien ou mal à l’école détermine en profondeur le parcours que l’on y mènera.