Accueil > Ressources > Nous avons lu > Comment faire de la grammaire ?


Recension parue dans le N° 381 de février 2000

Comment faire de la grammaire ?

Marc Campana et Florence Castincaud. ESF Editeur, pratiques et enjeux pédagogiques, 128 pages, 1999

14 février 2000


Commander cet ouvrage



Et si le titre disait tout ? Cela signifierait que, dans ce livre, on trouvera à la fois une réflexion solide pour définir la grammaire dans l’enseignement aujourd’hui, des propositions pour reconsidérer nos habitudes d’enseignant quant au travail sur la langue (que l’on soit ou non enseignant de français), et aussi des idées pour la classe, le fameux concret tant réclamé en salle des professeurs.
Les auteurs définissent en effet une autre conception et une autre mise en uvre de la grammaire.

Un retour sur l’histoire de son enseignement souligne sa " surdétermination " par rapport au latin d’une part, et à " l’obsession de l’orthographe " d’autre part. Les élèves en fait apprenaient la grammaire, et pas la langue ! Cela consistait surtout à mémoriser des terminologies, anciennes ou modernisées. De nombreux exemples, choisis dans l’enseignement primaire et secondaire, aident à comprendre les effets négatifs de ce type d’enseignement : on pointe la présence des mêmes notions au programme, du CP à la troisième, ou bien l’imprécision du niveau d’exigence pour chacune d’elles. Quant à l’aspect formateur de cette grammaire scolaire, qui devrait conduire sur le chemin de l’abstraction, il n’est souvent qu’apparence.
Actuellement, d’autres pratiques sont proposées par les textes officiels : les auteurs les analysent dans la perspective d’une grammaire fondée sur " l’examen et la résolution de problèmes de langue ".

Problèmes de la langue ? Oui, mais laquelle ? Un enseignant sait que la langue naturelle des élèves, c’est l’oral. Or à l’école, la langue de référence est l’écrit, l’oral n’étant considéré que comme de l’écrit oralisé. Qui pratique " une grammaire de l’oral " ? Il serait pourtant particulièrement pertinent qu’on puisse étudier " les agencements syntaxiques qui distinguent le parlé de l’écrit " : les élèves apprendraient, pour chaque système (oral/écrit), à en identifier les caractéristiques, à repérer ce qu’eux-mêmes utilisent, à acquérir de nouvelles compétences langagières. Ainsi, si on définit l’activité grammaticale comme une " attitude réflexive au service de l’amélioration de l’expression ", la grammaire de l’oral se construit à côté de celle de l’écrit. L’essentiel est que les élèves soient dans une démarche qui suscite leur activité, face à de vrais problèmes linguistiques, pour élaborer collectivement des outils opératoires et améliorer leurs pratiques langagières. Encore et toujours construire son savoir, même en grammaire En fait, la didactique de la grammaire est ici repensée à travers des principes pédagogiques bien connus et mis en uvre surtout ailleurs : la démarche des auteurs est d’appliquer à l’enseignement de la grammaire aussi les savoirs sur les apprentissages : travail sur les représentations, situations-problème, prise en compte des erreurs, construction des concepts Nous ne nommerons pas toutes les composantes d’une activité d’enseignement-apprentissage : Les auteurs les connaissent parfaitement, les explicitent, savent les présenter en lien avec la discipline " grammaire " et avec des situations de classe variées. Chaque enseignant y croisera les questions les plus quotidiennes de son métier, que les auteurs - toujours au contact du terrain - n’éludent pas : l’organisation du classeur qu’il faut repenser, l’utilisation des manuels, le décloisonnement, la planification des fameuses séquences, la progression annuelle (pourquoi pas l’apprentissage de la phrase sur deux ans ?) De même, c’est dans le langage quotidien de l’élève que l’enseignant trouvera le matériau pour bâtir ses cours. Au-delà des nombreux exemples qui parsèment l’ouvrage, les auteurs, " pour ne pas se dérober ", proposent des travaux pour différents niveaux de la scolarité.

Les enseignants de français disposent de grammaires de référence, ils peuvent consulter des ouvrages ou revues spécialisées La littérature pédagogique est riche de nombreux écrits sur l’apprentissage publiés par des chercheurs ou des vulgarisateurs, voire par des formateurs et des praticiens. Mais l’on rencontre trop peu souvent des publications qui font la jonction entre l’enseignement d’un savoir disciplinaire et l’apport des théories sur l’apprentissage, pour ne pas exprimer sa satisfaction de voir enfin les deux réunis. Car l’intérêt de ce livre est bien, comme le souhaitent les auteurs, de " tenir cette double nécessité : mettre en uvre des savoirs sur la langue et des savoirs sur les apprentissages. "

De quoi avoir envie de préparer sur le champ un cours de grammaire !

Françoise Faye et Marcel Le Bihan


Commander cet ouvrage