Accueil > Publications > Articles en ligne > De l’élitisme à l’inclusion au lycée français de Bogotá


N° 526 - L’école inclusive

De l’élitisme à l’inclusion au lycée français de Bogotá

Laurent Casanas

Le lycée Louis Pasteur de Bogotá est une cité scolaire qui scolarise presque 2 000 élèves de la Petite Section à la classe de Terminale, dont plus de 1 000 pour l’école primaire. Établissement réputé pour son excellence académique, il a su remplacer depuis 2006 le seul élitisme par l’intégration puis l’inclusion au service de la réussite de tous les élèves. La prise en compte du cadre légal français et colombien a amené l’établissement à professionnaliser la scolarisation d’élèves à besoins éducatifs particuliers en primaire dans un contexte pédagogique où le français, langue de scolarisation, n’est la langue maternelle que d’une minorité d’élèves.

La prise en compte du cadre légal français et colombien a amené notre établissement à professionnaliser la scolarisation d’élèves à besoins éducatifs particuliers en primaire dans un contexte pédagogique où le français, langue de scolarisation, n’est la langue maternelle que d’une minorité d’élèves. L’école primaire a scolarisé sur ces deux dernières années 18 élèves bénéficiant d’un PAP (dont 2 avec AVS) et 3 bénéficiant d’un PPS (dont 2 avec AVS). Nous retrouvons tout type de troubles dont : l’autisme, le trouble envahissant du développement dont le comportement psychotique, le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention, les troubles « dys », un handicap physique, le retard mental et la précocité intellectuelle. Il convient d’inclure les enfants sans diagnostic mais dont les problèmes émotionnels importants portent préjudice aux apprentissages.
Lors du changement d’équipe de direction en 2011, le diagnostic du fonctionnement du primaire a permis de pointer divers dysfonctionnements dont :

  • La qualité du suivi des élèves identifiés comme en grande difficulté scolaire et/ou à besoin éducatif particulier ;
  • Des pratiques de « thérapeutisation » de la difficulté scolaire sans aucun contrôle de l’établissement ;
  • La scolarisation d’élèves avec des pathologies lourdes et diverses pour lesquelles l’établissement n’était pas préparé ;
  • L’isolement institutionnel des psychologues dans leur travail quotidien ;
  • Les conditions d’accueil des nouveaux arrivants ne maîtrisant pas une des deux langues de scolarisation.

La construction du nouveau projet d’établissement 2012-2016 a été l’occasion pour l’équipe de direction d’exposer les résultats de son diagnostic, de fixer des objectifs prioritaires partagés avec l’ensemble des équipes et de définir les axes de progrès qui allaient guider notre action tout au long des quatre prochaines années.

Professionnaliser la démarche

Forts du travail mené depuis 2000 par les deux psychologues du primaire pour accompagner familles et enseignants dans le processus d’intégration des élèves présentant un trouble de l’apprentissage et/ou du comportement nous avons d’abord pointé les réussites en en analysant les raisons. Nous avons ensuite recensé les difficultés liées à l’intégration de ces enfants dans notre environnement scolaire en nous projetant sur ce que pourraient être les conditions d’une scolarisation réussie. Nous avons enfin défini, au regard des lois des deux pays, les modalités du suivi du parcours scolaire des élèves identifiés comme en difficulté au sens large du terme.

Nous avons défini un protocole permettant de cadrer les prérogatives et le rôle de chacun dans le processus de suivi des élèves ainsi que celui des équipes de suivi de la scolarisation. Trois outils ont été créés pour répondre à nos besoins : pour les psychologues, un document de suivi individuel à archiver dans le dossier confidentiel des élèves concernés ; à destination des enseignants, une fiche de repérage individuelle de la difficulté scolaire ; à destination de l’équipe pédagogique, un tableau de suivi pluriannuel des élèves en très grande difficulté scolaire dont ceux à besoins éducatifs particuliers. Le diagnostic initial nous a fait repenser le cadre d’intervention des différents partenaires extérieurs et la définition de nos attentes du travail d’équipe : voir encadré.

L’amélioration de la communication de cette démarche auprès de la communauté éducative s’appuie sur diverses dispositions : tout d’abord la validation du dispositif par l’IEN du bureau régional AEFE AMSUD et la présentation du protocole aux parents d’élèves lors des réunions de rentrée. Le premier conseil de cycle permet de revenir avec les enseignants sur la mise en œuvre du protocole et la mise à disposition des dossiers scolaires des élèves aux enseignants. Il est mis en place également un accompagnement par les psychologues des élèves à besoins éducatifs particuliers dans leur classe respective en organisant, en collaboration avec les enseignants, des ateliers pour expliquer ce qu’est l’inclusion scolaire, aborder les risques d’exclusion, d’intimidation voire de harcèlement dont ces élèves pourraient être victimes.

Dans le cadre d’équipes éducatives interdegrés, a lieu la présentation des dossiers de nos élèves de CM2 passant en 6e à l’équipe de secondaire. Les dossiers scolaires suivent les élèves en 6e et une rencontre interdegrés a lieu mi-septembre pour répondre aux questions et doutes éventuels des professeurs principaux de 6e. Un espace dédié à l’inclusion scolaire est créé sur l’ENT de l’établissement. Il comprend un ensemble de ressources multimédias dans les deux langues à destination des parents, des élèves et des enseignants.

