Accueil > Ressources > Nous avons lu > Coups de théâtre en classe entière, au collège et au lycée


Recension parue dans le N°436 d’octobre 2005

Coups de théâtre en classe entière, au collège et au lycée

Chantal Dulibine et Bernard Grosjean, Scérén-CRDP Académie de Créteil, collection Argos Démarches, 2004.

7 octobre 2005

Les auteurs, forts de leur expérience respective de professeur de français et d’homme de théâtre, nous transmettent dans cet ouvrage très clair et très bien présenté, le fruit de leur longue expérience d’enseignement, de partenariat, de mises en scène et de formations. L’originalité de la démarche proposée est de mettre à notre portée une grande variété de propositions d’études des textes, d’écriture et de mises en jeu, à mettre en oeuvre au quotidien, dans le cadre du programme, dans l’espace de la classe, avec l’ensemble des élèves. Il s’agit de faire aborder les textes de façon variée selon « une mise en forme pédagogique fluide, qui essaie de circuler entre toutes les formes de travail : lire, écrire, jouer, regarder » (p.262).

L’ouvrage s’organise en six grandes parties, déclinées selon des approches diversifiées : des préalables (définition du jeu et du théâtre, réflexion théorique et règles de fonctionnement), une approche du théâtre par « l’infiniment petit » : la réplique et l’image, puis par la pièce dans son ensemble (fable, mise en intrigue, thèmes et propos), par le fragment ou la scène, par la représentation, enfin par la conception de séquences pédagogiques. Chaque chapitre comporte des réflexions de fond, des éclairages sur les notions essentielles, des encadrés théoriques ou pratiques, et des propositions pour les quatre activités « lire, écrire, jouer, voir le texte représenté ».
Cet ouvrage étant foisonnant, on ne livrera dans les lignes qui suivent que quelques éléments d’un parcours de lecture, dans un livre à lire et à relire.

Le premier chapitre définit le jeu en référence à Winnicott et à Caillois (espace transitionnel, activité libre, séparée, incertaine, improductive, réglée, fictive...) : les auteurs, tout en évoquant les contradictions possibles avec la situation scolaire et les principaux obstacles auxquels on peut se heurter, en déduisent les implications pour l’instauration de règles déontologiques, de règles de fonctionnement et des principes du jeu dans la classe. L’apport du jeu qui permet à l’élève d’investir de lui-même dans le texte est fortement souligné : « L’intérêt du jeu théâtral en classe entière ne réside pas dans la production d’un sens univoque et transmis par la tradition (...) mais bien dans la confrontation des projections que font les élèves sur ce personnage support, qui se découvre ainsi dans la richesse de toutes ses facettes. » (p. 26) Le second chapitre présente la conception du théâtre de leurs auteurs, des réflexions sur le rapport au réel du théâtre et sur ce qui se joue dans la représentation . Le chapitre présente également les savoirs à construire avec les élèves préalablement à l’étude du théâtre ou chemin faisant.

Dans la deuxième partie on signalera l’originalité et la fécondité, entre autres, des exercices de profération de répliques pour découvrir une pièce par exemple ou la pratique du théâtre-image, sorte d’arrêt sur image où les joueurs sont agencés et sculptés pour donner une interprétation d’une scène, d’un personnage ou d’une situation théâtrale.

La troisième partie part des cinq questions fondamentales posées par les pièces de théâtre (Qu’est-ce que ça raconte ? Comment ? De quoi ça parle ? Quel est le rapport du texte à l’action ? Comment la pièce est-elle reçue ?). Les auteurs donnent des repères pour rédiger la fable, distincte du traditionnel résumé : celle-ci se construit en reconstituant dans l’ordre chronologique tous les évènements et toutes les actions (affectant par exemple un personnage), en distinguant également le « hors-scène » du « en-scène ». Ce type de travail entraîne les élèves dans une recherche active sur le texte, suscitant le débat. Cette écriture amène à cerner les choix dramaturgiques d’un auteur ou les contraintes d’un genre. Il met l’accent sur le rapport entre la parole et l’action et offre un réservoir de scènes à faire écrire en classe. De même, le travail sur les thèmes et les propos de l’auteur (à faire formuler par les élèves sous forme de questions) fournit une réserve de consignes d’écriture et de jeu dramatique.

Celui-ci est conçu comme un élément du travail sur le texte, un moyen d’investigation sur les enjeux de la situation. Dans la quatrième partie, une gamme d’exercices « textes en main », sans texte, ou avec un minimum de textes, est proposée : une mine d’exercices possibles où les élèves peuvent proférer le texte en étant cachés, ou alors en chœurs, improviser avec ou sans paroles, donner des images de la scène, etc. La lecture analytique n’est pas négligée et on trouve des repères pour sa mise en œuvre dans le chapitre 11. De même, les consignes pour faire écrire les élèves, pour leur faire percevoir l’économie du texte théâtral, sont des pistes fécondes alors que les sujets d’invention se saisissent de plus en plus de cet objet d’étude au lycée. Tout comme les mises en jeu, le travail d’écriture peut se faire en amont ou en aval de l’étude des textes. Enfin il faut lire avec attention les propositions de représentation à partir des « petites formes », textes réduits à leurs éléments ou leurs répliques essentielles, petites formes qui permettent de faire jouer des pièces difficiles à tous les publics d’élèves. Dans sa dernière partie, le livre propose des pistes pour fabriquer des séquences.
Sans doute, comme le recommandent d’ailleurs les auteurs, il paraît préférable d’avoir effectué un stage de théâtre avant d’engager les élèves dans ce type d’activité. Mais ce livre, riche d’apports multiples, de créativité, de fantaisie, offre des leviers dont on peut se saisir facilement pour aller, dans les classes, au-delà de la seule oralisation ou récitation des textes. Et cela, pour toutes les œuvres, celles du patrimoine classique comme celles du répertoire moderne, et pour tous les publics d’élèves. Un livre très important donc pour la pédagogie, la didactique des textes de théâtre et la didactique du français.

Isabelle de Peretti


Programmation 2014-2015 Commander cet ouvrage sur le site du CRDP de Créteil