Accueil > Appels à contribution > Créativité


Créativité

Un dossier coordonné par Angélique Libbrecht et Caroline Elissagaray


L’injonction à la créativité semble assez répandue dans le monde du travail, mais à l’école, on a souvent l’impression qu’elle serait réservée aux petites classes, comme si elle n’était pas assez sérieuse pour les plus grands, ou aux filières artistiques, dont c’est une compétence-clé. On peut même se demander si elle ne fait pas l’objet d’une certaine méfiance, avec la peur d’une perte de contrôle, en particulier concernant la difficulté de l’évaluer… Sans parler de l’idée reçue selon laquelle les artistes seraient d’anciens cancres !

Dans ce dossier, nous souhaitons interroger cette notion, à la fois comme compétence à développer et comme levier pour les apprentissages, à tous les âges et dans toutes les disciplines. Mais de quoi parle-t-on ? Quelles différence fait-on par exemple entre « créativité » et « imagination », « inventivité », « innovation » ? Produire une œuvre plastique, musicale, théâtrale ou chorégraphique, résoudre un problème mathématique, fabriquer une machine ou un logiciel, réagir à un imprévu, s’emparer d’une proposition d’écriture, imaginer le futur (ou le passé ?), penser par soi-même, donner du sens à une situation… Ces actions ne relèvent-elles pas aussi de la créativité ?

Si nous ne nous interdisons pas de réfléchir à la créativité pédagogique, nous voudrions nous centrer sur la créativité des élèves, en faisant le pari qu’elle est compatible avec le système scolaire et la vie du groupe-classe. Comment développer cette compétence ? Plusieurs directions nous semblent intéressantes à explorer :
• Quelles sont les conditions matérielles favorables à la créativité ? Les matériaux, les outils, l’environnement, l’espace, les dispositifs, mais aussi le temps…
• Comment déclencher la créativité ? Par la pensée, l’action ? Comment la nourrir ? Quel rôle donner à la culture, à l’histoire ? Comment accompagner le processus dans son déroulement spécifique ?
• À quelles conditions les contraintes facilitent-elles la créativité ? Quelles consignes donner ou ne pas donner et à quel moment ?
• Comment prendre en compte la pensée divergente dans un groupe ? Comment s’appuyer sur le groupe pour libérer la créativité, individuelle ou collective, lever les inhibitions ? Comment la créativité peut-elle s’articuler avec la coopération ?
• Comment évaluer la créativité ? Quelle place donner au jugement et à l’esprit critique ?

Il nous semble aussi important de replacer la notion de créativité dans un questionnement plus large :
• Qu’en est-il de la créativité dans l’Histoire ? Dans les systèmes scolaires étrangers ?
• Quelle place chaque discipline scolaire fait-elle à la créativité ? En quoi dérange-t-elle le système scolaire ? Pourquoi n’est-elle pas plus présente dans le secondaire ?
• Encourager la créativité, est-ce renforcer les inégalités sociales ?

Envoyez-nous votre proposition d’article (5 à 10 lignes) avant le 27 avril 2020.
Si vous le souhaitez, nous pourrons vous aider à mettre en forme ensuite votre article.
angelique.libbrecht[at]cahiers-pedagogiques.com
caroline.elissagaray[at]cahiers-pedagogiques.com

Contraintes éditoriales

  • La dimension de nos articles est comprise entre 4.000 et 12.000 signes, espaces compris, incluant signatures, notes de bas de page et bibliographie. Elle est négociée avec chaque auteur. N.B. : La rédaction se réserve la possibilité de modifier le titre, le chapô et les intertitres.
  • Les sigles sont développés.
  • La signature de l’article précise le nom de l’auteur, son métier, sa structure d’exercice et donne une indication géographique.
  • La bibliographie éventuelle se limite à quelques ouvrages ou articles en français, présentés sous la forme suivante :

Prénom, Nom de l’auteur, Titre complet, Éditeur, Année d’édition.

Ex 1 : Jacques Dupont et Jean Dupond, Titre de l’ouvrage, Casterman, 1937.

Ex 2 : Jacques Dupont, « Titre de l’article », Titre de la revue, n°125, 1957.

Ex 3 : Jean Dupond, « Titre de l’article », dans : Germaine Martin et Georges Rémi (dir), Titre de l’ouvrage, Casterman, 1962.

NB : N’utiliser la majuscule qu’en première lettre des noms propres et donner le prénom en entier.