D’autres mesures comme une conférence débat sur l’inclusion scolaire dans le cadre de l’école des parents, en collaboration avec nos psychologues et l’association des parents d’élèves, ou la sollicitation du Conseil des élèves de l’école élémentaire pour réfléchir sur le thème de l’inclusion dans chaque classe, et définir une charte de la bonne inclusion des élèves à besoins particuliers.

La formation et l’accompagnement des équipes

Ce troisième axe a l’objectif de faire de notre établissement un environnement inclusif apprenant : les besoins exprimés par les enseignants sont corrélés aux besoins observés lors des visites de classe et des entretiens menés par le directeur auprès de l’équipe ; cette cartographie des besoins nous a permis de penser la politique interne d’accompagnement et de formation des équipes pour répondre aux besoins spécifiques des élèves et rendre cohérent l’articulation des différents dispositifs à disposition.

Un groupe de travail a été créé en utilisant le levier des 108h annualisées pour constituer un classeur ressources se composant des outils institutionnels de l’établissement et de ressources pratiques couvrant tous les besoins particuliers et mutualiser cet outil auprès des enseignants dans le cadre du plan interne de formation, créer un espace ressources dans la bibliothèque pédagogique et faire vivre l’espace multimédias dédié à l’inclusion scolaire sur l’ENT de l’établissement ; enfin proposer des modules de formation adaptés aux besoins des enseignants.
Le plan interne de formation s’est fixé comme objectifs de :

  • Informer les équipes des évolutions institutionnelles et fixer le cap à suivre conformément aux orientations officielles ;
  • Professionnaliser les équipes enseignantes en nous servant du support de l’outil d’analyse des compétences créé par Bénédicte Dubois [1], outil favorisant l’auto-analyse des compétences déjà installées et celles à construire ou à améliorer, seul ou en équipe ;
  • Mutualiser les contenus des formations du plan régional de formation continue avec le relais des enseignants les ayant suivis ;
  • Proposer aux enseignants comme au personnel non enseignant des modules de formation se basant sur l’étude de cas concrets à l’établissement sous toutes ces dimensions ;
  • Proposer des modules de formation revenant sur les fondamentaux de l’acte d’apprendre et d’enseigner au service du vivre ensemble à l’école du socle, mais également sur l’utilisation d’outils numériques au service de la différenciation pédagogique.

Le directeur accompagne les enseignants dans leur pratique d’inclusion à travers des visites de classe conseils et des entretiens, mais aussi dans le cadre de temps de travail partagés pour construire le projet d’inclusion, communiquer avec les partenaires, et définir si besoin les modalités de gestion de crise en collaboration avec des personnels référents identifiés.

La gestion du temps de vie scolaire de ces élèves est également une priorité. Pour leur assurer une intégration rapide dans un cadre bienveillant et prévenir tout sentiment d’exclusion, l’équipe enseignante et non enseignante s’est vue proposer une formation sur le vivre ensemble et le climat scolaire.

Une politique volontariste de l’équipe de direction a conduit à la professionnalisation du travail en équipe interdegrés pour permettre à l’établissement de réussir son passage vers l’inclusion scolaire. Il reste aujourd’hui à analyser les marges de progrès nécessaires pour nous assurer de la réussite des parcours scolaires de tous nos élèves de la petite section à la terminale.

Laurent Casañas
Directeur du primaire lycée français de Bogotá.

 

Dispositif : Préciser les règles de travail d’équipe

 

  • Pour une meilleure compréhension mutuelle, la traduction de nos programmes scolaires, du socle commun, de la réglementation française et des outils de suivi utilisés dans l’établissement ;
  • Avec accord des parents, l’engagement à remettre aux psychologues un compte-rendu écrit des résultats des évaluations thérapeutiques extérieures ;
  • Un nouveau cadre de présentation synthétique et graphique des résultats de ces évaluations positionnant l’élève dans les différents champs moteurs, cognitifs et comportementaux ;
  • Des recommandations écrites à destination des enseignants de classe ; • L’articulation des contenus d’apprentissage et leur adaptation avec les enseignants ;
  • La définition concertée, en fonction des besoins, du profil de l’accompagnant d’élève en situation de handicap et l’aide au recrutement pour les familles ;
  • A la demande de l’établissement, la tenue de réunion de travail pour réfléchir ensemble sur différentes problématiques liées à l’accompagnement et au suivi de l’inclusion scolaire dont celle de la réorientation vers un système pédagogique ou un environnement scolaire plus adapté à la pathologie de l’enfant.

 

Sur la librairie

 

Inclure tous les élèves
Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, l’écart est parfois grand entre ce qui est prescrit et la réalité de leur scolarisation. Ce dossier vise à en pointer les freins et à proposer des leviers à même de faire vivre l’école inclusive refondée.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Pour une formation politique en SES
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Pourquoi ils s’ennuient ?
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Favoriser la persévérance scolaire
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Le pari de l’éducabilité
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    6e sens, du sens pour la 6e
  • N° 531 - S’embarquer dans les apprentissages

    Et pourtant Truffaut n’arrivait pas à apprendre l’anglais !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Ressources
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Apprendre à être responsable de ce qu’on dit
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    C’est parti, je vote !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    La coopérative scolaire : levier d’apprentissages citoyens