Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Connais-toi toi-même


La chronique de Nipédu du n° 560

Connais-toi toi-même

Régis Forgione, Fabien Hobart, Jean-Philippe Maitre


Si vous avez déjà complété l’un de ces tests de personnalité que l’on trouve dans la presse spécialisée, vous connaissez sans doute le Myers Briggs Test Indicator (MBTI) [1], destiné à identifier le type psychologique d’un sujet. Inspiré des travaux de Carl Jung, le MBTI est aujourd’hui largement utilisé dans le recrutement ou le management. On trouve sur le web des dizaines de tests à télécharger ou d’applications destinées à vous permettre de découvrir votre type psychologique.

De prime abord, difficile d’entrevoir une application pédagogique à ces tests. D’abord, parce que si l’école est ce haut lieu du développement de l’esprit critique, il peut être malaisé de convoquer un outil élaboré en deçà de toute méthodologie scientifique. Ensuite, parce qu’il y a sans doute quelque chose de dérangeant dans cette tentative de mettre à jour des personnalités dont la complexité échappe par essence à la mise en case. Enfin, parce que tout ce qui a trait à la psychologie de l’élève, comme les tests psychométriques ou projectifs, relève dans notre système éducatif des missions et compétences des psychologues de l’Éducation nationale.

Pour autant, il semble désormais établi que pour celui ou celle qui souhaite développer le potentiel d’apprentissage de ses élèves, travailler sur les compétences psychosociales est loin d’être une fantaisie pédagogiste, preuve en est un récent numéro de cette revue [2].

Si des organisations soucieuses d’améliorer les performances de leurs équipes sont prêtes à investir, parfois de façon conséquente, dans des formations ou des solutions qui offrent à leurs collaborateurs des outils pour mieux se connaitre et ainsi gagner en efficacité, est-il possible de s’en inspirer pour la classe ? Le pédagogue pourrait-il amorcer avec ses élèves une réflexion sur les forces, les limites, les besoins, les peurs ou les motivations intrinsèques de chacun au bénéfice de ses apprentissages, pour mieux vivre sa condition d’élève ?

Des opportunités

Quelles applications pratiques pourrait-on envisager en classe ? Ces tests peuvent donner l’opportunité d’aborder avec les élèves les limites de cette tentative de mise en case évoquée plus haut. Engager une discussion sur les profils psychologiques permet de considérer avec toute la prudence qui s’impose la valeur des résultats obtenus à ces tests. Une fois cette indispensable analyse critique réalisée, l’enseignant pourra s’appuyer sur les profils identifiés pour proposer aux élèves d’organiser le travail de groupe, en mettant à l’épreuve des faits ces résultats et ainsi poursuivre la réflexion autour de leur pertinence.

Ainsi, nous découvrions il y a quelques jours des cartes de rôle sur un site dédié à la construction et l’animation de jeux d’évasion pédagogiques. Le scribe, le laborantin ou l’organisateur, autant de rôles à assumer par les élèves destinés à réguler l’activité en équipe. Or, on retrouve presque trait pour trait ces «  métiers  » dans une très populaire version numérique du MBTI. Enseignants et élèves sont ainsi conscients des acquis sur lesquels on peut potentiellement s’appuyer et des compétences à construire pour les exploiter ou les développer.

Dans un tout autre domaine, à l’heure où les professeurs principaux ont à animer des temps d’éducation à l’orientation, la construction de séquences autour des types psychologiques permet de planter avec les élèves les bases d’une approche réflexive et introspective de la connaissance de soi, en vue des choix qui doivent être faits de la 3e à la terminale.


[1Écouter l’épisode 112 de Nipédu, «  Évolutions  » : https://soundcloud.com/nipcast/nipedu-112-evolutions

[2N° 556 des Cahiers pédagogiques, «  Sujets à émotions  », novembre 2019.

Sur la librairie

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture avec ce dossier sur le même thème...

 

Urgence écologique : un défi pour l’école
Ce dossier nous invite à aller plus loin que l’éducation à l’environnement ou au développement durable. Comment permettre à nos élèves de prendre conscience des enjeux de cette indispensable transition écologique : apport de connaissances, actions locales, formation à l’éco-citoyenneté…

Voir le sommaire et les articles en ligne